Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor.

ISRAEL - 8 JOURS À PARTIR DE 1800€ / PERS.

Articles in Category: Moyen-orient

Moyen-orient description


Double ration de désert en Jordanie

Si vous pensez Jordanie, vous allez penser Petra, patrimoine, histoire(s) mais aussi - et c’est obligé - désert. Dans ce bout du monde où se croisent civilisations, frontières et destinées héroïques, le désert est un univers avec lequel les peuples ont appris à composer, à co-exister. Étroitement entremêlés, le peuple jordanien et les wadis ont développé un lien profond, intime et teinté de respect. C’est en partant à sa recherche que vous allez le découvrir, l’appréhender, peut-être même le faire vôtre… et bien plus encore !

Le désert : l’hôtel aux mille étoiles

S’offrir un séjour dans le désert, c’est entrer dans un univers mouvant, multiple, où les apparences ne sont pas ce qu’elles semblent être. C’est une plongée dans un monde différent, fait d’une infinité de couleurs, d’extrêmes. On y entre intact et l’on ressort changé, profondément. Comme si c’était une sorte de rituel de passage. Comme une mue intime, une confrontation au Vrai, au brutal, au granitique, à l’immuable.

Dans ce monde qui semble immuable, la vie cependant frétille. Là, dans le coin de Jordanie bercé par un soleil ardent et des fraîcheurs nocturnes inattendues, l’expérience est d’une profondeur exceptionnelle. On s’imagine des dunes à perte de vue, les unes succédant simplement aux autres alors, qu’en réalité, il semble que ce soit un architecte un peu fou qui soit le concepteur de ces rocs, des arches, de ces monts escarpés qui se dessinent à l’horizon.

Le choix de l’appréhension du désert ne tient qu’à vous, du moment qu’il est guidé (au sens premier du terme) par ceux qui savent, qui connaissent car on ne s’aventure pas ici comme dans un parc. Que ce soit en 4x4, en quad, en marchant, il faut toujours être accompagné jusqu’au campement, là-bas au pied de la falaise. Là, sans douche, sans électricité, le temps d’une nuit (ou de plusieurs, c’est selon), le jour fait place à la voûte céleste, dans toute sa majesté. Le bivouac installé, la cuisine prise en charge, le thé servi fumant devant le feu de bois, il n’y a plus qu’à apprécier à sa juste valeur cette reconnexion réelle avec le monde autour de vous, du coucher de soleil à la nuit étoilée... 

Sentir, respirer, se laisser porter par les nuits désertiques et étoilées de la Jordanie : un souvenir à conserver toute sa vie !

Bosser dur (à dos de chameau)

Comment se déplacer dans les déserts de Jordanie, que ce soit dans le mythique Wadi Rum (parfois également appelé Wadi Ram par certains, à l’international) ou ailleurs ? Il faut, bien sûr, prendre en compte le temps de transport depuis Petra (par exemple : deux heures de route) et s’assurer que l’épopée désertique à venir soit professionnellement et convenablement encadrée par des professionnels.

En-dehors de cela, ce que vous voulez faire du désert ne tient qu’à vous, surtout la façon dont vous allez vous y déplacer. Dès lors, pourquoi ne pas vous lancer dans la découverte d’un nouveau moyen de locomotion, un peu têtu, quelque peu odorant, souvent machouillant mais tellement iconique et endurant qu’il est connu aux quatre coins du globe ? Vous l’aurez compris, c’est bien sûr du chameau jordanien que je parle (histoire de bosser deux fois plus que si j’avais écrit à propos des dromadaires) car une promenade sur ce sympathique quadrupède est un passage apprécié et emblématique (à défaut d’être obligatoire).

Avec les bédouins comme guides et chameliers, vous allez expérimenter une vraie sortie de votre zone de confort. Bien calé entre les bosses de votre chameau (ou de votre dromadaire car on trouve en réalité les deux en Jordanie), il va falloir trouver la bonne position, apprendre en tenir à place et respecter la volonté de votre compagnon de voyage, qui est parfois relativement têtu, le tout en faisant particulièrement attention à l’état général des bêtes (en évitant absolument celles qui présent des signes de maltraitance, de fatigue ou de détresse physique). Une fois installé, le reste n’est que sourires, émerveillement et légers cahots, au gré du pas aussi sûr que lent de la monture… dont il faudra hélas descendre, la promesse (peut-être) de quelques jurons retenus !

Bref, si l’exploration du désert à dos de chameau (ou de dromadaire) constitue un souvenir magique, elle peut cependant ne pas convenir à tous. Dans ce cas, n’hésitez pas à explorer toutes les autres options, histoire de ne pas vous priver… de désert !

 

Israël

israel carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Pour les ressortissants français, passeport valable au moins 6 mois après la date d'entrée (visa visiteur délivré gratuitement sur place). Au-delà de 3 mois, visa est obligatoire.

 

CLIMAT
C'est un climat de type méditerranéen et désertique. L'été dure d'avril à octobre, chaud et sans pluie sur la côte, caniculaire dans l'Est, notamment au bord du lac de Tibériade et de la mer Morte, et dans les régions désertiques du Sud. L'hiver est froid dans les régions montagneuses (où il neige) et la nuit dans le désert du Néguev.
En hiver, la nuit tombe vers 16h. En été, le soleil se lève à 4h (à partir de juin).

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 1h à Tel Aviv.

 

DEVISE
Le Shekel (Shk).

Pas de souci pour changer vos devises. Le mieux est d'aller dans les bureaux de change (change office) qui pratiquent des taux tout à fait raisonnables, sensiblement identiques les uns aux autres.

Notez toutefois que, malgré la commission prise par votre banque à chaque retrait, le taux de change reste plus intéressant en retirant de l’argent aux distributeurs automatiques.

Il y a des distributeurs partout. Pour la carte Visa, aucun problème mais assurez-vous que le logo figure sur le distributeur avant d’introduire votre carte. En revanche, la carte Eurocard MasterCard n'est pas acceptée dans toutes les banques ni dans tous les distributeurs.

  

LANGUE
L’ HEBREU et l’ARABE.

  

RELIGION
A majorité juive.

  

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Aucun vaccin n'est exigé pour les voyageurs en provenance d'Europe.

L'infrastructure médicale est excellente en Israël.

Scorpions et serpents sont présents dans le désert et sur les sites archéologiques.

 

TRANSPORT
Le réseau de bus est bien développé. La principale compagnie Egged dessert l'ensemble du pays avec un réseau dense et pas trop cher. Les bus ne fonctionnent pas pendant le shabbat. Ils reprennent leur service le samedi vers 17h. Il propose d'intéressants forfaits.

Le train est moins cher que le bus, mais peu développé. Il dessert Nahariya, Akko, Haïfa, Tel-Aviv et Beer Sheva. Une ligne relie Tel-Aviv à Jérusalem. Attention, les trains ne circulent pas pendant le shabbat.

Le sherout sont des minibus qui partent quand le véhicule est plein mais il est possible de payer la place de la personne manquante. Contrairement au bus, ils circulent 24h/24, y compris pendant le shabbat. À peine plus cher que le bus (prix majorés lors du shabbat).

Il existe deux compagnies israéliennes qui effectuent des vols quotidiens à l'intérieur du pays, entre Tel-Aviv, Haïfa et Eilat : Arkia Airlines et IsrAir.

Pour louer une voiture en Israël, il faut, selon les compagnies, être âgé de plus de 21 ou 24 ans, et parfois avoir le permis depuis 1 ou 2 ans minimum. Le permis de conduire national suffit. Jusqu'à 23 ans, vous êtes considéré comme jeune conducteur et il faut alors souscrire une assurance spécifique qui peut coûter cher.
Attention, tous les loueurs ne possèdent pas une double assurance permettant de se rendre en Cisjordanie. Si tel est votre projet, bien poser la question avant de signer le contrat.
Le réseau routier est bien entretenu et la signalisation en anglais est excellente.
La conduite est assez sportive et ils utilisent souvent le klaxon. Au centre-ville, le stationnement est généralement payant en semaine, gratuit le week-end (vendredi après-midi et samedi). On paie au niveau des parcmètres donc ayez de la monnaie sur vous. Les emplacements interdits et autorisés pour le stationnement sont indiqués par un code couleurs le long des trottoirs. Un marquage blanc et rouge désigne les endroits où il est formellement interdit de stationner, le marquage blanc et bleu indique les zones payantes en journée (de 8h à 19h et gratuit la nuit).

