Articles in Category: Afrique

Afrique description

Afrique du sud

Baigné par deux océans (Atlantique et Indien), l’Afrique du sud possède un relief d’une infinie variété et des paysages d’une remarquable beauté avec steppes, savanes, montagnes, zones désertiques, grandes villes à l’américaine et petits villages zoulous hors du temps.
On passe presque sans transition des quartiers branchés de Cape Town aux townships, les plus pauvres sans oublier les riches parcs animaliers tel que le Parc Kruger.

afrique du sud route montagne ocean monplanvoyageafrique du sud steppe champ monplanvoyage

Pendant ce séjour de 15 jours, vous débuterez par la côte ouest et Cape town avant de vivre une expérience unique dans le parc Kruger et terminer par Johannesbourg et son célèbre township Soweto.
Vous ferez ce circuit en autotour pour admirer les paysages à votre rythme.
Tout d’abord, arrivée à Cape town, vous séjournerez dans un quartier branché de la ville non loin de Greenmarket Square.

Visiter le quartier malais (Bo-Kaap) du XVIIe siècle, facilement reconnaissable par ses maisonnettes couleur pastel. Il est aujourd’hui classé site historique.

cape town port bateau afrique du sud monplanvoyagebo kaap quartier couleur maison cape town afrique du sud monplanvoyage

Les jardins botaniques de Kirstenbosch, jardins les plus renommés au monde du fait de son impressionnante collection sont à faire. C’est une véritable vitrine de la faune unique de l'Afrique du Sud. On y cultive 9000 à 22000 espèces d’Afrique Australe. Des floraisons se produisent tout au long de l’année, mais les jardins connaissent leur plein épanouissement entre mi-août et mi-octobre.

cape town jardin fleur afrique du sud monplanvoyage

N’hésitez pas à aller à la Table Mountain pour avoir une vue panoramique de Cap Town. Empruntez également la route sinueuse allant vers la tête du Lion et signal Hill depuis laquelle vous bénéficierez d'une magnifique vue sur toute la ville et les 12 apôtres. L'ascension est d'autant plus belle à faire dans la soirée pour voir le soleil couchant et les lumières sur la ville qui s’allument.

table mountain cape town paysage afrique du sud monplanvoyage

Enfin partez à la découverte de Robben island et sa prison mythique où Nelson Mandela fût enfermé pendant 18 ans au cours de sa vie.
L'itinéraire de la visite comprend le cimetière des prisonniers, la maison de Robert Sobukwe, la carrière Bluestone, les Bunkers de l'armée, la prison de haute sécurité et la cellule de Nelson Mandela.

ile robben mandela histoire cape town afrique du sud monplanvoyage

Puis vous prendrez la direction du bord de mer vers Gansbaai. C’est un village de pêcheurs situé dans le sud de la province du Cap-Occidental en Afrique du Sud. C'est une destination touristique connue pour la présence sur ses côtes d'une dense population de Grands requins blanc et un lieu propice pour leur observation.

gansbaai cote plage afrique du sud monplanvoyagegansbaai cage requin faune afrique du sud monplanvoyage

Vous vous dirigerez ensuite vers la capitale mondiale de l’autruche, Oudtshoorn, aussi réputée pour ses grottes et son parc protégeant de nombreuses espèces menacées.
Vous pourrez visiter les fermes d’autruche afin de les observer.

Puis visite des Cango caves. Ce sont des grottes âgées de plus de 20 millions d’années.
La Grotte totale est longue de 5km400 et descend jusqu’à 12m. Il y a plus de 150m de calcaire au-dessus du plafond. La grotte est formée de Roches calcaires creusées par l’eau. Les couleurs des stalagmites, stalactites et chutes d’eau congelées varient en fonction de l’importance de l’oxyde de fer qui lui donne une couleur ocre, et l’oxyde de manganèse qui lui donne une couleur grise.

oudtshoorn autruche ferme afrique du sud monplanvoyageoudtshoorn grottes calcaire afrique du sud monplanvoyage

Le parc de Cango Wildlife abrite de nombreuses espèces animales africaines mais également quelques-unes plus originales ou en voie de disparition provenant d’autres continents.
En effet le but de ce parc est de sensibiliser les locaux et étrangers sur la préservation des animaux. Vous trouverez donc ici des Lémuriens du Madagascar, un tigre de Bengal, des lions blancs d’Afrique du Sud, des léopards, des guépards, des vautours géants, un hippopotame pygmé et différentes espèces de serpents d’Asie, d’Amazonie et d’Afrique comme le Black Mamba.
Il y a aussi une piscine qui permet d’observer dans une cage et en apnée des crocodiles ! Cela vaut vraiment le coup car voir ces animaux sous l’eau est absolument différent que de les voir vu du pont !

oudtshoorn parc faune conservation afrique du sud monplanvoyage

Direction Plettenberg Bay, l’une des stations estivales préférées des sud-africains. Elle se trouve en plein cœur de la mythique Route des Jardins avec des paysages de montagnes et de forêts, de côte sauvage et de plages paradisiaques.
Vous serez logés en bord de plage et en vélo vous pourrez vous rendre à la magnifique réserve naturelle de Robberg.

plettenberg baie plage afrique du sud monplanvoyagerobberg reserve plettenberg afrique du sud monplanvoyage

Autre réserve naturelle à faire est celle de Featherbed, située sur la Western Head à Knysna.
Partez à la découverte de la faune et de la flore dans cette réserve unique.

knysna reserve faune afrique du sud monplanvoyage

Puis, vous prendrez un vol interne pour vous rendre côté Parc Kruger à l’est du pays. Le parc national Kruger, au nord-est de l'Afrique du Sud, est l'une des plus grandes réserves animalières naturelles d'Afrique. Parmi le grand nombre d'animaux sauvages qu'il accueille, il est possible de citer le "Big 5". Des centaines d'autres mammifères ont fait de cet endroit leur habitat naturel, tout comme diverses espèces d'oiseaux. Montagnes, plaines de bush et forêts tropicales font toutes partie du décor.

kruger parc faune girafe big five afrique du sud monplanvoyage

Vous logerez dans un lodge directement dans le parc. Les Guides-Rangers francophones passionnés feront tout leur possible pour partager leurs connaissances, leur amour des animaux sauvages directement autour du Lodge avec un accès à la magnifique rivière Olifants. Cette escale se fera en tout inclus avec pension complète et safari.

lodge parc kruger afrique du sud monplanvoyagelodge terrasse vue parc kruger afrique du sud monplanvoyage

Puis, retour à la ville avec Johannesbourg où vous logerez dans la belle banlieue de Melville, un peu bobo avec ses charity shops, cafés, librairies… Super agréable. Vous pourrez y flâner tranquillement !
Avec un guide, vous arpenterez en vélo les rues du Township de Soweto en vous arrêtant dans les lieux les plus symboliques parmi lesquels : la seule rue au monde à avoir accueillie deux prix Nobel de la Paix.

melville johannesbourg quartier chic bobo resto afrique du sud monplanvoyagesoweto township street art johannesbourg afrique du sud monplanvoyage

 

Afrique du Sud, la nature en majesté

Si je vous dis parc naturel, Big Five, animaux mythiques, safaris, nature en majesté, lodge et voyage d’une vie, à quelle destination pensez-vous de suite ? A l’Afrique du Sud, évidemment ! Avec sa superficie de plus d’un million de kilomètres carrés et pas moins de dix-neuf parcs nationaux, c’est, sans aucun doute, LA destination idéale pour plonger - bien éveillé - dans un décor de rêve. Que ce soit pour une première fois sur ce continent, pour aller à la rencontre d’éléphants, de rhinocéros ou de lions, pour un trip aventureux, un lune de miel en amoureux ou encore une épopée familiale inoubliable, n’hésitez plus et partez de suite à a rencontre de la Nature sud-africaine, une Nature en majesté !

 

Les rencontres d’une vie

Rencontrer le Big Five, c’est, pour beaucoup de voyageurs, l’aboutissement de quelque chose, la consécration d’un projet mené à bien, l’aboutissement d’une volonté, qui se concrétise, qui se matérialise là, dans ce parc d’Afrique du Sud. Car le Big Five, c’est l’équivalent d’une suite royale au Poker, version animale : le lion, le léopard, l'éléphant d'Afrique, le rhinocéros noir et le buffle.

