Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor.

ALGERIE - INFORMATIONS PRATIQUES

algerie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport d'une durée de validité d'au moins 6 mois.
Un visa.
Un certificat d'hébergement ou confirmation d'hôtel(s).
Une assurance voyage et rapatriement.

 

CLIMAT
Le climat est de type :
- Méditerranéen sur toute la frange nord qui englobe le littoral et l’Atlas tellien (étés chauds et secs, hivers humides et frais) ;
- Semi-aride sur les hauts plateaux au centre du pays ;
- Désertique dès que l’on franchit la chaîne de l’Atlas saharien.

Les écarts de température dans une même journée peuvent être considérables. Dans le Sahara, le mercure peut même osciller d’un extrême à l’autre.
Dans les régions montagneuses (monts de Tlemcen, Haute-Kabylie, Atlas), les hivers peuvent être froids. Au-delà de 1 500 m, il neige de décembre à mars.

Visiter le nord de l’Algérie à des périodes de l’année où les variations de température sont les moins importantes : au début de l’automne (de fin septembre à fin octobre) où la chaleur devient douce et agréable, ou bien au printemps (d'avril à mi-juin), quand les campagnes sont en pleine floraison.
Évitez Alger en plein mois d’août, la température y est caniculaire et l’eau plutôt rare ! Quant au Sahara, on peut y aller de novembre à février à condition d’emporter dans sa valise un gros pull pour se réchauffer la nuit.

 

DECALAGE HORAIRE
Moins 1h à Alger en été et pas de décalage en hiver.

 

DEVISE
Le dinard algérien (DZD).

Il est possible de changer les devises dès votre arrivée auprès des bureaux de change des aéroports, dans les principales banques algériennes (Banque d’Algérie, BNA, BEA, etc.), ainsi qu’à la réception des grands hôtels et dans les ports.

Il est déconseillé de changer votre argent auprès des changeurs dans la rue, même si ceux-ci proposent parfois des taux très avantageux.

Les cartes bancaires internationales sont loin d’être acceptées partout. On peut les utiliser dans les grands hôtels, les agences de location de voitures, certains restaurants et dans quelques rares magasins du centre-ville d’Alger.

 

LANGUE
L’ARABE et le FRANÇAIS.

 

RELIGION
Musulmane.

 

SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Peu de risques particuliers en Algérie, sauf les troubles et maladies liés au manque d’hygiène alimentaire : diarrhées, hépatite A, typhoïde.

Eviter de boire de l’eau du robinet.

Si vous partez en trek dans le désert, il faudra mettre dans la trousse à pharmacie ses médicaments usuels (en cas de traitement), des pansements et bandages, des antalgiques pour soulager la douleur, des anti-diarrhéiques, de la crème anti-moustique (c’est essentiel, surtout l’été), un purifiant pour l’eau (de type Micropur), des produits solaires, ainsi que des lingettes en grande quantité si de longues randonnées à travers le Sahara sont au programme de votre voyage.

En raison du risque terroriste élevé, le ministère des Affaires étrangères déconseille pour le moment tout déplacement dans le Grand Sud algérien.

 

TRANSPORT
Pour des raisons de sécurité, on privilégiera toujours, pour tout déplacement à l'intérieur du pays, un déplacement par avion à un trajet par la route ou par voie ferroviaire.

Concernant la voiture, les règles les plus élémentaires du code de la route sont rarement respectées, ce qui rend le réseau dangereux.
L’état des routes est plutôt bon dans le nord du pays.
La ceinture est obligatoire pour les passagers se trouvant à l’arrière du véhicule.
- L’utilisation du téléphone portable au volant est strictement interdite.
- Méfiez-vous des troupeaux de moutons le long des routes, ils peuvent les traverser à tout moment.
- À l'approche d’un barrage routier, réduisez considérablement votre vitesse et attendez que le gendarme vous fasse signe de continuer. Si vous conduisez de nuit, éteignez vos feux et allumez la lumière de votre plafonnier. S’il vous arrête, répondez poliment à ses questions et ne le contredites surtout pas.
Évitez de prendre le volant après la tombée de la nuit, surtout dans le nord-est du pays où certaines régions ne sont pas encore totalement sécurisées.