Les taxis fonctionnent avec un compteur et il y a un tarif de jour, de nuit et aussi pour le shabbat.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

Les boutiques et magasins sont ouverts du dimanche au jeudi de 9h à 19h (certains font une pause de 13h à 16h). Les grandes surfaces ferment en général à 22h. Tous les commerces et les services sont fermés pendant le shabbat, du vendredi vers 14h au samedi soir ou au dimanche matin.

Les musées sont ouverts en général du dimanche au jeudi, de 10h à 16h (ou 18h), le vendredi jusqu'à 13h environ.

Les termes de politesse utilisés en France sont oubliés en Israël tel que merci, s'il vous plait. Le tutoiement est très facilement utilisé et on s'appelle facilement par son prénom. La galanterie est inexistante et pourrait être considéré comme machiste. Donc attention aux faux pas.

 

TELEPHONE
De la France vers Israël : 00 + 972 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De Israël vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

On peut utiliser son propre téléphone portable en Israël avec l’option « International ». Renseignez-vous auprès de votre opérateur sur les conditions d’utilisation de votre portable à l’étranger.
Certains opérateurs proposent des forfaits où 35 jours de roaming par an sont offerts dans le monde entier. On peut donc cumuler plusieurs voyages à l’étranger sans se soucier de la facture au retour.

 

CUISINE
C'est un mélange de cuisine juive d'Europe centrale et orientale.

La pita (galette de pain), les mezze, falafels, viandes grillées et les pâtisseries se retrouvent dans toute la région.
Vous trouverez ci-dessous quelques spécialités:
La shakshuka est un plat populaire composé de poivrons verts et rouges cuits, oignons et ail, mélangé avec des tomates concassées et saupoudré d'un mélange d'épices.
Le chamenet zaatar : fromage blanc étalé dans une assiette, saupoudré de zaatar, mélange parfumé d'origan, de thym, graines de sésame grillées, sumac moulu et avec un filet d'huile d'olive.
Le « mélange d'Israël » : mélange de viande de volaille (blanc de poulet, cœur et foie) et de bœuf (rognon et viande) et cuit comme le chawarma.

C'est aussi une cuisine casher. Donc elle interdit tout mélange de lait (donc du beurre) avec la viande. Plats différents, vaisselle différente.
Dans les vrais restaurants casher, ne demandez pas une viande saignante ou encore d'attendre une noisette de beurre sur votre entrecôte casher.

Côté boisson, c'est un pays vinicole avec de bon vin au sud de Haïfa, et dans le Golan (vins les plus courus). La bière locale est aussi bonne.

Le café se sert à la façon turque. Il y a aussi le café afoukh, genre de café au lait fouetté.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

King Amman, Amman en gourmandise(s)

La capitale d’un pays doit-elle toujours être une étape incontournable dans un voyage ? Si ce genre de questions a un nombre de réponses potentiellement infini, certaines villes font plus débat que d’autres. Par exemple, venir en France et ne pas aller à Paris est considéré comme une hérésie, tout comme Rome, Vienne, Lisbonne pour l’Italie, l’Autriche ou le Portugal. Cependant, cette évidence ne semble pas sauter aux yeux lorsqu’on parle d’Amman et de la Jordanie. Elle semble un petit peu délaissée, un petit peu mal aimée. Pourtant, Amman mérite bien mieux qu’un regard discret, qu’une légère annotation sur votre planning : porte d’entrée du pays, ville aux multiples facettes, tournée vers l’avenir et étant toujours solidement ancrées dans ses fondations et traditions, elle n’aura cesse de vous surprendre, encore et encore. Alors, vous aussi, partez donc à sa découverte !

 

Amman, hier...

 

Savez-vous ce qu’ont Rome et Amman en commun ? En-dehors d’un patrimoine historique exceptionnel, les deux capitales ont été fondées autour de sept collines. C’est sur la plus fameuse d’entre elles que vous devrez forcément passer, pour aller visiter la citadelle et musée historique de plein air : Jabal al-Qal'a (ou citadelle d’Amman en français). En ces lieux habités depuis le Néolithique (et dont le nom est mentionné dans la Bible, c’est dire), vous voyagerez littéralement dans le temps, sans pour autant quitter la capitale car le site est situé au cœur d’Amman. En cette jabal (citadelle, donc), se trouvent murailles, temples et artefacts. Prenez absolument le temps d’admirer les ruines du temple d’Hercule, en essayant d’imaginer la grandeur et la ferveur des cultes de jadis, lorsque Marc Aurèle était empereur. D’ailleurs, si l’archéologie romaine est l’une de vos passions, Amman saura vous combler : on y trouve le plus grand théâtre romain de Jordanie, une auguste construction de 6000 places dont la construction remonte au deuxième siècle de notre histoire (du temps d’Antoninus Pius, soit dit en passant). Ce même théâtre est d’ailleurs toujours utilisé et y assister à un spectacle, dans ce décor pluri-millénaire, est une expérience hors du commun !

 

Une fois ces visites effectuées, que faire donc à Amman, Philadelphie romaine d’antan ? Et bien, continuer à explorer, découvrir, pousser les portes et les jalons : la liste des musées semble ne jamais s’arrêter, offrant tellement de possibilités qu’il en devient compliqué de choisir : musée royal de l’automobile, musée national de la Jordanie, musée du folklore, musée royal des chars (oui, oui), des traditions populaires, des enfants, de la vie parlementaire (oui, oui, bis)... L’énumération en elle-même est déjà un voyage !

 

Amman, aujourd’hui

Alors, plutôt que de ne passer qu’une seule petite journée à Amman, pourquoi ne pas plutôt vous laisser guider, tenter, bercer et vous immerger entre culture et vie quotidienne ? Car Amman est bien cela : une capitale de quatre millions d’habitants qui paraît toujours animée, un peu discrète, des fois exubérante, toujours surprenante. Y aller, c’est entrer dans un autre monde, dans de nouvelles traditions, us et coutumes, mœurs. C’est s’offrir une plongée de plein pied dans un fleuve où les confluents se mélangent pour former un tout unique : la Jordanie.

 

Ici, c’est un souk qui s’offre à vous, avec les mille et une marchandises qu’on ne trouve que dans ce coin du monde. Allez-vous craquer pour ce souvenir ? Ou plutôt pour celui-ci ? Et quid de ces effluves épicées qui viennent, alléchantes, titiller vos narines et réveiller en vous un appétit que l’on croyait apaisé ? Ces souks, si typiquement arabes et emblématiques du Moyen Orient, sont un voyage dans le voyage, une parenthèse qu’il faut absolument ouvrir pour ne jamais, en réalité, la refermer. Comment oublier une première fois dans une telle atmosphère trépidante de vie, d’envies ? Il n’y a que se laisser bercer, se laisser guider par les cris, les appels, les stimulations sensorielles qui semblent venir de partout et nulle part à la fois.

 

Il est difficile de ne pas craquer, de ne pas vouloir tout acheter. Pour autant, rien ni personne ne vous oblige, ne vous pousse à l’achat. Et si l’artisanat jordanien vous laisse insensible, peut-être que les spécialités culinaires, à déguster sur le pouce, auront plus de succès ? C’est ici que se dégustent falafels, shawarma et autres knafeh. Ils sont, paraît-il, les meilleurs du monde et les recettes se transmettent au creux de l’oreille, d’une génération à l’autre.

 

Alors, Amman saura-t-elle retenir votre attention, vous donner envie de rester, de prolonger votre séjour ? Ou bien la regarderez-vous comme une connaissance lointaine, que l’on salue de loin avant de partir ?