 

Réussir à rencontrer ces animaux est compliqué partout dans le monde… sauf en Afrique du Sud, qui est - justement - le cadre absolument idéal pour cela. Essayez d’imaginer, de vous imaginer, tôt le matin, non loin d’un point d’eau. Votre guide et vous êtes protégés, à bonne distance. Au loin, des oiseaux s’élèvent dans l’aube naissante et le silence autour de vous n’est brisé qu’à bruits feutrés. Au loin, des ombres qui deviennent silhouettes. Peut-être est-ce une horde d’éléphants ? Un troupeau de buffles ? Et ce bruit de course, alors que tombe la nuit ? Est-ce le guépard qui chasse ? Et quid de ces barrissements lointains, de ce pas lourd qui fait trembler la terre ?

Tout cela n’est pas onirique et tend même à être (presque) commun lors d’un safari en Afrique du Sud. Bien sur, l’émerveillement ne s’en va jamais et la nature a plus d’un tour dans sa besace pour surprendre encore et encore, que ce soit dans le mythique Kruger, dans celui des éléphants d’Addo, celui de la Montagne de la Table ou encore de Richtersveld (un parc frontalier co-géré avec la Namibie frontalière).

 

Bref, serrer la main à l’incroyable et se promener bras dessus-bras dessous avec l’exceptionnel, ce n’est pas si compliqué… à condition de savoir où aller : en Afrique du Sud !

 

Une nature plurielle

Il n’y a pas que les rencontres avec le Big Five qui justifient l’organisation d’un voyage en Afrique du Sud (et c’est tant mieux : c’est de la diversité des expériences que naît le bonheur des découvertes).

Quelle que soit votre affinité avec le règne animal, il est (quasiment) sûr que vous trouverez votre bonheur dans tout ce qui peut se faire là-bas. Avez-vous envie de rencontrer des requins, de nager dans des eaux d’une beauté insoupçonnée, de croiser une vie aquatique exubérante ? Ce sont trois milles kilomètres de côtes qui n’attendent que vous avec, au programme des rencontres possibles, huit espèces de baleines, des manchots, des requins, des tortues..


A contrario, et si ni la mer ni les rencontres animales ne sont ce que vous recherchez, peut-être avez-vous une passion secrète pour l’ornithologie ? Alors, vous trouverez huit cent espèces d’oiseaux à votre disposition (et ce n’est pas presque pas une façon de parler. Pour le sport, plutôt ? Alors préparez-vous dès maintenant : VTT, randonnées dans les hauts-plateaux, exploration de canyons, descente de cascades et ascensions de falaises sont au programme !

 

En réalité, tout cela n’est qu’un mince échantillon de ce qu’il est possible de faire en Afrique du Sud. La diversité des régions et des paysages fait qu’il semble improbable de ne pas y trouver ce que l’on y cherche (sans même le savoir !). De Hoop au Royal Natal via Bontebok, le Pinalesberg, le canyon de Blyde River ou encore Hluhluwe-Umfolozi et les montagnes de Cederberg, il ne tient plus qu’à vous de découvrir, de parcourir, d’explorer, encore et encore, ce magnifique terrain de jeux infinis qu’est l’Afrique du Sud !

Botswana

botswana carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable au moins 6 mois après l'entrée au Botswana avec un billet de retour.
Règlement d'une taxe de développement touristique de 30 US $.
Au-delà de 3 mois, un permis de résidence est nécessaire.

Attention, si vous transitez par l’Afrique du Sud avec des enfants, il est désormais obligatoire de produire un acte de naissance pour chacun, traduit en anglais et certifié (voir informations pratiques Afrique du sud).

 

CLIMAT
De manière générale, les précipitations sont basses, les températures élevées, et le climat est semi-aride.

L’hiver, de mai à octobre, correspond à la saison sèche. C'est la meilleure saison pour visiter le Botswana et observer la faune.

En juin-juillet, les températures moyennes sont de 21-25 °C la journée, mais les nuits sont très fraîches, voire froides entre juin et août. La nuit tombe aussi très tôt (vers 17h), ce qui n’est pas idéal en camping.
En août, des vents d’ouest charriant sable et poussière du désert peuvent obscurcir la visibilité.

L’été, de novembre à avril, est aussi la saison des pluies. Il fait alors très chaud.
Les précipitations sont surtout marquées dans le Nord et dans l'Est (vallée du Limpopo), les régions les plus peuplées. Dans le désert du Kalahari en revanche, les pluies restent faibles. Il arrive que certaines routes soient fermées à cette période de l'année

 

DECALAGE HORAIRE
Pas décalage en été et plus 1h à Gaborone.

 

DEVISE
Le pula (BWP).

L’importation de devises étrangères doit être déclarée. Une fois sur place, on change facilement euros, dollars et rands sud-africains.
On trouve banques et distributeurs automatiques dans toutes les grandes villes.

Sur les sites touristiques, seul le paiement en espèces est possible (euros, dollars, livres anglaises et rands sud-africains bienvenus). Dans la plupart des hôtels, restaurants et chez les organisateurs de safaris, le paiement par carte (Visa, MasterCard, plus rarement American Express) est aussi possible

 

LANGUE
L’ANGLAIS et le SETSWANA

  

RELIGION
A majorité christianisme.

  

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Aucun vaccin n’est exigé, sauf celui contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de zones à risques (certificat de vaccination obligatoire).

Les risques de paludisme (le Botswana étant situé en zone 3) sont particulièrement élevés en mars-avril en raison des pluies dans les zones touristiques du Nord où un traitement préventif est fortement conseillé.

 

TRANSPORT
Face à la faiblesse des transports en commun, il est conseiller de louer un véhicule.

Il faut avoir un permis de conduire international et 21-23 ans minimum. Le conducteur doit avoir son permis depuis au moins un an, voire jusqu’à 3 ans. En tout état de cause, les conducteurs de moins de 25 ans sont soumis à des frais supplémentaires.

On peut aussi envisager de louer un véhicule en Afrique du Sud, voire en Namibie, c’est souvent moins cher. Plusieurs compagnies autorisent le franchissement des frontières régionales (avec un petit supplément) et certaines permettent un drop offdu véhicule en un lieu différent de celui ou vous l’avez pris (re-supplément).

La conduite est à gauche.
Le réseau goudronné est impeccable, mais fait souvent place aux pistes. Celles-ci sont bien entretenues sur les axes les plus importants, mais elles sont souvent sablonneuses.
Même en dehors d’un safari, roulez en convoi de 2 véhicules si possible (préférable en cas de pépin) et faites le plein à chaque occasion. Attention aux animaux sauvages responsables de beaucoup d’accidents.

À l’intérieur du pays, bus et minibus relient entre elles la plupart des grandes villes par les routes goudronnées.
Les départs se font surtout le matin et jusqu’en début d’après-midi. Le plus souvent, les véhicules ne partent que lorsqu’ils sont pleins.

Le ferry de Kazungula traverse le fleuve Zambèze au nord du pays et mène en Zambie. C’est le chemin le plus court depuis le parc Chobe (Kasane) jusqu’à Livingstone. Un autre ferry relie Kazungula à Katima Mulilo

S'il est lent, le train est cependant un moyen très agréable de découvrir les paysages du Botswana. Partagé en 3 classes, il dessert les villes de Gaborone, Mahalapye, Palapye, Serule et Francistown, mais il existe également des lignes régionales et monoclasses entre Gaborone, Pilane et Lobatse.

 

VIE PRATIQUE
Adaptateur nécessaire.

Comme dans tout le continent, on observe un grand respect des institutions. Le Président est exposé dans les administrations, les hôtels et les magasins.

Les policiers botswanais sont très efficaces (y compris pour le contrôle des excès de vitesse) et toujours prêts à renseigner ou aider en cas de problème. Il suffit de faire appel à eux avec respect et politesse (l’utilisation de « Sir » est bienvenue).

La population du Botswana vit en grande majorité de façon traditionnelle. En dehors des agglomérations et des camps, les populations locales n'ont pas forcément l'habitude des visiteurs.
Lorsqu'on arrive dans un village, il est préférable d'aller rendre visite au chef de la communauté, de lui demander la permission de camper ou l'autorisation de puiser l'eau du puits collectif.

