Articles in Category: Europe

Europe description

Roumanie

roumanie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide au moins 6 mois après l'entrée dans le pays ou bien, pour un séjour ne dépassant pas 90 jours, carte nationale d'identité valide.

 

CLIMAT
Elle possède un climat continental assez accentué, avec des saisons tranchées et des amplitudes de température importantes.

L’hiver était assez long, rigoureux, mais sain (un froid sec) avec un fort enneigement, notamment sur toute la zone carpatique (de novembre à mars-avril).

Printemps et automne sont très agréables, mais courts, avec d’importants écarts de température entre le jour et la nuit.


L’été est très lourd et épuisant à Bucarest, dans toute la plaine valaque et en Dobrogea. En revanche, la côte de la mer Noire n’est jamais étouffante. En Maramureş, dans les monts Apuseni, dans les montagnes moldaves ou en Bucovine, l’été est agréablement tempéré

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 1h à Bucarest.

 

DEVISE
Le leu (RON).

Évitez de changer à l'aéroport : les taux y sont très défavorables, ou alors changer une somme modique pour démarrer (juste pour payer le bus ou le taxi).
Les bureaux de change (casa de schimb) assurent le change à de bons taux (proche du cours officiel) et souvent sans commission.
Dans toutes les villes, on trouve des distributeurs de billets qui acceptent les cartes internationales.
On peut également payer par carte (VISA, MasterCard...) dans la plupart des hôtels et des restaurants.

 

LANGUE
ROUMAIN

 

RELIGION
A majorité orthodoxe.

 

SANTE
Aucun vaccin n’est nécessaire mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Pensez à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie. Vous la recevrez sous quinze jours après en avoir fait la demande auprès de votre centre de sécurité sociale. Cette carte est personnelle, valable un an et fonctionne avec tous les pays membre de l'Union Européenne.

Évitez de manger les framboises ramassées par les gamins et vendues sur les routes. Non seulement les mains ne sont pas toujours propres (les contenants, bouteilles ou autres, non plus), mais on ne sait pas où elles ont été cueillies.

Pensez à purifier ou faire bouillir l’eau de source en montagne.

Evitez de boire l’eau du robinet.

 

TRANSPORT
Le réseau de bus est très bien développé en Roumanie. L’adhésion du pays à l’Union européenne (2007) a accéléré la rénovation des routes et réduit le temps de trajet. Les compagnies bus sont modernes, propres et sûrs, aux normes européennes.
Ceux-ci constituent le seul moyen d’atteindre bon nombre de petits villages du pays des citadelles saxonnes, de la Mărginimea Sibiului, du Maramureş et de la Bucovine.

Une formule bien pratique : des minibus de 9 à 16 places, de bonne qualité, assurent des liaisons régulières de Bucarest vers toutes les grandes villes du pays. Il existe aussi des liaisons entre ces villes. Appelés souvent maxitaxis, ces véhicules font la navette et leur destination est peinte sur la carrosserie.


En général, le train en Roumanie est le meilleur moyen de transport économique, car le réseau ferré roumain des CFR (Societatea naţională a Căilor ferate române) est dense. Des liaisons assez nombreuses desservent même les petites localités.

En revanche, les trains roumains ne sont ni très propres ni très confortables.
Il est souvent plus intéressant de voyager de nuit : préférez le vagon de dormit (wagons-lits 1re classe). Ambiance désuète, cabines à deux lits, propres et spacieuses.


La location de voiture ne pose pas de problème particulier. Pas besoin de permis international.
L’état du réseau secondaire est encore parfois redoutable pour les amortisseurs, la direction et les pneumatiques et, en cas de gros pépins mécaniques, mieux vaut être nanti d’un solide contrat d’assistance.
Par contre éviter de rouler de nuit.
Pensez à allumer vos feux pendant tout le trajet.
Il est obligatoire d'acheter la rovinieta (rovignette). Pour les voitures louées sur place, la rovignette est déjà incluse dans le prix de location du véhicule et figure sur le pare-brise ou dans la boîte à gants.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateurs.