 

Dans tous les cas, il n’y a qu’une seule chose à faire pour le savoir : y aller !

Oman

Ce trésor caché entre le désert et la mer d’Arabie a toujours été à la croisée des routes maritimes entre l’Asie, l’Afrique de l’Est et l’Europe. Dans le désert de wahiba, les Bédouins font encore vivre la grande tradition caravanière.

Ce pays a su garder son identité, ses valeurs et son mode de vie.

Vous commencerez votre séjour par la capitale Mascate avec sa grande mosquée, sa vieille ville Muttrah et le palais de Sa Majesté le Sultan Qaboos Bin Said.

oman palais monplanvoyage mascate oman monplanvoyage 

En autotour, vous vous dirigerez vers le sud, Ras al hadd, en passant par Qurayat, un petit village de pêcheurs rendu célèbre par son marché de chevaux. 
Cette route vous fera découvrir des vues magnifiques sur des canyons, des plages de sable blanc et de superbes oasis appelés wadi. Vous pourrez ainsi vous émerveiller sur les beautés de la nature.
Enfin de journée, prévoyer une visite à la réserve naturelle de Ras Al Jinz, pour observer les tortues vertes qui viennent pondre leurs œufs sur la plage.

 montagne oman monplanvoyageoman plage monplanvoyage

Puis direction le désert de Wahiba à la rencontre des bédouins pour une expérience unique. Sur le chemin, vous traverserez la vallée fertile des wadis et des palmeraies. Vous pourrez vous baignez dans une eau naturelle et pourquoi pas profiter d’un pique-nique au bord de l’eau.
Arrivée au desert camp, vous assisterez à un très beau coucher de soleil sur le désert et un barbecue arabe vous attendra pour clôturer la journée.

wadi oman monplanvoyagedesert oman monplanvoyage

Le lendemain, direction les montagnes de Al Jabal Akhdar où vous découvrirez de merveilleux villages de montagne réputés pour leurs roseraies et palmeraies.
Cette étape vous permettra de faire des balades à travers des paysages somptueux à couper le souffle. 

oman palmeraie monplanvoyage

Passez ensuite par la ville fortifiée de Nizwa et découvrez les marchés d’artisanat omanais ainsi que les vestiges de maisons anciennes.

nizwa oman monplanvoyage

Vous atteindrez Jabal Shams, le plus haut sommet d’Oman (3009 mètres) et, en chemin, vous vous arrêterez à Misfah Al Abreyeen : village rural sur la crête de Jabal Al Akhdar. Ce village se caractérise par ses étroites ruelles, ses pittoresques fenêtres et ses splendides portes. 
Une autre étape à prévoir est Al Hamra avec ses maisons de torchis vieilles de 400 ans.

 oman jabal shams monplanvoyageoman al hamra monplanvoyage

Puis vous redescendrez dans la plaine en passant par les sources d’eau chaude de Ain Al Thowarah et par différents forts datant du 17ème siècle.
De retour à Mascate, profiter d’une étape balnéaire et aller sur les îles Daymaniyat, une réserve riche en patrimoine naturel et parfait pour le snorkeling et la plongée.

oman monplanvoyage

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

 

 

 

Emirats Arabes Unis

emirats arabes unis carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable au moins 6 mois après la date d'entrée (pour un court séjour).

En arrivant à Dubaï, les ressortissants de l'Union européenne se voient remettre gratuitement un tampon, un visa ou un timbre donnant un droit de séjour. Pour les ressortissants de l'UE, séjour de 90 jours maximum, en une ou plusieurs fois, sur une période de 180 jours à compter de la date du tampon.

  

CLIMAT
Le climat est chaud. Ces faibles pluies tombent en hiver, entre novembre et avril. Les rares pluies sont violentes, surtout dans les montagnes de l’Est.
50 °C n’ont rien d’exceptionnel entre mai et septembre, à la mi-journée. Une chaleur d'autant plus pénible que l’humidité, due à l’évaporation des eaux du Golfe, atteint 90 à 95 % certains jours.
Un vent brûlant, le shammal, peut souffler : c'est alors la tempête de sable, qui rend la circulation presque impossible.

En hiver, le mercure reste doux, avec 25-26 °C de moyenne diurne en janvier. En revanche, les nuits sont (très) fraîches dans le désert.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 2h en été à Dubaï et plus 3h en hiver.

 

DEVISE
Le dirham des Émirats arabes unis (AED).

Le change s’effectue très facilement. Outre les banques, on trouve des bureaux de change partout, jusque dans les centres commerciaux. Autant que possible, demandez des petits billets : les gros sont souvent refusés, les commerçants n’ayant fréquemment pas assez de monnaie.

On trouve des distributeurs automatiques accessibles 24h/24 partout.
Les cartes bancaires, Visa, MasterCard et American Express, sont largement acceptées, à l’exception des plus petits commerces de proximité.

 

LANGUE
L’ARABE et l’ANGLAIS couramment parlé.

 

RELIGION
Musulmane.

  

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Pas de vaccin obligatoire.

Le paludisme est quasiment inexistant sur l’ensemble des Émirats arabes unis, à l'exception de quelques oasis à eaux stagnantes. Prévoir néanmoins un répulsif anti-moustique, car les moustiques sont actifs toute l’année, surtout après le coucher du soleil.

L'eau du robinet est potable, mais le goût de cette eau de mer dessalée n'est pas très agréable.

 

TRANSPORT
Les trains sont inexistants.

Le choix des bus en la matière est assez limité. On peut surtout compter sur la ligne Dubaï-Abu Dhabi desservie par Emirates Express, avec des liaisons toutes les 40 min.

En plus des services urbains, Abu Dhabi Municipality Transport assure une liaison vers Al Ain. Prévoyez d’avoir la monnaie, les chauffeurs en ont rarement assez.
L’une des rares lignes de bus internationales accessibles aux Occidentaux est celle qui relie Dubaï à Mascate (Oman) via l’oasis de Hatta, à raison de 3 ou 4 départs quotidiens, le matin ou l’après-midi.

Difficile de se déplacer efficacement aux Émirats sans voiture. Une voiture de location n’est pas très chère, les routes sont excellentes et l’essence n’est pas chère.
On conduit à droite et les panneaux routiers sont traduits en anglais.
Le permis de conduire international, qui comprend un volet traduit en arabe, est obligatoire en plus du permis national. Il s'obtient gratuitement auprès de la préfecture ou sous-préfecture de votre département et est valide 3 ans.
L'assurance au tiers est elle aussi obligatoire. La plupart des compagnies de location de voiture autorisent le passage de la voiture à Oman à condition de souscrire une assurance complémentaire avant le début de la location.
Le code de la route et les règles de sécurité ne sont pas toujours respectés (c'est un euphémisme), et les accidents sont fréquents, restez donc prudent.

 

VIE PRATIQUE
Besoin d’adaptateur.

Les Émirats vivent largement en fonction de la charia et des préceptes de l’islam. Certes, les femmes étrangères ne sont pas tenues de se voiler, certes elles sont autorisées à conduire, mais il est préférable de ne pas sortir son plus beau décolleté.

Ne flirtez pas en public (même si vous êtes déjà en couple) : c’est un délit (éventuellement) punissable par de la prison ! Même sanction si vous mangez ou buvez en public pendant la journée durant le ramadan. Le concubinage est théoriquement illégal et l’homosexualité est punie par la loi.

 

TELEPHONE
De la France vers les Emirats Arabes Unis : 00 + 971 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Des Emirats Arabes Unis vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Les cartes téléphoniques sont vendues dans les supermarchés, les stations-service et certaines boutiques (30 à 45 Dh).

 

CUISINE
Les grandes villes des Émirats regorgent d’innombrables restaurants débitant toutes les cuisines du monde, ou presque.
L’en-cas bon marché par excellence se nomme shawarma, l’équivalent libanais du kebab turc ou du souvlaki grec. Il est préparé à base de poulet ou d’agneau.