Ne jamais penser que vous serez trop poli. Indispensables avant de poser la moindre question, les échanges de formules « Good morning, how are you ?… Fine… Thank you, how about you ? » Ici, c’est une tradition. Lorsque l'on serre la main d'un Botswanais, il est de coutume de porter la main gauche sous le coude droit. Ce geste s'applique aussi pour remercier. Généralement, préférez le geste à la parole et ne vous offusquez pas de l’absence de remerciement lors de la remise d'un cadeau.

Évitez de parler de religion.

En règle générale, on se lève tôt au Botswana et la vie nocturne n'est pas très développée.

Tenue de safari de couleurs non violentes, pantalon ou bermuda et chemise à manches longues (contre insectes à la nuit tombée), polaire pour matins et soirs

 

TELEPHONE
De la France vers le Botswana : 00 + 267 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Du Botswana vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Si la plupart des villes sont couvertes, la majorité des camps (safari lodges) de la moitié nord (Okavango et Chobe) se trouvent en dehors de la zone de couverture des portables. Les directeurs de camps communiquent avec l’extérieur par radio, et la connexion à Internet est souvent impossible

 

CUISINE
La cuisine botswanaise est rudimentaire mais les camps, les lodges et les restaurants de la capitale, proposent une cuisine internationale. Par contre il y a une grande variété de produits sur les marchés, la plupart en provenance d'Afrique du Sud.
Presque tous les lodges, cottages et campements de safari disposent de bars et de restaurants de bonne qualité. Ils proposent en général un buffet, sauf dans les plus petites structures qui proposent plutôt un menu fixe. Un braai (barbecue) est généralement organisé une ou deux fois par semaine.

Le bogobe, une sorte de porridge de millet, de sorgho ou de maïs « paga » (en purée), est au cœur de la cuisine botswanaise. Aux côtés des épis de maïs, des frites, de pap (ou phaletshe, sorte de polenta) et du samp (purée grossière de grains de maïs), il accompagne traditionnellement les ragoûts (de queue de bœuf en particulier).

On trouve aussi des épinards et du potiron, sans oublier les différentes espèces de melons du désert, mangées crues ou parfois cuites.

Les viandes les plus appréciées sont le bœuf (produit localement), la chèvre et le poulet, le mouton dans une moindre mesure. Ils sont le plus souvent simplement grillés au barbecue (sur le modèle du braai sud-africain).
Vous pourrez aussi goûter le seswaa, de la viande bouillie et salée écrasée ou déchiquetée en lambeaux.

On trouve également des poissons de rivière.

En vente partout, le vetkoek (« gâteau gras » en afrikaans) est un beignet garni de viande hachée, de miel ou de confiture.

Les bières locales, vins d’Afrique du Sud et sodas sont énormément consommés.
Plus traditionnels, on trouve le très alcoolisé vin de palme, le khadi (à base de baies et de miel ou sucre roux), la bojalwa (bière de sorgho) et le vin d’amarula, tiré du fruit acidulé du marula.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Cap vert

Partez à la découverte de 2 îles emblématiques pour la fin de l’année Sao Vicente et Santo Antao.

Traditions, culture et nature sont au programme pour 7 jours.

sao vicente ile cap vert plage bateau monplanvoyage

Vous découvrirez la capitale Mindelo, connue pour sa culture et sa musique avec sa célèbre chanteuse Cesaria Evora..  Sa baie est considérée comme l'une des plus belles du pays.

mindelo plage beach sable cap vert monplanvoyagemindelo rue couleur cap vert ville monplanvoyage

Santo Antao, est réputée pour être la plus belle île du Cap-Vert grâce à ses montagnes et ses villages accrochés à flanc de colline. 

santo antao village culture ile cap vert monplanvoyage

A votre arrivée vous serez transférés dans votre hôtel 4* au bord de l’eau.

mindelo hotel spa luxe sao vicente ile cap vert monplanvoyage

Vous découvrirez tous les paysages avec ses belles plages et ses volcans éteints. Une visite à pied de la ville sera prévue avec montée au Monte Verde, pour sa vision panoramique. 

mindelo visite marche food guide sao vicente ile cap vert monplanvoyagemonte verde vue mindelo paysage sao vicente ile cap vert monplanvoyage

Vous irez également à Salamansa et sa plage connue pour le pratique de Kite Surf, et Baía das Gatas, connue pour son festival de musique et sa piscine naturelle.

salamansa plage beach sauvage sao vicente ile cap vert monplanvoyage

Vous passerez une journée autour de la thématique Cesaria Evora pour bien vous imprégniez de la musique Cap verdienne.

Puis, après une petite traversée en bateau, vous atteindrez l’île de Santo Antao avec une nature mêlant paysage aride au sud et végétation luxuriante au nord.

santo antao nature vegetation ile cap vert monplanvoyagesanto antao cote ile cap vert monplanvoyage

Vous découvrirez de belles "ribeiras" ainsi que des beaux villages.  Dans la partie sud-ouest de l’île, vous traverserez des paysages volcaniques, des champs de Pozolana où vous verrez de beaux villages isolés. Cette région est réputée pour son tourisme équitable. Vous serez ébahis par le contraste de couleurs.

santo antao ribeiras culture terrasse ile cap vert monplanvoyagesanto antao randonnee chemin couleur nature ile cap vert monplanvoyage

Vous logerez dans un hôtel plein de charme au milieu de la nature.

hotel nature authentique santo antao ile cap vert monplanvoyage

Puis, retour sur Sao Vicente avec, pour le dernier jour, découverte de la faune aquatique et snorkeling.

sao pedro plage beach sao vicente ile cap vert monplanvoyage

Une pause en plein hiver pour se ressourcer au soleil au son de la musique Cap verdienne !

Tous les transferts voiture et bateau sont inclus et vous logerez en hôtel 4* en petit-déjeuner en chambre double.

Tous les déjeuners sont compris et le diner du dernier jour avec repas typique au son de la musique live.

La visite de Mindelo se fera avec un guide francophone ainsi que les 3 découvertes avec transferts à Santo Antao.

Afrique du sud

afrique du sud carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable au moins 30 jours après le départ d’Afrique du Sud avec en possession d’un billet d’avion retour.

Si vous voyagez avec des enfants mineurs :
- Une copie intégrale de l’acte de naissance, en langue anglaise, dans une traduction faite par un traducteur assermenté, ou extrait d’acte de naissance plurilingue.
- Le livret de famille peut être aussi présenté. Pour la traduction, cliquer sur le lien ci-dessous :

Traduction assermentée


 - Passeport personnel de l'enfant ;
Si l'enfant voyage avec l’un des deux parents seulement, autorisation de sortie de territoire de moins de 3 mois, signée par le parent ne voyageant pas.


Un visa de tourisme de 3 mois est délivré gratuitement à l'arrivée.

CLIMAT
L’Afrique du Sud se situe dans l’hémisphère sud. Ses saisons sont donc inversées par rapport à l’Europe. Quand l’Europe fête l’été, l’Afrique du Sud est en hiver. Et vice versa. Les mois de décembre, janvier et févriercorrespondent donc à l’été austral (et aux grandes vacances). L’hiver austral correspond à la période mai-septembre.

Le Cap (Cape Town) jouit d’un climat méditerranéen. Les étés (de septembre à avril) y sont chauds (sans excès) et secs, avec des températures avoisinant les 28 °C. C’est la saison la plus agréable. La mer est à 20° en moyenne. En été, un vent frais du sud-est, nommé le « Cape Doctor », souffle parfois fort. L’hiver (de mai à août) est tempéré (17 °C), mais la température peut chuter jusqu’à 8 °C.

À Durban et sur la côte du Kwazulu-Natal, en bordure de l'océan Indien, le climat passe de tempéré à subtropical. Les mois les plus frais sont juin et juillet, et les plus chauds et humides sont décembre, janvier et février, avec parfois de fortes pluies et même des brumes sur le relief. Pour profiter des plages, choisir de préférence les intersaisons (avril-mai et septembre-octobre).