Ne partez jamais seul à l’aventure dans le Sahara. Faites-vous accompagner d’un chauffeur de 4x4 expérimenté.
- En cas d’accident, n’oubliez pas de contacter votre consulat le plus rapidement possible.

Les bus relient les principales villes du Nord entre elles et desservent sur leur route de nombreux petits villages. C’est un moyen pratique et économique de voyager, mais que l’on ne vous conseillera que sur de courtes distances.

Trop lents, bondés et rarement à l’heure, les bus algériens (on les appelle les « trolleys ») sont à déconseiller. Il existe en revanche dans les grandes villes comme Alger ou Oran de petites camionnettes blanches qui relient les différents quartiers entre eux.

Les taxis ne sont plus tous jaunes, mais ils restent facilement repérables grâce à l’écriteau en français sur leur toiture. Très pratiques pour se déplacer dans les grandes villes, ils peuvent être hélés dans la rue ou, dans les grandes villes, appelés depuis des bornes Taxiphone.
Il existe des taxis individuels et des taxis collectifs, ces derniers effectuant des trajets prédéfinis.
Les taxis algériens sont en principe équipés d’un compteur, n’oubliez pas de demander sa mise en marche. Négociez un forfait si le chauffeur raconte que son compteur est tombé en panne.

Le réseau ferroviaire a évolué depuis sa construction à l’époque coloniale. L'Algérie est en train de renforcer son réseau ferroviaire en vue de désenclaver certaines régions. Le réseau ferroviaire est ainsi devenu l'un des plus modernes d'Afrique.
Attention, les retards sont fréquents et les annulations ne sont pas rares.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

Se déchausser à l’entrée d’une maison ou avant de pénétrer dans une pièce dont le sol est recouvert de tapis.
Prolonger la cérémonie du thé en acceptant un autre verre, même si on n’a plus soif.
Si vous êtes à table, il est de coutume de dire Bismillah (au nom de Dieu) avant d’entamer le repas.
Lors d’un repas de famille, terminer son assiette à table sera bien vu par la cuisinière.
Si on vous annonce une bonne nouvelle, dites aussitôt : Hamdullah ! (Que Dieu soit loué !).
Si l’on a été invité dans une famille, laisser un petit cadeau plutôt que de l’argent.
Si on a photographié ses amis algériens, ne pas oublier de leur envoyer les clichés au retour.
Pour remercier, ne pas oublier de dire choukran.

  

TELEPHONE
De la France vers l’Algérie : 00 + 213 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Algérie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Malgré de nettes améliorations enregistrées ces dernières années, il arrive que le réseau soit saturé. Un message pré-enregistré vous invite alors à « renouveler votre appel ultérieurement ».

 

CUISINE
Héritée des traditions culinaires berbères, puis influencée au fil des siècles par les gastronomies ottomanes, espagnoles, puis françaises, la cuisine algérienne est un riche mélange de saveurs et de senteurs méditerranéennes. Elle se caractérise avant tout par l’usage des herbes et des épices qui viennent à la fois parfumer et relever le goût de la soupe, de la sauce ou de la viande.

Les entrées locales sont :
La chorba : c’est la soupe traditionnelle algérienne, servie en tout début de repas. Elle est à base de viande de mouton, de légumes, de tomates, d’épices et de vermicelles roulés à la main (ou de grains de blé dans la chorba frik). On y ajoute généralement quelques gouttes de jus de citron.

La harira : c’est la cousine de la chorba. Bien que marocaine, la harira a traversé la frontière et est consommée dans de nombreuses villes de l’ouest du pays, notamment à Tlemcen. Elle est épaissie au levain et on y ajoute du riz ou des pois chiches.

Les bricks : feuilles pliées en carré ou en triangle. On y ajoute aussi un œuf, ainsi qu’une purée de pommes de terre.

Les boureks : ce sont des rouleaux de feuilles de bricks farcis avec une préparation à base de viande hachée, d’épinards, etc.

Les salades : la gastronomie algérienne en compte pas mal ! Parmi les plus connues, les salades de poivrons grillés (arrosés d’huile d’olive et saupoudrés d’ail et de persil), les salades de pommes de terre aux oignons, les salades de rondelles de carottes à la sauce piquante... Les Algériens ont également pour habitude de verser sur leur salade quelques gouttes d’huile d’olive de Kabylie, la plus réputée du pays.