Commandez un assortiment de mezze, à étaler sur du pain non levé. À côté des classiques tabbouleh à la libanaise (noyé dans le persil) et houmous (purée de pois chiches, pâte de sésame et citron), on trouve aussi feuilles de vigne (wara enab), caviar d’aubergines (moutabal), fromage frit, salades de haricots blancs, etc. Vous mangerez aussi sans vous ruiner un curry ou un biryani dans les petits restos indiens et pakistanais, présents dans toutes les villes.

Concernant les spécialités, vous avez :
Les machbous, version commune du ghouzi, à base de mouton ou de poulet. Le riz est parfumé à la cardamome, à la noix de muscade, au paprika, au poivre, au clou de girofle, au cumin... Un vrai dictionnaire des épices ! Autre bonne option : les courgettes farcies (koussa mahshi).

Les amateurs de produits de la mer dégusteront les poissons, les crevettes et crabes des eaux du Golfe. Le madrooba est un plat de poisson séché et réhydraté, façon morue, au beurre fondu.

Pour le dessert, passez au marché et faites le stock de dattes.
Côté pâtisseries, on trouve désormais de tout : des cupcakes anglais, des gâteaux au chocolat dans les coffeeshops et, quelques knafaet autres baklavas débordant de sirop, de miel.

Les Émiriens consomment beaucoup de café. Impensable de se réunir sans une bonne tasse devant soi.
Dans les traditionnelles en ghahwa, le moka est préparé dans une cafetière en laiton, épicé à la cardamome et sucré avant d’être servi dans de toutes petites tasses. On peut demander à ce qu’il soit moins sucré (mazbout), voire sans sucre (murra).

La vente d’alcool est en revanche contrôlée, et seuls les restaurants et bars des hôtels ont le droit d’en vendre.
Seuls les résidents étrangers détenteurs d’un permis peuvent acheter des boissons alcoolisées (bière comprise) dans les magasins spécialisés. L’âge légal pour boire est de 21 ans.

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Jordanie

La Jordanie est située entre 2 mers, la mer Morte et la mer Rouge. C’est un petit pays désertique mais aux nombreux vestiges dont le plus connu est Pétra. Vous découvrirez des couleurs allant du jaune au rouge dans des panoramas à couper le souffle.

desert wadi rum sable jordanie monplanvoyagemer morte sel jordanie monplanvoyage

Partez sur les traces de Lawrence d’Arabie et découvrez les traditions du monde arabe. Vous visiterez à votre rythme les richesses historiques d'Amman jusqu'à Petra et, vivez chaque jour une nouvelle page de l'histoire des civilisations qui se sont succédéeś au Proche-Orient. Visites des sites incontournables inscrits au Patrimoine mondial par l'UNESCO : Petra et Wadi Rum dont une journée dans le Wadi Rum pour admirer les profondeurs de ce désert millénaire.

amman temple histoire archeologie jordanie monplanvoyagepetra temple histoire archeologie jordanie monplanvoyage

Des déjeuners chez l’habitant seront prévus pour découvrir le sens de l’hospitalité́ et la gastronomie Jordanienne. 

jordanie food cuisine gastronomie monplanvoyage

Tout d’abord, visite de la ville de Salt avec ses tombes romaines, sa Citadelle et sa forteresse Ayyoubide du XIIIe siècle. Vous découvrirez aussi son petit musée et son école d’artisanat où vous pourrez admirer l’art de la céramique, du tissage, de la sérigraphie et de la teinture. 

salt ville architecture jordanie monplanvoyagejordanie art ceramique monplanvoyage

Continuation vers Iraq al-Amir, grand site hellénistique, connu pour son palais et visite de la ville Amman, capitale du royaume hachémite. La ville est un agrégat de cubes couleur crème, doré par le soleil. Du haut de la citadelle, ne pas manquer la vue superbe sur la ville basse. Petit tour ensuite dans la ville basse, qui a conservé́ un beau Théâtre Gréco-Romain.

palais archeologie pierre jordanie monplanvoyageamman theatre archeologie jordanie monplanvoyage

Dans la vieille ville, vous passerez par quelques marchés pour tester des plats et desserts locaux.

amman cuisine food gastronomie jordanie monplanvoyageamman marche food gastronomie jordanie monplanvoyage

Vous ferez route ensuite vers Jérash. C’est le deuxième plus grand site de Jordanie après Pétra, aujourd’hui, considérée comme l’une des villes romaines les mieux conservées du Proche-Orient. La ville a été entièrement construite dans un calcaire rosé orangé, magnifié par les rayons du soleil à l'aube et au couchant. Vous pourrez admirer les trésors de cette ville romaine avec : ses rues pavées de colonnades, d'immenses temples et théâtres, ses thermes et fontaines ainsi que ses murailles percées.

jerash temple archeologie histoire jordanie monplanvoyage

Direction Madaba, ville réputée pour ses mosaïquesVous découvrirez le Mont Nébo près de Madaba. Moise parti des plaines de Moab et monta au sommet du Mont Nébo. C’est devenu un lieu de pèlerinage universel à partir du début de l'ère chrétienne, vers la Route des Rois.

madaba mosaique art jordanie monplanvoyagemont nebo moise histoire pelerinage jordanie monplanvoyage

Vous aurez une vue panoramique de Wadi Mujib, arrivée à Karak. Vous verrez la forteresse de Karak et cette vallée en contrebas qui fût l’une des grandes voies vers la Palestine. Vous logerez dans un hôtel qui possède une grande terrasse avec une vue imprenable sur le canyon.

karak chateau forteresse histoire jordanie monplanvoyagedana canyon nature jordanie monplanvoyage

Visite du Village Dana à pied, et vous rencontrerez les locaux qui vous feront déguster le Pain Pané à la façon Bédouine et vous montreront l’artisanat local. Une randonnée de 2h peut également être planifiée et pour les plus sportifs une de 4h.

dana village pierre architecture jordanie monplanvoyagecuisine bedouin food pain jordanie monplanvoyage

Ensuite, vous continuerez vers Shobak et son château enchanteur perché dans un paysage sauvage et isolé. Guidés par le gardien du Château, et avec l'aide d'une torche, vous aurez la chance de découvrir les différentes parties du château.

shobak chateau histoire jordanie monplanvoyage

Continuation vers la visite de Petite Petra. Le lendemain, vous ferez la majestueuse Pétra, la ville rose. Huitième merveille du monde et déclarée site de l’héritage mondial par l’UNESCO, c’est le site le plus célèbre de la Jordanie et du Moyen Orient. Vous traverserez le Siq, étroite et longue faille due à un tremblement de terre préhistorique. Au bout du Siq, apparaît soudain, le monument le plus majestueux de Petra, « Al Khazneh » ou le « Trésor » au décor gréco-romain. Au-delà du Trésor, il y a des centaines de bâtiments sculptés, des temples, des tombeaux royaux, des bains, des portes en forme d’arche, des rues pavées et surtout Le Théâtre Romain de 3000 sièges environ. Vous traverserez Le Cardo Romain et vous visiterez le « Qasr El Bint », le seul temple encore debout et dans état de conservation remarquable. Allez profiter d’un beau point de vue qui surplombe la porte.

petra siq faille jordanie monplanvoyagepetra porte archeologie histoire jordanie monplanvoyage

Puis, direction la nature avec les falaises, les pics et les vallées du Wadi Rum. Une beauté sereine et une écrasante grandeur selon T. E. Lawrence. Ce site désolé fut, en effet, l'un des hauts lieux de la Grande Révolte arabe, magnifié dans le film Lawrence d'Arabie.

rum wadi desert jordanie laurence arabie film jordanie monplanvoyagewadi rum vallee nature desert laurence arabie film jordanie monplanvoyage

Une excursion en 4x4 sera planifiée à la découverte d'un paysage naturel des plus extraordinaires, avec ses monts rocheux et son sable rouge. Roulez à travers les montagnes déchiquetées, les cratères géants et les dunes de sable ondulantes qui s'étendent à perte de vue. Vous dormirez dans un camp de bedouin pour vivre ce moment magique !

wadi rum voiture desert nature jordanie monplanvoyagewadi rum camp bedouin desert nature jordanie monplanvoyage

Enfin, vous terminerez votre séjour par la Mer Morte, le point le plus bas du globe avec 417 mètres sous le niveau de la mer Elle est reconnue comme étant le plus riche trésor mondial de sels naturels ! Riches en minéraux, cette eau est réputée pour soigner certaines maladies. Elle est aussi connue pour faire littéralement flotter les gens dû à sa teneur en sel. Sur la route, vous vous arrêterez contempler les nombreux panoramas de la Mer Morte qui s’offrent à vous.