À Johannesburg, Pretoria et dans le Haut-Veld, Les températures ne sont jamais excessives, en raison de l’altitude (Johannesburg est à 1 753 m).
Le climat est sec et ensoleillé en hiver (de 20 °C le jour à 5 °C la nuit). D'octobre à avril, les journées sont ponctuées d'averses et d'éclairs impressionnants en fin d'après-midi.

Dans le Bas-Veld (Mpumalanga), Les étés sont très chauds et ponctués d'orages, les hivers doux et ensoleillés. La meilleure saison pour visiter le parc national Kruger se situe entre mai et octobre (saison sèche).

Dans le Karoo, à l'intérieur du pays, au nord-est de Cape Town, la chaleur est cuisante, comme dans les déserts américains. Les hivers sont ensoleillés, mais les nuits froides.

DECALAGE HORAIRE
Plus 1h à Cap Town.

 

DEVISE
Le rand (ZAR)

Les euros se changent sans problème dans les bureaux de change ou dans les banques. Les taux et commissions s'équilibrent plus ou moins.
Ne pas changer dans les hôtels (taux déplorable). En revanche, les auberges de jeunesse alignent leur taux sur celui des banques (se renseigner). Certaines ne prennent pas de commission.

Vous pouvez choisir de changer vos euros avant votre départ. La bonne astuce est de commander vos devises sans commission comme le propose Travelex. Il vous suffit de commander et payer vos devises sur le site et passer les récupérer directement dans l’une des agences.

Le réseau bancaire sud-africain est aussi développé qu'en Europe. On trouve des distributeurs automatiques partout, dans les grandes, moyennes et petites villes. Visa et MasterCard sont les 2 réseaux les mieux implantés. Évitez de retirer de l'argent dans un coin désert et soyez vigilant dans les grandes villes. Dans celles-ci, il arrive que les distributeurs du centre-ville ne soient accessibles qu'aux horaires de bureau. Dans les petites villes, aucun problème.

 

LANGUE
L’ANGLAIS, utilisé comme langue de communication, est parlé partout, mais il n’est la première langue que pour 10 % de la population.
L’AFRIKAANS est parlé dans une bonne partie du pays.

 

RELIGION
A majorité catholique.

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Si les recours sanitaires ruraux sont quasi inexistants, il existe de nombreux hôpitaux (et surtout cliniques privées) de qualité - mais très onéreux - dans les grandes villes : prévoir une assurance assistance internationale.

Le paludisme n'est que très peu présent : exclusivement dans le nord-est du pays, là où se trouvent les très touristiques parcs animaliers (parc Kruger et les réserves privées aux alentours de celui-ci) ainsi que celles situées au sud du Swaziland.

L'eau est potable dans les villes (malgré son goût très chloré) mais à la campagne, pas toujours. Donc prévoir de boire de l’eau en bouteille.

TRANSPORT
L'Afrique du Sud bénéficie d'une très bonne infrastructure routière.
Pour louer une voiture, il faut avoir son permis de conduire national en cours de validité (le permis international n’est pas obligatoire mais en présenter un, lorsque vous louez la voiture ou lors d’un contrôle, est apprécié), conduire depuis au moins 5 ans et être âgé de plus de 25 ans.
Attention : conduite à gauche
Les routes sont généralement en très bon état, mais gare aux pistes de terre et aux nids-de-poule (potholes) dans les endroits plus reculés.
Sur la route, les grandes nationales disposent d’une voie d’arrêt d’urgence, signalée par une bande jaune. La plupart des véhicules n’hésitent pas à s’y déporter pour laisser passer les voitures les plus rapides. Ce système fonctionne bien et c’est très courtois.

À l’intersection des routes moyennes, on rencontre souvent des croisements à quatre stops (chaque voie et chaque sens a le sien) : tout le monde s’arrête, et les gens passent à tour de rôle, tranquillement, en fonction de l’ordre d’arrivée.

En centre-ville, des car attendants, avec un gilet fluo et parfois une petite machine à la main (à Cape Town), vous indiquent où vous garer. Ils surveillent les véhicules stationnés et vous facturent à l’heure.

Les grandes compagnies de bus ont en commun le confort, la sécurité et la ponctualité.

Le service de minibus privé Baz Bus présente pas mal d’avantages : sécurité, régularité, fiabilité et convivialité (pour les backpackers). Arrêts à la demande dans de nombreuses auberges de jeunesse du pays. Il suffit de s’inscrire à l’AJ et de réserver sa place pour un trajet donné.

La compagnie ferroviaire nationale s’appelle Shosholoza Meyl. C’est un moyen de transport assez long, mais il est ponctuel et idéal pour profiter des paysages.

Les compagnies South African Airways, SA Airlink et SA Express relient toutes les villes majeures et certaines villes moins importantes. British Airways, en partenariat avec Comair, assure des vols réguliers entre les grandes villes.

Rikki's taxi, comme un taxi normal, viennent vous chercher là où vous leur donnez rendez-vous. Toutes les AJ pour backpackers utilisent leurs services.
Le prix des courses est fixe et s’entend par personne.

 

VIE PRATIQUE
On boit facilement un genre d’eau-de-vie aux fruits (appelée mampoer) avant le repas, pour s’ouvrir l’appétit, et non en digestif.

Dans certaines villes, on trouve les noms de rues non pas sur des panneaux placés à hauteur d’homme ou sur des plaques sur les murs des maisons ou immeubles, mais seulement inscrits sur les trottoirs. Et comme d’un côté de la rue, le nom est en anglais et de l’autre en afrikaner.

Ne soyez pas surpris d’entendre, de la part de quelqu’un qui cherche à attirer votre attention, un bruit genre claquement fait avec la bouche ou une sorte de sifflement. C’est considéré comme plus poli qu’un « Excusez-moi ».

Si vous mangez chez des Zoulous, faites attention aux codes : par exemple, poser votre cuillère le dos sur la table signifie que vous redemandez à manger ; l’inverse veut dire que vous avez suffisamment mangé.

Partout en Afrique du Sud, les salutations sont assorties d'un « Comment ça va ? » (How are you ?, ou Howzit ? dans les townships).

Le Braai est l'élément central de la vie sociale en Afrique du Sud (prononcer « braille »). Cela signifie « barbecue » en afrikaans. On le trouve dans toutes les habitations du pays, dans toutes les communautés, et sur toutes les aires de pique-nique du territoire.

Les Sud-Africains mangent tôt (dès 18h). Difficile de se faire servir après 20h ou 21h hors des grandes villes. Quant aux prix, sachez qu’ils n’incluent jamais le service.

 

TELEPHONE
De la France vers l’Afrique du sud: 00 + 27 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Afrique du sud vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Certains opérateurs français incluent les appels illimités entre la France et l’Afrique du Sud (dans les 2 sens), ainsi que les appels en Afrique du Sud depuis ce même pays.
Si ce n’est pas le cas, on déconseille d’utiliser votre téléphone avec votre carte SIM, les frais de roaming de la plupart des opérateurs étant exorbitants.
N’oubliez pas de déconnecter les « Données cellulaires » et « Données à l’étranger ».

 

CUISINE
L’Afrique du Sud est avant tout un pays de « viandards », et le barbecue (braai) y est une véritable obsession. La viande sud-africaine est de bonne qualité, si l'on s'accommode d'un mode de cuisson où celle-ci est souvent enduite d'une sauce caramélisée.

Il y a également beaucoup de restos indiens, orientaux et asiatiques car la pays est très cosmopolite.

En fait, la seule véritable cuisine sud-africaine est celle dite « Cape Malay ». Il s'agit d'un mix entre ingrédients africains, épices indiennes et savoir-faire européen. Outre le bœuf, d'excellente qualité, on cuisine les animaux du bush. On les présente en carpaccio (la viande est alors généralement fumée), en steak ou en ragoût longuement mijoté dans le potje (prononcer « poï-ki »), un pot en fer utilisé tant par les Afrikaners que par les Bushmen.
Il y a dans ces différentes viandes des subtilités qui plairont aux carnivores : l’autruche est tendre et goûteuse, l’oryx bien plus raide, façon sanglier, mais en ragoût, c’est étonnant.

Les Sud-Africains adorent grignoter du biltong, une viande séchée en lamelles : c’est le plus souvent du bœuf mais aussi parfois du koudou, du springbok ou de l’autruche.