En plat vous trouverez :
Le couscous : véritable plat national, il existe mille et une façons de le préparer. À chacun sa recette. Selon les régions, on vous le servira avec de la viande de mouton ou du poulet, des navets, des courgettes, des fèves, etc. Sa dégustation s’accompagne généralement d’un grand verre de lait caillé frais. Le couscous se sert parfois nature (masfouf), seulement agrémenté de raisins secs, de sucre en poudre et de cannelle.

La chakchouka est une sorte de ratatouille de légumes de l’Est algérien, à base de tomates et de poivrons cuits.

La rechta algéroise : petites nouilles de semoule servies avec de la viande de poulet, des navets et des pois chiches. L’un des plats les plus réputés de la capitale !

La pastilla : d’origine marocaine, la pastilla (gâteau de pâte feuilletée aux amandes et fourré de viande de poulet ou de pigeon) se cuisine également en Algérie. La préparation reste plus ou moins la même des deux côtés de la frontière.

Les tajines : ils sont certes moins répandus qu’au Maroc, mais les Algériens raffolent cependant du tajine aux pruneaux et au gigot de mouton. Très doux, il s’accompagne d’amandes grillées, de raisins secs, de quelques gouttes de fleurs d’oranger et parfois de petites rondelles de pommes.

Le méchoui : c’est un agneau entier que l’on fait rôtir à la broche. Excellent et très apprécié. Malheureusement, on ne le prépare que lors des grandes occasions (mariages, naissances, circoncisions).

Les poissons : avec 1 200 km de côtes, l’Algérie doit pouvoir satisfaire tous les amateurs de poissons et de fruits de mer. Hormis la sardine, cuisinée en beignets frits, les familles algériennes consomment assez peu de poisson (car beaucoup plus cher que la viande de poulet ou de mouton). On vous conseillera cependant quelques bonnes tables près des petits ports de pêche le long du littoral.

La baguette reste très consommée en Algérie, surtout dans les grandes villes. Sinon, on trouve à table toutes sortes de pains ronds de campagne et de galettes de semoule (kesra)

Gorgés de soleil, sucrés et parfumés, les fruits des vergers algériens sont en quelque sorte la grande fierté nationale. La plupart des fruits que l’on trouve sur les étals des marchés sont « made in Algeria » (sauf les fruits exotiques comme la banane).

La pâtisserie traditionnelle algérienne se caractérise par l’utilisation du sucre et du miel. Les gâteaux sont généralement servis après le repas du soir et sont accompagnés d’une tasse de thé à la menthe.
À ne surtout pas manquer : les makroudhs (losanges de semoule fourrés aux dattes et trempés dans du miel), les griwechs (beignets rectangulaires aux graines de sésame, enduits de miel), les samsa et cigares (triangles et rouleaux farcis à la pâte d’amande), le beghrir (crêpe de semoule au miel et à la fleur d’oranger), ainsi que les incontournables cornes de gazelle. Pendant le Ramadan, les Algériens (et les Algérois surtout) n’ont d’yeux que pour le kalb ellouz (carré de semoule aux amandes), la zlabilia (beignet en spirale à la couleur dorée) ainsi qu’aux baklawas (petits gâteaux feuilletés aux cacahuètes ou aux amandes).

En boisson, le soda est très consommé.

L’Algérie continue d’entretenir les vignobles hérités de l’époque coloniale.
On compte plusieurs vins rouges de qualité, parmi lesquels les coteaux de Tlemcen, les coteaux de Mascara, les coteaux de Médéa, les coteaux de Dahra, les coteaux de Zaccar, ainsi que la Cuvée du Président.

Les Algériens sont de gros consommateurs de café. Ils en boivent le matin au petit-déjeuner, après le déjeuner, après le dîner et l’après-midi.
Le thé (presque toujours à la menthe) se consomme quant à lui avec un peu plus de modération. On le sert dans un petit verre après chaque repas les soirs de ramadan, accompagné d’un plateau de pâtisseries traditionnelles.
Dans le Sud, il ne faut surtout pas manquer la préparation du thé par les Touaregs, tout un rituel !

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

NOUS CONTACTER
149, rue Saint-Honoré
75001 Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Du Lundi au Vendredi 
de 09:00 à 19:00

HISCOX

APST

Atout France