Vous profiterez également des sources d’eaux chaudes pour une détente totale.

mer morte sel paysage nature jordanie monplanvoyagemer morte thermal source eau chaude jordanie monplanvoyage

Pour ce séjour, vous serez en pension complète avec un chauffeur et un guide francophone.

Donc, vous n’aurez plus qu’à contempler et profiter !

La Jordanie façon pratique

Voyager dans un nouveau pays n’est pas toujours une sinécure, surtout lorsque la destination se situe en-dehors de notre zone de confort habituelle. Devoir s’adapter à une nouvelle culture, anticiper les éventuelles incompréhensions de communication, veiller à emporter un équipement adéquat selon la saison et les besoins concrets sur place : la liste est potentiellement infinie. Cependant, il est facile de s’éviter bien des tracas en prenant, simplement, le soin de préparer un tout petit avant de partir. Ainsi, pour que votre futur voyage en Jordanie se déroule pour le mieux, voici quelques informations essentielles à garder en tête !

 

Les saisons en Jordanie

 

Bien que située dans le Moyen-Orient et étant essentiellement désertique, la Jordanie n’en dispose pas moins d’un climat plutôt surprenant puisque (quasiment) propice aux voyages en toutes saisons. Ainsi, le seul élément à prendre véritablement en compte est celui des températures, dont l’amplitude peut surprendre, selon la région du pays où vous êtes et en sachant que, grosso modo, les saisons peuvent être ainsi découpées : un hiver de décembre à mars, le printemps de mars à mai, l'été de juin à août et enfin l’automne entre septembre et novembre.

Entre ces différentes périodes, peu, véritablement, de différences d’ensoleillement : il est quasi constant en Jordanie. Là où se font les différences - et c’est un point important qui va fortement déterminer votre choix de voyage, ce sont (encore une fois !) les températures : 30° en moyenne en été contre 17° en hiver, le tout étant pondéré par votre emplacement : il fera ainsi beaucoup plus chaud et sec si vous êtes dans le désert du sud, le Wadi Rum ou sur la Route des Rois que si vous vous promenez à Aqaba ou Amman !



Du coup, quelle saison choisir ?

 

 

Alors, en gardant dans un coin ces éléments, quelle est la meilleure période pour partir en Jordanie, d’un point de vue météorologique et saisonnier ?

 

Sans réellement faire de débats, les avis se rejoignent sur le fait que l’automne semble être la période la plus propice car, à ce moment de l’année, les foules touristiques sont moindres et le climat est l’un des plus agréables pour un voyage détendu et permettant un accès aisé à toutes les zones géographiques de la Jordanie. Si vous ne pouvez pas partir à cette période, le printemps est une excellente alternative, notamment pour randonner, aller plonger dans la Mer Morte ou encore organiser (soyons fous !) un voyage à travers toute la Jordanie.

Concernant l’hiver, ce n’est généralement une saison conseillée (gare aux températures descendant jusqu'à 13° et à des intempéries qui peuvent aller jusqu’à de la neige dans le nord du pays. Oui, oui, de la neige en Jordanie, c’est possible)... sauf si vous avez le Wadi Rum en tête et en raison principale de votre voyage, ce qui rend du coup l’hiver comme une saison idéale pour visiter ce milieu désertique !

 

Et le reste ?

Une vie entière ne suffirait pas à expliquer, décrire et formaliser toutes les subtilités de la Jordanie. Sachez donc simplement que la Jordanie est un pays sûr, qui ne présente pas de risques spécifiquement ciblés, même à Amman. Il vous faudra juste faire preuve du bon sens nécessaire et essentiel en voyage : faire attention aux escroqueries classiques, évitez les pièges à touristes trop évident, ne pas vous balader avec tout argent sur vous (etc, etc !).

En tant que touriste, vous serez surpris par la chaleur de l’accueil en Jordanie : en tant qu’hôte, vous êtes sacré et l’hospitalité ne sera jamais feinte. Soyez donc respectueux des personnes qui vous accueillent et des lieux que vous visiterez. Demandez toujours la permission avant de photographier quelqu’un et soyez particulièrement vigilant aux alentours des lieux officiels et/ou de culte : il se peut que la photographie y soit très mal vue (voire même carrément interdite).

 

Enfin, la langue officielle de la Jordanie étant l’arabe (et bien que l’anglais soit totalement d’usage), pourquoi ne pas profiter de votre voyage pour apprendre quelques formules essentielles de politesse ? C’est une excellente façon de nouer des liens authentiques et véritables avec les gens que vous croiserez tout au long de votre séjour et une belle manière de montrer votre intérêt véritable pour ce peuple, ce pays et cette culture.

Car, après tout, n’est-ce pas pour apprendre et découvrir que nous voyageons ?

Israël

Israël, berceau du christianisme et du judaïsme, est surnommée la Terre Sainte. Chaque année, des milliers de pèlerins y vienne pour retrouver les origines de leur foi ou d’autres y viennent pour ses plages, son front de mer aménagé « à la californienne et les marchés plein de couleurs de Tel Aviv.
Un séjour en Israël est à la fois un voyage dans l’espace et dans le temps.

israel desert monplanvoyageisrael tel aviv plage beach mer monplanvoyage

Vous débuterez par Tel Aviv considérée comme le Miami de la Méditerranée. Poumon économique du pays, cette métropole est hyperactive et revendique son penchant pour les arts et la fête : théâtre, musique, danse contemporaine, musées et galeries d’art, ateliers de créateurs, sans compter les dizaines de restos et de bars dont on ressort à l’aube, et pour finir à la plage.

tel aviv galerie art musee israel monplanvoyagetel aviv cafe bar plage beach israel monplanvoyage

Son front de mer est aménagé « à la californienne » (longue promenade piétonne, piste cyclable et rollers) et des bars-restos de plage vous permettront de vous détendre.

tel aviv beach plage promenade israel monplanvoyage

Profiter également de la vieille ville de Jaffa, au sud de Tel-Aviv. C’est un lieu de visite incontournable. C’est la porte d’entrée de la terre d’Israël.
On parle souvent de Jaffa comme du plus vieux port du monde. C’est aujourd’hui une marina pittoresque pour les pêcheurs locaux et les propriétaires de bateaux de plaisance.

Déambulez le long des petites allées aux larges marches pour arriver place de l’horloge. Vous trouverez le marché aux puces (Flea market), autre lieu incontournable.
Continuez votre balade à travers les ruelles de la ville bordées d’immeubles anciens au passé historique lourd mais aussi remplies de galeries d’artistes, de boutiques de culte et de bijouteries.

jaffa port israel monplanvoyagejaffa rue pierre architecture israel monplanvoyage

Vous pourrez vous arrêter dans l’un des nombreux kiosques et cafés pour vous désaltérer et prendre un petit en-cas. Lors des jours de fêtes ou le Shabbat (Samedi), le vieux Jaffa est bondé d’artistes.