Parmi les plats typiques, on trouvera le bobotie (venu d'Indonésie : viande hachée, mie de pain, lait et curry, cuit au four), qui peut se révéler excellent ou... très pâteux, le sosatie (brochettes marinées dans une sauce au curry), les boerewors (petites saucisses épicées), le breddie (ragoût d'agneau et de légumes, avec une sauce douce au curry).

Dans les townships et dans les campagnes, on mange souvent du pap, une bouillie à base de mil ou de millet qui peut constituer l'unique repas quotidien, et qui se décline en pap stew lorsqu’il est accompagné de viande en sauce. Pour se fondre dans la masse, il est préférable de le manger avec les doigts (de la main droite).

Curieusement, les Sud-Africains ne sont pas trop portés sur le poisson et les fruits de mer.
Au menu des restos est servi des line-fishes (la pêche du jour) parfois goûteux, en général – et selon les saisons.

Pour les desserts, la melktert (ou milktart, assez proche de notre flan) et le malva pudding, à la texture spongieuse, servi avec une sorte de crème anglaise chaude.

Côté boissons, il y a beaucoup de variétés de bières, dont de bonnes bières artisanales à découvrir dans chaque région.
Il y a aussi différentes liqueurs, comme la Black Sambucca, une douceur alcoolisée parfumée à la réglisse, ou l'Amarula, aux baies sauvages
Enfin le vin connaît une renommée croissante. Le vin sud-africain propose une grande gamme de qualité, allant du easy drinking wine au nectar le plus élaboré. Vous aurez du Cabernet-sauvignon, shiraz (syrah en France), merlot pour les rouges ; chenin blanc, qui domine largement pour les blancs, mais aussi chardonnay et sauvignon... Seul le pinotage (rouge) est un cépage typiquement sud-africain.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Afrique du Sud, là où le rêve prend forme

Rêver d’un voyage, n’est-ce pas déjà voyager ? Voyager, n’est-ce pas, justement, rêver ? N’est-ce pas également donner forme à certaines envies, certains projets, certaines idées caressées depuis longtemps mais jamais abouties ? Oui, certainement, tout cela est vrai : du rêve au voyage, il n’y a qu’un pas. Or, ne serait-il pas idéal, pour faciliter ce passage de l’un à l’autre, de trouver une destination où l’on aurait l’impression d’évoluer dans un rêve éveillé ? De voir prendre forme, devant ses yeux, ledit rêve ? Et bien, si tel est le cas, ne cherchez pas plus loin qu’à la pointe septentrionale de l’Afrique, dans le même fuseau-horaire que la France : l’Afrique du Sud !

 

Les rêves sud-africains

L’Afrique du Sud, ce n’est pas l’histoire d’un seul rêve. Non, c’est plutôt le récit de plusieurs d’entre eux, qui se croisent et se croisent tout au long des siècles, pour en arriver celui que représente le pays dans l’imaginaire collectif des voyageurs, du monde du tourisme. Il y a eu des rêves d’émancipation, d’égalité, de libertés, de fin d’un monde pour en créer un nouveau. Il y a ces rêves d’unité, d’aller de l’avant autour de vingt-deux joueurs et d’un ballon ovale, de porter ce trophée sur le toit du monde, d’être sur le terrain comme les Springboks de l’écusson.

 

Il y a cet autre rêve labellisé football, vuvuzelas et les yeux de toute la planète braqués pendant un mois entier sur le pays, le temps d’une coupe du monde entrée elle aussi dans la légende, au son des supporters déchaînés des Bafana Bafana. Il y a ces rêves de demain, toujours plus grands, toujours plus démesurés, toujours plus humains : développer un tourisme plus durable, plus respectueux, plus éthique. Continuer à protéger, travailler sur la mise en valeur de ce qui existe déjà, unir plutôt que séparer et afficher clairement les valeurs qui se veulent fondatrices et universelles.

 

Et puis, il y a cette Histoire avec la Nature, inséparable du pays, comme liée intimement. Les parcs nationaux, les déserts et les montagnes, les côtes et les plages. Le rêve de quelques-uns, de sacraliser, de sanctifier pour offrir aux générations futures quelque chose de concret : c’est aussi cela, le rêve de l’Afrique du Sud !

 

Un rêve qui devient réalité

 

Ce qui est formidable, pendant un voyage en Afrique du Sud, c’est la variété naturelle qu’offre ce pays à celles et ceux qui y vont. Pour faire un raccourci, on pourrait même dire que les surprises, l’inattendu, les imprévus supplantent le reste car tout, tout absolument y est possible.

Alambiqué ? Peut-être.
Réalité ? Totalement.

 

En effet, la destination est connue pour être, par exemple, l’endroit rêvé pour faire un safari. Les parcs naturels à profusion, l’emblématique Big Five animalier, une faune et une flore bien connue : tout cela fait un cocktail des plus prometteurs. Mais quid de tout ce dont vous n’avez pas connaissance, de tout ce dont vous n’avez (encore) rêvé et dont vous prendrez conscience une fois arrivé là-bas ? Ce fameux safari à la recherche des éléphants ou des buffles du Cap sera très probablement l’occasion unique de rencontrer des hippopotames ou des girafes. Cette attente au point d’eau, pour voir les lions se rafraîchir, ouvrira sûrement la parenthèse enchantée d’un survol d’oiseaux, du martinet aux vautours en passant par les cigognes (ou même les autruches mais c’est une toute autre histoire) !

 

Et quid de vos rêves qui ne sont pas directement liés au patrimoine naturel ?

 

Dans les différentes villes d’Afrique du Sud, vous ne saurez plus où donner de la tête et vers où vous diriger tellement les surprises se tiennent au coin de la rue. De Soweto au Cap en passant par Durban et Johannesbourg, du Limpopo au Natal, l’immensité quasi démesurée du pays fait qu’une vie entière ne paraît pas toujours suffisante pour l’explorer, pour en faire le tour. Au mieux, on apprend, on découvre, on perçoit ce qui affleure à la surface : traditions, cultures, histoires. Puis, on a envie d’en savoir plus. On se surprend à vouloir comprendre ce qui s’est passé ici, pourquoi ces conflits ici et pourquoi ces monuments là. Des récits qui en appellent d’autres et étonnent, toujours et encore.

 

Les rêves du voyageur en Afrique du Sud semblent sans cesse se renouveler. Pages vierges qui se remplissent, lignes qui s’écrivent au gré du voyage, souvenirs qui vont et reviennent et qui, au final, ne demandent, ne réclament, n’exigent qu’une seule et simple chose : y retourner, vite !

 

Cap vert

Composé d’un archipel d’îles volcaniques, vous partirez à la découverte de l’île de Sao Vicente, ile de Cesaria Evora, de Santo Antao et ses villages perchés, Fogo, l’île volcanique et Praia la capitale.
Vous séjournerez à Sao Vicente pour quelques jours pour découvrir la ville de Mindelo et sa culture avec son marché de poissons, ses ateliers d’artistes et sa musique.

cap vert mindelo monplanvoyage

En partant à la découverte de l’île, vous profiterez des belles plages de sable blanc aux eaux turquoise et admirerez, également, les volcans éteints.

sao vicente cap vert monplanvoyage

Puis avec le ferry vous atteindrez Santo Antao et ses sites naturels magnifiques propices aux randonnées. Les villages perchés aux maisons colorées vous charmeront. Vous traverserez de nombreuses plantations, principale source économique de l’île et goûterez aux saveurs de la cuisine locale.
Dans la partie sud, un safari vous permettra de découvrir des paysages volcaniques, des champs de Pozzolana où vous verrez de beaux villages isolés et des paysages hors du commun.

santo antao cap vert monplanvoyagesanto antao montagne cap vert monplanvoyage

Puis vol domestique vers Fogo. Vous aurez l’expérience unique de dormir au coeur d’un cratère chez l’habitante et une randonnée vous permettra d’admirer le Grand Pico et d’avoir un panorama unique de l’île.

fogo cap vert monplanvoyage

Enfin vous atteindrez Praia. Vous comprendrez le passé colonial de cette île et toutes ses richesses avec un guide.

santiago cap vert monplanvoyage

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Afrique du sud

Baigné par beauté avec steppes, savanes, montagnes, zones désertiques, grandes villes à l’américaine et petits villages deux océans (Atlantique et Indien), l’Afrique du sud possède un relief d’une infinie variété et des paysages d’une remarquable zoulous hors du temps.
Vous ferez ce circuit en autotour pour admirer les paysages à votre rythme.
Vous débuterez votre séjour par Cap Town et sa côte sauvage au sud pour terminer par un eco-safari dans le désert de Kalahari au nord, à la frontière du Botswana.

afrique du sud route montagne ocean monplanvoyagekalahari desert route steppe afrique du sud monplanvoyage

Tout d’abord, arrivée à Cape town, vous séjournerez dans un quartier branché de la ville non loin de Greenmarket Square.