Prenez le temps de vous asseoir dans un café comme les locaux et de discuter. Il y a beaucoup de cafés à Tel-Aviv. Ils sont appelés café, mais en fait ce sont des restaurants qui servent des repas légers comme des omelettes, des sandwiches et des salades.

tel aviv kiosque cafe food israel monplanvoyage

Profiter aussi de la ville pour découvrir toute la culture du street-art très présente.

tel aviv street art israel monplanvoyage

Puis, vous quittez la ville pour prendre la direction de Ein Gedi, une oasis et une ancienne ville au bord de la rive occidentale de la mer Morte à la limite du désert de Judée en Israël. Elle est située à proximité des sites de Massada et de Qumran.
Sur la route, vous longerez la mer morte avec des paysages magnifiques.

ein gedi oasis israel monplanvoyageein gedi oasis mer morte israel monplanvoyage

Vous logerez en kibboutz situé dans des jardins botaniques luxuriants. Vous aurez des vues magnifiques sur les cours d'eau, les collines, le désert et le lac environnant.

ein gedi kibboutz paysage jardin montagne israel monplanvoyage

Avec un guide anglophone, vous irez à Massada où vous aurez l'occasion de prendre le téléphérique pour vous rendre à la forteresse au sommet d'une colline et explorer les ruines. Ce site incarne l'une des idéologies fondatrices de l'État d'Israël.

massada forteresse site histoire israel monplanvoyage

Vous ferez une pause sur l'une des plages pour vous baigner. La mer Morte a une teneur en sel unique et élevée qui aurait des pouvoirs de guérison pour le psoriasis et d’autres maux. Au cours des dernières décennies, la mer Morte s'est asséchée progressivement en raison du manque de reconstitution des ressources du Jourdain, qui commence au bord de la mer de Galilée. Israël utilise la mer de Galilée comme réservoir et, en raison de la demande croissante de la population israélienne et de l’absence de précipitations suffisantes, il n’y a pratiquement plus d’eau qui s’écoule dans le Jourdain et la mer Morte.

ein gedi mer morte sel israel monplanvoyage

Direction, le désert du Néguev avec des paysages presque lunaires. Des montagnes blanches, du sable noir, des cratères, des étendues plates sans fin, des tâches de sable foncé, clair, orangé… Et au milieu du désert, des oasis, des petites vallées feuillues et des points d’eau. Un véritable voyage dans l’espace.

neguev desert montagne canyon israel monplanvoyageneguev desert oasis israel monplanvoyage

Pendant ce séjour avec un guide, vous partirez visiter une commune bédouine et un village local. Vous aurez un déjeuner traditionnel bédouin avec une famille bédouine et apprendrez comment ils vivent.
Puis vous visiterez une coopérative de tissage pour femmes et ferez un arrêt à Likiyah, une coopérative de broderie pour femmes qui possède une tente et un magasin.
Cette visite est une excursion qui vous plonge au cœur des réalités de la vie bédouine et dissipe les mythes romantiques qui entourent ce peuple autrefois nomade.

neguev desert bedouin atelier tissage femme israel monplanvoyageneguev desert bedouin cafe israel monplanvoyage

Enfin, direction la ville sainte Jérusalem. La vieille ville de Jérusalem est entourée d’une muraille (rempart) et elle a 8 portes.
Toutes les portes sont ouvertes, sauf la « porte d’or » dans la zone du Mont du Temple. La porte de Jaffa est la porte principale, vous entrerez probablement par cette porte. Bien sûr, vous vous rendrez au Mur des Lamentations appelé aussi Kotel.

jerusalem ville sainte israel monplanvoyagejerusalem mur lamentation israel monplanvoyage

N’hésitez pas à vous rendre aussi dans les Tunnels du Mur des Lamentations qui représentent des excavations qui révèlent encore une section du Mur (500 mètres de large au lieu des 60 mètres exposés, à l’extérieur).
Des visites peuvent être effectuées uniquement avec une visite guidée qui dure environ 1 heure. Il est préférable de réserver à l’avance.

jerusalem tunnel architecture israel monplanvoyage

Puis, vous irez au Mont du Temple – Le Dôme du Rocher qui est une zone surélevée contenant deux célèbres mosquées. L’endroit est très sacré pour les musulmans et les juifs religieux.
Il est possible d’accéder à la zone du Mont du Temple par un pont, depuis la place du Mur occidental. Les musulmans peuvent accéder à partir d’autres entrées.
Visiter l’Église du Saint-Sépulcre qui est l’église la plus importante de la vieille ville de Jérusalem.

jerusalem mont temple mosquee israel monplanvoyage

Prenez de la hauteur au Mont des Oliviers qui est une colline en face de la vieille ville avec des églises importantes et des points de vue magnifiques sur la vieille ville.

jerusalem mont oliviers paysage israel monplanvoyage

Enfin, rendez-vous à la Cité de David (avec le Tunnel d’Ezéchias). C’est un important chantier archéologique et un long tunnel d’eau permettait d’alimenter la ville en eau.
Les excavations ont commencé en 1850 et sont toujours en cours.
Il existe plusieurs tunnels à visiter sur ce site. Le principal tunnel est celui de Ézéchias, qui mesure 500 mètres de long où il y a de l’eau. Il faut environ 40 minutes pour marcher d’un bout à l’autre. C’est un lieu très pittoresque.

jerusalem tunnel eau piscine israel monplanvoyage

Puis retour à Tel Aviv pour prendre votre vol international.

Jordanie

jordanie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable encore 6 mois à partir de la date d’entrée en Jordanie.

Un visa est obligatoire. Sa validité dure 3 mois pour un séjour d’1 mois sur place. On l’obtient soit à l’ambassade de Jordanie dans son pays d’origine (obligatoire pour un visa multiples entrées), soit directement à la frontière (visa 1 entrée seulement ; compter 40 JD, quelle que soit la nationalité, payable uniquement en dinars jordaniens.

Autre solution très intéressante, acheter le Jordan Pass en ligne, avant le départ et l’imprimer, à condition de rester au minimum 3 nuits dans le royaume. Avantage : le pass regroupe à la fois les frais de visa (1 seule entrée) et l’entrée de 40 sites (dont Petra, le wadi Ram et Jerash pour ne mentionner que les principaux).

 

CLIMAT
Le printemps commence en mars et se termine fin mai (c’est la haute saison).

L’été enchaîne jusqu’en septembre, l’automne s’étire jusqu’en novembre (encore la haute saison), puis l’hiver s’installe.
Toutefois, la majorité du pays se situant entre 700 et 1 600 m, les températures dépassent rarement les 30 °C, et les nuits sont plutôt tempérées.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 1h à Amman.

 

DEVISE
Le dinar jordanien (JD).

Toutes les banques sur place acceptent les euros.
Changez votre argent dès votre arrivée (mais le moins possible à l'aéroport), car aucune monnaie étrangère n'est acceptée dans les commerces.
Le taux de change (pour le cash) est en général meilleur dans les banques (et particulièrement à la Housing Bank) que dans les bureaux de change
De plus en plus d'hôtels (sauf les plus modestes), de restos (chic) et de commerces (pour touristes) acceptent les cartes Visa, un peu moins les MasterCard (ça dépend des villes), mais attention au taux de change.

Aucun problème pour trouver un distributeur de billets dans les grandes villes et les villes moyennes, mais, chaque retrait est commissionné.

 

LANGUE
L’ARABE.

 

RELIGION
Musulmane

  

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Pas de problème particulier : les conditions d'hygiène sont bonnes et le pays est relativement bien équipé sur le plan médical. Pas de vaccins obligatoires si l'on vient d'Europe.

L’eau du robinet est réputée potable dans tout le pays, mais on la déconseille. Mieux vaut se rabattre sur l’eau minérale en bouteille

 

TRANSPORT
Les taxis collectifs ou taxis « services » à quatre places ne partent que lorsque tous les sièges sont occupés. Un peu plus chers que les bus, ils sont beaucoup plus rapides.
À Amman, ces derniers sont munis d'un compteur (meter), qu'ils doivent obligatoirement utiliser. Évitez de demander « how much ? », dites plutôt « meter, please ! ». Attention, les chauffeurs ajoutent parfois leur pourboire spontanément.

Pour des excursions ou pour parcourir de longues distances, notamment pour rallier certaines villes sur la route du Roi où les transports publics sont quasi inexistants, on peut avoir recours à la location de voiture ou à un taxi privé.
Si vous optez pour ce dernier, la course n’est pas si onéreuse à plusieurs et permet de gagner un temps précieux.

Toutes les villes sont desservies par des bus et/ou par des minibus. Les bus ont des horaires fixes (plutôt bien respectés pour la compagnie Jett qui relie quotidiennement Amman à Pétra et à Aqaba), tandis que les minibus sont irréguliers, car, comme les taxis « services », ils ne partent qu’une fois pleins.

On trouve des voitures avec ou sans chauffeur et de toutes catégories auprès de compagnies locales ou internationales à Amman et à Aqaba (réserver à l’avance). Le permis national suffit. Seule condition : avoir plus de 21 ans.
La signalisation est correcte. En arabe et en anglais dans Amman, où il est de toute façon difficile de se repérer au début. Dans les zones touristiques, vous pourrez tomber sur quelqu’un qui parle l’anglais et qui pourra vous aiguiller. En dehors, les habitants vous aideront volontiers, mais ils parlent plus rarement une langue étrangère.
On roule à droite. Vous verrez que la conduite en Jordanie est plutôt sportive et le code de la route assez peu respecté.

Les lignes ferroviaires sont inexistantes.

 

VIE PRATIQUE
Besoin d’adaptateur.

Les Jordaniens attachent une grande importance à la politesse. Cela explique d'ailleurs leur sens de l'hospitalité.

Quelques règles élémentaires.
Les Jordaniens sont toujours surpris (et flattés) de rencontrer des Occidentaux qui font l'effort de s'intéresser à leur langue. Quelques mots d'arabe prononcés au bon moment raviront vos interlocuteurs !

Le salut est très important. Les traditionnels « salamalecs » (salam aleikoum - réponse : aleikoum salam, etc.) ont tendance à disparaître au profit du bref salut occidental.
En principe, une invitation lancée par un Jordanien à un visiteur ne se refuse pas d'emblée (sauf si elle vous paraît louche), un cadeau non plus. Si vous n'avez pas le temps de vous rendre chez quelqu'un, ne refusez pas brutalement. Commencez par remercier, et inventez une excuse.
Si vous acceptez une invitation, il faudra vous plier aux cérémonies : boire du café et du thé, prendre le temps de discuter, etc. On ne rend pas une tasse non vidée. De même, manger avec appétit sera très apprécié.

La main gauche est impure : ne saluez pas et ne mangez pas avec.

On ne jette pas le papier toilette dans la cuvette, mais dans une petite poubelle prévue à cet effet.

Il est préférable d'éviter certains sujets avec les Jordaniens que l'on ne connaît pas bien, notamment la religion et la politique.

Les Jordaniens sont très prévenants avec les femmes étrangères, et les incidents rarissimes.
Les réactions se limitent à des regards étranges. Cela dit, les femmes feront particulièrement attention à leur tenue vestimentaire : pas de décolleté plongeant à Pétra ou dans le wadi Ram. Éviter de montrer ses jambes au-dessus du genou, ses épaules et son dos.
Sur les plages, quel que soit le maillot porté, on sera de toute façon hors de leurs codes, ce qu'ils admettent très bien.

 

TELEPHONE
De la France vers la Jordanie : 00 + 962 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Jordanie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Activer l’option « international » ou « monde » : elle est en général activée par défaut. Pensez sinon à contacter votre opérateur pour souscrire à l’option (gratuite) au moins 48h avant votre départ.
Certains opérateurs proposent des forfaits où 35 jours de roaming par an sont offerts dans le monde entier. On peut donc cumuler plusieurs voyages à l’étranger sans se soucier de la facture au retour.

 

CUISINE
Les plats les plus courants servis en Jordanie sont largement influencés par les cuisines égyptienne, libanaise, turque et irakienne.

L'aliment de base est le pain arabe (khobz, ou pita), en général excellent, surtout s'il est chaud.

Les mezze : ce sont des entrées froides ou chaudes, d'origine libanaise, présentées dans différentes coupelles : houmous (purée de pois chiches à l'huile d'olive), tabouleh (tomates, menthe et persil hachés), foul (fèves à l'ail, assaisonnées d'huile et citron)...

Autre entrée courante, les falafels: croquettes de pois chiches légèrement épicées puis frites, généralement servies dans du pain, avec différentes salades.

Concernant la viande, c’est du mouton (ou agneau) ou poulet. On le sert la plupart du temps sous forme de brochettes : les fameux chich kebab.

On trouve naturellement du poisson sur la côte (Aqaba), en fonction des arrivages de pêche.

Les légumes verts sont assez rares. La garniture la plus courante est le riz.

Au dessert, mille et une sortes de baklavas, ces petites douceurs nappées de sucre.

Dans les pâtisseries, les sablés sont aussi à l'honneur avec les ma'amouls (fourrés aux dattes, noix ou pistaches), les raïbés, assez farineux, les barazeks, parsemés de graines de sésame sur fond d'éclats de pistaches ; les kataïefs - dessert palestinien frit, fait d'une sorte de pâte à crêpe fourrée.

Les fruits les plus courants sont les dattes, les figues, les oranges, les mandarines (en hiver), les pommes et les bananes.


Pour les boissons, le Sahlab : les Jordaniens en boivent l'hiver, surtout en période de ramadan. Il s'agit d'une boisson assez épaisse, sucrée, à base de lait, additionnée de maïzena locale et servie chaude.

Le Café (awa) : boisson très appréciée des Jordaniens, le café est préparé à la turque et servi dans des tasses minuscules.

Le Thé (chaï) : c'est la vraie boisson nationale, encore plus que le café. On vous en offrira tout le temps, généralement sans arrière-pensée, car la tradition l'exige.

La plupart des vins jordaniens proviennent en fait de Palestine (« Holy Land » sur l'étiquette) et leur production fait pâle figure à côté de celles d'Israël et surtout du Liban.
Ils ont également leur propre bière.
La vraie boisson reine est l'arak, sorte d'anisette proche de l'ouzo.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Liban

liban carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valable au moins 6 mois après la date de retour ; attention, il ne doit porter aucun visa ou tampon d’Israël.

Visa obligatoire. Vous l’obtiendrez à l’aéroport de Beyrouth. Pour cela, il suffit d’être muni d’un passeport valide au moins 6 mois après la date d'entrée au Liban. Il faut présenter une confirmation de réservation d'hôtel ou un certificat d'hébergement accompagné de la pièce d'identité de la personne qui héberge.
On paye soit en dollars américains, soit en livres libanaises.

 

CLIMAT
Compte tenu de la diversité topographique, le climat varie considérablement d’une région à l’autre. Mais, d’une façon générale, le Liban bénéficie d’un climat méditerranéen, avec environ 300 jours de soleil par an. Entre juin et septembre, il ne pleut pratiquement jamais. En juillet et en août, la température atteint les 30-35° C.

Sur la côte, les hivers sont relativement doux (autour de 15 °C) et pluvieux.

Dans les plaines, notamment la plaine de la Bekaa, la chaleur sèche de l’été succède à des hivers frais et pluvieux.
Les montagnes (monts du Liban) bénéficient quant à elles d’un climat alpin. Les hivers sont assez rudes. Les chutes de neige rendent possible la pratique des sports d'hiver.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 3h en été à Beyrouth et plus 2h en hiver.

 

DEVISE
La livre libanaise (LBP).

Le dollar est utilisé dans bon nombre de transactions courantes. Aucun problème pour échanger vos devises dans ce pays où le système bancaire est l’un des plus développés du Moyen-Orient.

Les bureaux de change (il y en a partout dans le pays) acceptent pratiquement toutes les monnaies convertibles.
Accepté dans les plus grands établissements, le paiement par cartes de crédit est de plus en plus répandu dans les boutiques, les restaurants et les hôtels de catégorie supérieure et moyenne. En revanche, dans les hôtels bon marché, les snacks et les restaurants, pour prendre les taxis et les transports en commun, prévoyez plutôt des espèces en LBP et en US$.

Vous trouverez des distributeurs automatiques dans les principales grandes villes. Les principaux réseaux sont représentés : Visa, MasterCard… Il est presque toujours possible d’y retirer des US$.

 

LANGUE
L’ARABE et l’ANGLAIS très pratiquée.