Visiter le quartier malais (Bo-Kaap) du XVIIe siècle, facilement reconnaissable par ses maisonnettes couleur pastel. Il est aujourd’hui classé site historique.

cape town port bateau afrique du sud monplanvoyagebo kaap quartier couleur maison cape town afrique du sud monplanvoyage

Les jardins botaniques de Kirstenbosch, jardins les plus renommés au monde du fait de son impressionnante collection sont à faire. C’est une véritable vitrine de la faune unique de l'Afrique du Sud. On y cultive 9000 à 22000 espèces d’Afrique Australe. Des floraisons se produisent tout au long de l’année, mais les jardins connaissent leur plein épanouissement entre mi-août et mi-octobre.

cape town jardin fleur afrique du sud monplanvoyage

N’hésitez pas à aller à la Table Mountain pour avoir une vue panoramique de Cap Town. Empruntez également la route sinueuse allant vers la tête du Lion et signal Hill depuis laquelle vous bénéficierez d'une magnifique vue sur toute la ville et les 12 apôtres. L'ascension est d'autant plus belle à faire dans la soirée pour voir le soleil couchant et les lumières sur la ville qui s’allument.

table mountain cape town paysage afrique du sud monplanvoyage

Enfin partez à la découverte de Robben island et sa prison mythique où Nelson Mandela fût enfermé pendant 18 ans au cours de sa vie.
L'itinéraire de la visite comprend le cimetière des prisonniers, la maison de Robert Sobukwe, la carrière Bluestone, les Bunkers de l'armée, la prison de haute sécurité et la cellule de Nelson Mandela.

ile robben mandela histoire cape town afrique du sud monplanvoyage

Puis vous prendrez la direction du bord de mer vers Gansbaai. C’est un village de pêcheurs situé dans le sud de la province du Cap-Occidental en Afrique du Sud. C'est une destination touristique connue pour la présence sur ses côtes d'une dense population de Grands requins blanc et un lieu propice pour leur observation.

gansbaai cote plage afrique du sud monplanvoyagegansbaai cage requin faune afrique du sud monplanvoyage

Vous vous dirigerez ensuite vers la capitale mondiale de l’autruche, Oudtshoorn, aussi réputée pour ses grottes et son parc protégeant de nombreuses espèces menacées.
Vous pourrez visiter les fermes d’autruche afin de les observer.

Puis visite des Cango caves. Ce sont des grottes âgées de plus de 20 millions d’années.
La Grotte totale est longue de 5km400 et descend jusqu’à 12m. Il y a plus de 150m de calcaire au-dessus du plafond. La grotte est formée de Roches calcaires creusées par l’eau. Les couleurs des stalagmites, stalactites et chutes d’eau congelées varient en fonction de l’importance de l’oxyde de fer qui lui donne une couleur ocre, et l’oxyde de manganèse qui lui donne une couleur grise.

oudtshoorn autruche ferme afrique du sud monplanvoyageoudtshoorn grottes calcaire afrique du sud monplanvoyage

Le parc de Cango Wildlife abrite de nombreuses espèces animales africaines mais également quelques-unes plus originales ou en voie de disparition provenant d’autres continents.
En effet le but de ce parc est de sensibiliser les locaux et étrangers sur la préservation des animaux. Vous trouverez donc ici des Lémuriens du Madagascar, un tigre de Bengal, des lions blancs d’Afrique du Sud, des léopards, des guépards, des vautours géants, un hippopotame pygmé et différentes espèces de serpents d’Asie, d’Amazonie et d’Afrique comme le Black Mamba.
Il y a aussi une piscine qui permet d’observer dans une cage et en apnée des crocodiles ! Cela vaut vraiment le coup car voir ces animaux sous l’eau est absolument différent que de les voir vu du pont !

oudtshoorn parc faune conservation afrique du sud monplanvoyage

Direction Plettenberg Bay, l’une des stations estivales préférées des sud-africains. Elle se trouve en plein cœur de la mythique Route des Jardins avec des paysages de montagnes et de forêts, de côte sauvage et de plages paradisiaques.
Vous serez logés en bord de plage et en vélo vous pourrez vous rendre à la magnifique réserve naturelle de Robberg.

plettenberg baie plage afrique du sud monplanvoyagerobberg reserve plettenberg afrique du sud monplanvoyage

Autre réserve naturelle à faire est celle de Featherbed, située sur la Western Head à Knysna. Partez à la découverte de la faune et de la flore dans cette réserve unique.

knysna reserve faune afrique du sud monplanvoyage

Puis vous reviendrez à Cap Town pour prendre un vol interne.
Cet eco-safari unique dans une réserve privée, vous permettra non seulement de découvrir les animaux sauvages de la région tel que les Big 5 mais aussi de participer à la conservation des espèces.
En effet, cette expérience rentre dans le cadre d’un projet de protection de la faune sauvage dans son habitat naturel développé par le gouvernement d’Afrique du sud.

kalahari safari faune big five afrique du sud monplanvoyagekalahari safari faune zebre afrique du sud monplanvoyage

Vous serez logés en lodge tente en pension complète au milieu de la nature pendant 3 nuits.

lodge tente chambre safari kalahari afrique du sud monplanvoyagelodge feu camp safari kalahari afrique du sud monplanvoyage

En plus de l’observation de la faune, vous participerez avec l’équipe de recherche sur place à l’identification, au suivi des déplacements de la faune et à répertorier les espèces grâce aux caméras placés dans toute la réserve. Vous analyserez également les changements de la faune et aussi de la flore pour maintenir et préserver l’environnement et l’habitat naturel des espèces.
Vous assisterez les rangers dans leur quotidien de façon proactive. Ainsi, vous comprendrez mieux le comportement des différentes espèces présentes sur le territoire.

safari recherche kalahari afrique du sud monplanvoyagesafari kalahari flore afrique du sud monplanvoyage

Cette expérience est unique et loin des safaris photos clichés que vous connaissez !!

Algérie

algerie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport d'une durée de validité d'au moins 6 mois.
Un visa.
Un certificat d'hébergement ou confirmation d'hôtel(s).
Une assurance voyage et rapatriement.

 

CLIMAT
Le climat est de type :
- Méditerranéen sur toute la frange nord qui englobe le littoral et l’Atlas tellien (étés chauds et secs, hivers humides et frais) ;
- Semi-aride sur les hauts plateaux au centre du pays ;
- Désertique dès que l’on franchit la chaîne de l’Atlas saharien.

Les écarts de température dans une même journée peuvent être considérables. Dans le Sahara, le mercure peut même osciller d’un extrême à l’autre.
Dans les régions montagneuses (monts de Tlemcen, Haute-Kabylie, Atlas), les hivers peuvent être froids. Au-delà de 1 500 m, il neige de décembre à mars.

Visiter le nord de l’Algérie à des périodes de l’année où les variations de température sont les moins importantes : au début de l’automne (de fin septembre à fin octobre) où la chaleur devient douce et agréable, ou bien au printemps (d'avril à mi-juin), quand les campagnes sont en pleine floraison.
Évitez Alger en plein mois d’août, la température y est caniculaire et l’eau plutôt rare ! Quant au Sahara, on peut y aller de novembre à février à condition d’emporter dans sa valise un gros pull pour se réchauffer la nuit.

 

DECALAGE HORAIRE
Moins 1h à Alger en été et pas de décalage en hiver.

 

DEVISE
Le dinard algérien (DZD).

Il est possible de changer les devises dès votre arrivée auprès des bureaux de change des aéroports, dans les principales banques algériennes (Banque d’Algérie, BNA, BEA, etc.), ainsi qu’à la réception des grands hôtels et dans les ports.

Il est déconseillé de changer votre argent auprès des changeurs dans la rue, même si ceux-ci proposent parfois des taux très avantageux.

Les cartes bancaires internationales sont loin d’être acceptées partout. On peut les utiliser dans les grands hôtels, les agences de location de voitures, certains restaurants et dans quelques rares magasins du centre-ville d’Alger.

 

LANGUE
L’ARABE et le FRANÇAIS.

 

RELIGION
Musulmane.

 

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Peu de risques particuliers en Algérie, sauf les troubles et maladies liés au manque d’hygiène alimentaire : diarrhées, hépatite A, typhoïde.

Eviter de boire de l’eau du robinet.

Si vous partez en trek dans le désert, il faudra mettre dans la trousse à pharmacie ses médicaments usuels (en cas de traitement), des pansements et bandages, des antalgiques pour soulager la douleur, des anti-diarrhéiques, de la crème anti-moustique (c’est essentiel, surtout l’été), un purifiant pour l’eau (de type Micropur), des produits solaires, ainsi que des lingettes en grande quantité si de longues randonnées à travers le Sahara sont au programme de votre voyage.

En raison du risque terroriste élevé, le ministère des Affaires étrangères déconseille pour le moment tout déplacement dans le Grand Sud algérien.

 

TRANSPORT
Pour des raisons de sécurité, on privilégiera toujours, pour tout déplacement à l'intérieur du pays, un déplacement par avion à un trajet par la route ou par voie ferroviaire.

Concernant la voiture, les règles les plus élémentaires du code de la route sont rarement respectées, ce qui rend le réseau dangereux.
L’état des routes est plutôt bon dans le nord du pays.
La ceinture est obligatoire pour les passagers se trouvant à l’arrière du véhicule.
- L’utilisation du téléphone portable au volant est strictement interdite.
- Méfiez-vous des troupeaux de moutons le long des routes, ils peuvent les traverser à tout moment.
- À l'approche d’un barrage routier, réduisez considérablement votre vitesse et attendez que le gendarme vous fasse signe de continuer. Si vous conduisez de nuit, éteignez vos feux et allumez la lumière de votre plafonnier. S’il vous arrête, répondez poliment à ses questions et ne le contredites surtout pas.
Évitez de prendre le volant après la tombée de la nuit, surtout dans le nord-est du pays où certaines régions ne sont pas encore totalement sécurisées.

Ne partez jamais seul à l’aventure dans le Sahara. Faites-vous accompagner d’un chauffeur de 4x4 expérimenté.
- En cas d’accident, n’oubliez pas de contacter votre consulat le plus rapidement possible.

Les bus relient les principales villes du Nord entre elles et desservent sur leur route de nombreux petits villages. C’est un moyen pratique et économique de voyager, mais que l’on ne vous conseillera que sur de courtes distances.

Trop lents, bondés et rarement à l’heure, les bus algériens (on les appelle les « trolleys ») sont à déconseiller. Il existe en revanche dans les grandes villes comme Alger ou Oran de petites camionnettes blanches qui relient les différents quartiers entre eux.

Les taxis ne sont plus tous jaunes, mais ils restent facilement repérables grâce à l’écriteau en français sur leur toiture. Très pratiques pour se déplacer dans les grandes villes, ils peuvent être hélés dans la rue ou, dans les grandes villes, appelés depuis des bornes Taxiphone.
Il existe des taxis individuels et des taxis collectifs, ces derniers effectuant des trajets prédéfinis.
Les taxis algériens sont en principe équipés d’un compteur, n’oubliez pas de demander sa mise en marche. Négociez un forfait si le chauffeur raconte que son compteur est tombé en panne.

Le réseau ferroviaire a évolué depuis sa construction à l’époque coloniale. L'Algérie est en train de renforcer son réseau ferroviaire en vue de désenclaver certaines régions. Le réseau ferroviaire est ainsi devenu l'un des plus modernes d'Afrique.
Attention, les retards sont fréquents et les annulations ne sont pas rares.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

Se déchausser à l’entrée d’une maison ou avant de pénétrer dans une pièce dont le sol est recouvert de tapis.
Prolonger la cérémonie du thé en acceptant un autre verre, même si on n’a plus soif.
Si vous êtes à table, il est de coutume de dire Bismillah (au nom de Dieu) avant d’entamer le repas.
Lors d’un repas de famille, terminer son assiette à table sera bien vu par la cuisinière.
Si on vous annonce une bonne nouvelle, dites aussitôt : Hamdullah ! (Que Dieu soit loué !).
Si l’on a été invité dans une famille, laisser un petit cadeau plutôt que de l’argent.
Si on a photographié ses amis algériens, ne pas oublier de leur envoyer les clichés au retour.
Pour remercier, ne pas oublier de dire choukran.

  

TELEPHONE
De la France vers l’Algérie : 00 + 213 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Algérie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Malgré de nettes améliorations enregistrées ces dernières années, il arrive que le réseau soit saturé. Un message pré-enregistré vous invite alors à « renouveler votre appel ultérieurement ».

 

CUISINE
Héritée des traditions culinaires berbères, puis influencée au fil des siècles par les gastronomies ottomanes, espagnoles, puis françaises, la cuisine algérienne est un riche mélange de saveurs et de senteurs méditerranéennes. Elle se caractérise avant tout par l’usage des herbes et des épices qui viennent à la fois parfumer et relever le goût de la soupe, de la sauce ou de la viande.

Les entrées locales sont :
La chorba : c’est la soupe traditionnelle algérienne, servie en tout début de repas. Elle est à base de viande de mouton, de légumes, de tomates, d’épices et de vermicelles roulés à la main (ou de grains de blé dans la chorba frik). On y ajoute généralement quelques gouttes de jus de citron.

La harira : c’est la cousine de la chorba. Bien que marocaine, la harira a traversé la frontière et est consommée dans de nombreuses villes de l’ouest du pays, notamment à Tlemcen. Elle est épaissie au levain et on y ajoute du riz ou des pois chiches.

Les bricks : feuilles pliées en carré ou en triangle. On y ajoute aussi un œuf, ainsi qu’une purée de pommes de terre.

Les boureks : ce sont des rouleaux de feuilles de bricks farcis avec une préparation à base de viande hachée, d’épinards, etc.

Les salades : la gastronomie algérienne en compte pas mal ! Parmi les plus connues, les salades de poivrons grillés (arrosés d’huile d’olive et saupoudrés d’ail et de persil), les salades de pommes de terre aux oignons, les salades de rondelles de carottes à la sauce piquante... Les Algériens ont également pour habitude de verser sur leur salade quelques gouttes d’huile d’olive de Kabylie, la plus réputée du pays.

En plat vous trouverez :
Le couscous : véritable plat national, il existe mille et une façons de le préparer. À chacun sa recette. Selon les régions, on vous le servira avec de la viande de mouton ou du poulet, des navets, des courgettes, des fèves, etc. Sa dégustation s’accompagne généralement d’un grand verre de lait caillé frais. Le couscous se sert parfois nature (masfouf), seulement agrémenté de raisins secs, de sucre en poudre et de cannelle.

La chakchouka est une sorte de ratatouille de légumes de l’Est algérien, à base de tomates et de poivrons cuits.

La rechta algéroise : petites nouilles de semoule servies avec de la viande de poulet, des navets et des pois chiches. L’un des plats les plus réputés de la capitale !

La pastilla : d’origine marocaine, la pastilla (gâteau de pâte feuilletée aux amandes et fourré de viande de poulet ou de pigeon) se cuisine également en Algérie. La préparation reste plus ou moins la même des deux côtés de la frontière.

Les tajines : ils sont certes moins répandus qu’au Maroc, mais les Algériens raffolent cependant du tajine aux pruneaux et au gigot de mouton. Très doux, il s’accompagne d’amandes grillées, de raisins secs, de quelques gouttes de fleurs d’oranger et parfois de petites rondelles de pommes.

Le méchoui : c’est un agneau entier que l’on fait rôtir à la broche. Excellent et très apprécié. Malheureusement, on ne le prépare que lors des grandes occasions (mariages, naissances, circoncisions).