  

RELIGION
À majorité musulmane et chrétienne.

 

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Aucun vaccin n'est obligatoire.

N'oubliez pas une assurance médicale et une assurance rapatriement, ni une trousse à pharmacie avec les incontournables.

Évitez de boire l'eau du robinet ou l'eau des carafes au resto. Préférez l'eau des bouteilles capsulées.

 

TRANSPORT
Pour se déplacer, la plupart des gens utilisent des taxis collectifs, dont un grand nombre suivent, comme les bus, des itinéraires fixes. Des bus relient aussi Beyrouth et d’autres grandes villes, mais leur fréquence est moindre en comparaison à celle des taxis collectifs.

Les bus publics du réseau urbain de Beyrouth sont souvent rouges et blancs, ou encore beiges. Il n’y a pas de plan des itinéraires de bus, les destinations ou le numéro de ligne sont indiquées sur une pancarte placée derrière la vitre de chaque bus.
Des liaisons interurbaines desservent les principales grandes villes du Liban au départ de Beyrouth (Byblos, Tripoli, Tyr, Saïda...) depuis la gare routière qui se trouve dans le port de Beyrouth.

Les taxis sont repérables à leur plaque d'immatriculation rouge et au luminaire jaune placé sur leur toit.
Dans l'ensemble, les chauffeurs comprennent le français ou à défaut l'anglais, mais il est prudent de posséder l'adresse où l'on désire se rendre, écrite en arabe.
Attention ! Pensez à négocier le montant de la course impérativement avant de monter, car ces taxis ne sont pas équipés de compteurs. 

Les taxis-services (taxis collectifs) circulent sur des itinéraires à la demande des passagers. Ils peuvent démarrer même si le véhicule n'est pas plein. Si c'est le cas, il est alors de coutume que le passager monte devant .

La location de voiture offre une grande autonomie et elle est abordable compte tenu de la concurrence qui règne sur ce marché et du prix peu élevé du carburant. Il faut avoir au minimum 20 ans. Des agences de location de voitures sont maintenant implantées dans le hall d’arrivée de l'aéroport de Beyrouth. Les véhicules à boîte de vitesse automatique sont les plus fréquents.
Le permis de conduire international est obligatoire. Il s'obtient gratuitement à la préfecture ou la sous-préfecture.Il est valable 3 ans.
Les véhicules diesel sont interdits d'accès au Liban.
Au Liban, la conduite est à droite.
Toutefois, il faut conduire prudemment car les routes ont souffert des conflits armés
La conduite de nuit sur les petites routes est donc dangereuse.
En voiture, on traverse le pays du nord au sud en seulement 3h, mais les embouteillages sont chroniques, particulièrement en été sur les routes côtières.
En ville, le stationnement n'est pas trop difficile. Il est généralement gratuit, mais certaines rues sont équipées de parcmètres.
Les feux de circulation sont respectés lorsque le trafic est dense. La circulation est dirigée par la police (casquette et tenue gris sombre), la gendarmerie (treillis de camouflage gris clair, béret rouge vif), ou par des motards de la police (casque blanc, tenue grise, moto américaine).
Le port de la ceinture est obligatoire à l'avant comme à l'arrière.
À savoir : on trouve sur les routes libanaises des barrages militaires. Ce sont des postes de garde colorés en rouge et blanc.
Lorsque le barrage est gardé, l'usage est de ralentir et de marquer l'arrêt, et, la nuit, d'allumer le plafonnier.

  

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

Tenues vestimentaires : dans un contexte généralement musulman, les femme éviteront les tenues laissant leurs jambes et leurs épaules découvertes. Ceci est nettement moins le cas à Beyrouth.
Les Libanais invitent volontiers. C’est aussi la coutume d’offrir le café ou le thé dans les boutiques. Ne soyez pas surpris et laissez-vous aller au plaisir de cette sociabilité.

 

TELEPHONE
De la France vers la Jordanie : 00 + 962 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Jordanie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Activer l’option « international » ou « monde » : elle est en général activée par défaut. Pensez sinon à contacter votre opérateur pour souscrire à l’option (gratuite) au moins 48h avant votre départ.

Certains opérateurs proposent des forfaits où 35 jours de roaming par an sont offerts dans le monde entier. On peut donc cumuler plusieurs voyages à l’étranger sans se soucier de la facture au retour.
Les Libanais sont très accueillants et chaleureux, néanmoins il serait préférable de ne pas photographier la population si elle n'est pas consentante.

Le sujet sensible est Israël.

 

CUISINE
La cuisine libanaise s’est enrichie de saveurs nouvelles venues d'ailleurs et elle a, au fil du temps, affiné les plats basiques, d’origine montagnarde, pour atteindre un grand raffinement.

Elle comprend des mezze. C’est un ensemble de hors-d’œuvre différents. Il comprend un choix savant des spécialités suivantes : le tabouleh (salade de persil haché, de blé dur concassé, de tomates, d’oignons et de menthe), le fattouche est l'autre salade vedette. C'est un mélange de légumes de saison : pourpier, laitue, radis, tomates, concombres, persil et menthe ; le batenjan, appelé également baba ghanouj ou metabal, est une purée d'aubergines souvent décorée de grains de grenade ; le houmous, une purée de pois chiches à l’huile de sésame (tehini), parfois agrémenté de pignons frits et de viande ; le kebbé, viande fraîche de mouton ou de veau, battue avec du blé concassé, assaisonnée et servie crue, frite ou grillée ; lelabné, sorte de fromage crémeux semblable au yaourt, les rkakates sont des petits chaussons de pâte feuilletée garnis de fromage de chèvre, de crabe ou de viande.

Un mezze plus élaboré comporte plusieurs sortes de viandes rôties, frites ou grillées, des poissons et des légumes.

Pour le poisson, deux des meilleurs plats de poissons sont la sayadiyah (morceaux de poisson frais cuits avec des oignons, des amandes, des pignons et des épices et servis avec du riz bruni), et le samak tajen bi tahiné (poisson cuit au four avec de l’huile de sésame), le samak nahri des villages installés le long des rivières de montagne.

Pour les viandes, la viande d’agneau est la plus appréciée au Liban, où on l’utilise dans de nombreux plats traditionnels tels le kafta (viande hachée accommodée de multiples façons : mélangée avec persil et oignons, c'est le halabi ; associée avec du fromage, c'est la tochka ; le batenjane se prépare avec des aubergines et la khaskhash avec des tomates et du piment) et les kebabs. Les gigots d’agneaux sont souvent farcis de riz, pistaches et amandes.

Essayez aussi la moghrabié de poulet, ragoût de petits morceaux de poulet et de mouton avec du couscous, des fèves et des épices ou le farrouj méchoui, poulet grillé servi avec une sauce à l’ail ou le chich taouk.

Les catégories les plus courantes de pains sont le khoubz arabi (disques de la dimension d’une assiette qui s’ouvrent en deux, horizontalement, quand on les rompt), le markouk (pain de montagne rond, de l’épaisseur d’une feuille de papier, dont le diamètre peut atteindre un mètre), les manakish (pain plat, recouvert de thym finement haché, de grains de sésame et d’huile d’olive, cuit au four, que l’on mange souvent au petit déjeuner) et les lahm bi ajine (pizza arménienne très mince avec de la viande, des tomates et des épices).

Les desserts libanais sont exquis. Les plus répandus sont : la osmaliyeh, un gâteau ayant l’apparence de vermicelles, fourré de fromage crémeux et couvert de sirop, les ma’moul(pâtes fourrées de pistaches ou de noix) et la mouhalabia (pudding de crème de riz garni de confiture de pétales de roses et d’amandes).

Le rituel du café est partie intégrante de l’hospitalité libanaise.
La tradition du vin au Liban remonte à l’antique époque phénicienne et elle persiste aujourd’hui avec un certain talent !

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

NOUS CONTACTER
149, rue Saint-Honoré
75001 Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Du Lundi au Vendredi 
de 09:00 à 19:00

HISCOX

APST

Atout France