Les poissons : avec 1 200 km de côtes, l’Algérie doit pouvoir satisfaire tous les amateurs de poissons et de fruits de mer. Hormis la sardine, cuisinée en beignets frits, les familles algériennes consomment assez peu de poisson (car beaucoup plus cher que la viande de poulet ou de mouton). On vous conseillera cependant quelques bonnes tables près des petits ports de pêche le long du littoral.

La baguette reste très consommée en Algérie, surtout dans les grandes villes. Sinon, on trouve à table toutes sortes de pains ronds de campagne et de galettes de semoule (kesra)

Gorgés de soleil, sucrés et parfumés, les fruits des vergers algériens sont en quelque sorte la grande fierté nationale. La plupart des fruits que l’on trouve sur les étals des marchés sont « made in Algeria » (sauf les fruits exotiques comme la banane).

La pâtisserie traditionnelle algérienne se caractérise par l’utilisation du sucre et du miel. Les gâteaux sont généralement servis après le repas du soir et sont accompagnés d’une tasse de thé à la menthe.
À ne surtout pas manquer : les makroudhs (losanges de semoule fourrés aux dattes et trempés dans du miel), les griwechs (beignets rectangulaires aux graines de sésame, enduits de miel), les samsa et cigares (triangles et rouleaux farcis à la pâte d’amande), le beghrir (crêpe de semoule au miel et à la fleur d’oranger), ainsi que les incontournables cornes de gazelle. Pendant le Ramadan, les Algériens (et les Algérois surtout) n’ont d’yeux que pour le kalb ellouz (carré de semoule aux amandes), la zlabilia (beignet en spirale à la couleur dorée) ainsi qu’aux baklawas (petits gâteaux feuilletés aux cacahuètes ou aux amandes).

En boisson, le soda est très consommé.

L’Algérie continue d’entretenir les vignobles hérités de l’époque coloniale.
On compte plusieurs vins rouges de qualité, parmi lesquels les coteaux de Tlemcen, les coteaux de Mascara, les coteaux de Médéa, les coteaux de Dahra, les coteaux de Zaccar, ainsi que la Cuvée du Président.

Les Algériens sont de gros consommateurs de café. Ils en boivent le matin au petit-déjeuner, après le déjeuner, après le dîner et l’après-midi.
Le thé (presque toujours à la menthe) se consomme quant à lui avec un peu plus de modération. On le sert dans un petit verre après chaque repas les soirs de ramadan, accompagné d’un plateau de pâtisseries traditionnelles.
Dans le Sud, il ne faut surtout pas manquer la préparation du thé par les Touaregs, tout un rituel !

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Cap vert

cap vert carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide au moins 6 mois après la fin du séjour et en cas de séjour de plus de 30 jours, un visa est nécessaire.

 

CLIMAT
De type tropical sec, le climat du Cap-Vert est très fortement influencé par les vents : l'alizé du nord-est et l'harmattan du Sahara sont responsables de l’aridité et de périodes de sécheresse. Le vent est particulièrement fort en janvier.

On distingue deux saisons principales : la saison sèche, de novembre à juin-juillet, et la saison des pluies, de juillet-août à octobre.

La mousson atlantique apporte des pluies qui restent très irrégulières d’une année à l’autre, concentrées habituellement sur les zones de relief (Santo Antão, Fogo et Santiago).

 

DECALAGE HORAIRE
Moins 3h en été à Praia et moins 2h en hiver à Praia.

 

DEVISE
L’escudo capverdien (CVE).

Un bureau de change est ouvert 24h/24 à l’aéroport international de Sal. Certains hôtels peuvent faire du change.
Tous les distributeurs automatiques n'acceptent pas les cartes internationales, et il faut parfois retirer de l'argent aux guichets des banques. On les trouve sur chaque île (mais presque exclusivement dans les villes principales).

Quelques guichets automatiques acceptent la carte Visa internationale utilisables 24h/24 à Praia et Mindelo. L’utilisation des cartes bancaires encore restreinte, mieux vaut se munir de suffisamment de liquidité.

L'escudo capverdien ne peut être changé que sur place. Avant de quitter le Cap-Vert, veillez donc à les écouler ou à les échanger et c'est possible à l'aéroport.

 

LANGUE
Le PORTUGAIS et le CRÉOLE entre locaux.

 

RELIGION
A majorité catholique.

 

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Il ne présente pas de risques sanitaires particuliers et aucun vaccin n’est obligatoire, hormis celui contre la fièvre jaune, indispensable pour les voyageurs transitant par Dakar, ce vaccin étant obligatoire au Sénégal.

Ne pas boire l’eau du robinet.

 

TRANSPORT
Les villages reculés ne sont souvent desservis par aucun transport en commun. Quant aux liaisons inter-îles, elles nécessitent soit du temps (en bateau), soit de l’argent (en avion).

Les liaisons maritimes entre les îles sont assez difficiles, car les bateaux ne passent qu’une à deux fois par semaine, et servent tout autant au transport de marchandises qu’à celui des passagers.

À noter que Santo Antão n'a pas d'aéroport ; on n'accède à l'île que par ferry, depuis São Vicente (1h de trajet). De même pour Brava, à laquelle on n'accède que par liaison maritime au départ de Fogo.

À l'exception de l'île de Santiago, le réseau routier est relativement limité. Les routes sont généralement pavées et non asphaltées. Les pistes sont nombreuses.
La location de voiture (le plus souvent des 4x4) commence aussi à se développer sur les îles de Santiago et Mindelo. La location de voiture est possible sur les îles Sal, São Vicente, Santiago et Fogo.
Le permis de conduire français suffit et une assurance tous risques est conseillée.

Les aluguers (« à louer ») sont des minibus collectifs, des sortes de taxi-brousse locaux, parfois des pick-up. Ils relient les villages entre eux pour une somme modique. Ils ne partent que lorsqu'ils sont pleins. Les horaires sont plus que souples, et le circuit n'est pas déterminé à l'avance.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur. Par contre, les coupures d’électricité sont fréquentes, y compris à Praia, la capitale.

La musique est incontestablement la plus grande richesse du Cap-Vert. Chanter est pour les Capverdiens une seconde nature.

 

TELEPHONE
De la France vers le Cap-vert : 00 + 238 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Du Cap-vert vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Toutes les îles sont équipées de cabines à cartes, cartes que l’on peut se procurer dans les postes, certaines merceria et stations-service.
Le réseau mobile couvre théoriquement toutes les îles de l'archipel.

 

CUISINE
Les possibilités de restauration varient d’une île et d’un village à l’autre. Dans les villes comme Praia, Mindelo ou São Felipe, à Santa Maria, on peut trouver toutes sortes de restaurants. Mais à Boa Vista ou Maio, par exemple, il faut bien souvent prévoir de commander son repas à l’avance.

La cachupa est le plat national. Comparable à la feijoada brésilienne, c’est une sorte de ragoût à base de maïs et de haricots noirs, qui est décliné selon les ingrédients à disposition : viandes, thon ou légumes. Elle est très appréciée le matin
Les autres plats traditionnels capverdiens (le xerem, le cuscus, le djagacida) sont réservés aux repas de fête et ne sont pas servis dans les restaurants. On a plus de chance de les goûter sur l’île de Santiago.

On trouve à peu près partout le churrasco (de la viande grillée, généralement du poulet). Avec la garupa (le mérou), l’atum (thon), servi sous toutes ses formes, est le poisson le plus répandu et couramment de la langouste et d’autres produits de la mer.

Comme au Portugal, les plats sont en général accompagnés de riz, de frites et de salade.

Les quelques fruits et légumes viennent de Santiago et Santo Antão.

En dessert, la spécialité est le flan au fromage (pudim de quejo) préparé avec du fromage de chèvre fabriqué sur les îles de Fogo et Santo Antão.

L’eau minérale en bouteille et toutes sortes de sodas sont les boissons les plus consommées.

Du côté des alcools, vous avez le grogue, rhum local, qui est mélangé avec du citron.
On boit essentiellement de la bière portugaise.

Les terres fertiles de l’île de Fogo permettent la production d’un café réputé comme l’un des meilleurs au monde et d’un excellent vin rouge, le manecon. Sur les autres îles, on trouve du vin portugais.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

NOUS CONTACTER
149, rue Saint-Honoré
75001 Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Du Lundi au Vendredi 
de 09:00 à 19:00

HISCOX

APST

Atout France