L’hospitalité roumaine fait partie des temps forts de la découverte de ce pays si attachant. Partout, et encore plus à la campagne, vous serez accueilli à bras ouverts. Mais étonnamment, dans les restos, le service est souvent d’une lenteur déconcertante.

Dans les pensions chez l’habitant, les propriétaires mangent rarement à votre table (par discrétion). Ils vous servent mais s’éclipsent rapidement. Si on vous offre un verre, évitez de le descendre trop rapidement, sinon on vous en sert un autre et ainsi de suite.

 

TELEPHONE
De la France vers la Roumanie : 00 + 40 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Roumanie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Depuis juin 2017, un voyageur européen titulaire d’un forfait dans son pays d’origine peut utiliser son téléphone mobile au tarif national dans les 28 pays de l’Union européenne, sans craindre de voir flamber sa facture.

 

CUISINE
Selon l’endroit où vous mangez, la cuisine roumaine peut devenir l’un des points forts du voyage. La meilleure cuisine se déguste (comme souvent) chez l’habitant.

Chez les paysans, les produits sont sains et de grande qualité (le veau, les volailles, les laitages, les fruits et légumes). Tout est bio.
Les cartes des restaurants sont de vrais catalogues ! D’abord les entrées et petites salades, puis les soupes, les grillades, ragoûts, etc. La viande (de porc notamment) est omniprésente et les portions sont souvent gargantuesques.

L’assortiment de légumes grillés est toujours excellent ! En revanche, peu de poissons, sauf bien sûr sur la côte et dans le delta du Danube.

Voici quelques spécialités roumaines :
Mămăliga : cette semoule de maïs, plat de base du paysan roumain (et accompagnement le plus répandu), rappelle la polenta italienne. Elle accompagne un fromage blanc fabriqué à partir de lait de vache ou de brebis un peu aigre, la tochitura (mélange de viande de porc et de veau avec du foie de volaille).

Ciorba ţărănească de légume : soupe légèrement aigre traditionnellement à base de son fermenté (le fameux borş). Consommées toute l’année en Roumanie, les soupes mettent en scène toutes sortes d'ingrédients : betteraves, cèpes, herbes aromatiques, pommes de terre, mais aussi lard, bœuf, poulet ou tripes.

Sarmale : feuilles de chou ou de vigne, voire de betterave ou de radis noir, farcies de riz, viande, champignons, herbes et légumes. Le plat national roumain.

Zacusca : « caviars » de légumes, d’herbes et de champignons hachés menu et conservés dans l’huile, le vinaigre ou la saumure. On les sert en apéritif : purée de champignons aux poivrons doux, à la tomate et à l’oignon, purée d’aubergine.

Mititei ou mici : petites saucisses grillées à base de viande hachée, aillée et aromatisée. Le plat d’été par excellence.
Muşchi : grillades (grătar) de filet mignon le plus souvent de porc, parfois de vacă (bœuf).
Plăcintă cu brânză ou brânzoaice : inspirée de la cuisine ottomane, la plăcinta occupe une place de choix sur la table familiale des jours de fête. Entre le borek et le baklava, ce type de feuilleté, salé (à la viande, au fromage et aux herbes), ou sucré et mielleux.
Cozonac : gâteau brioché aux raisins de Corinthe, aux loukoums, aux noix, au pavot, etc., servi les jours de fête.

Fromages : peu variés, on retrouve le même type de fabrication d'un bout à l'autre du pays. Achetés à la bergerie, le caş et l'urda, au lait de brebis frais, de vache ou de bufflonne, sont fameux et nature.

La tuica, prélude au repas (un alcool de prune ou de pomme), vous installe dans la convivialité d'une tablée, pourvu que vous la buviez cul sec après avoir dit bien haut Noroc ! (« Bonne chance ! »).

La production des vignobles roumains est de qualité très inégale, mais il existe d’excellents vins, que vous pourrez notamment apprécier dans les vinothèques des grandes villes et à la carte de quelques hôtels-restos.
Essayez de trouver des petits propriétaires qui ont fait le choix de la qualité : du côté de Jidvei (Alba), Cotnari (Iaşi), Aiud (Alba), Valea Călugărească, Lechinţa (entre Bistriţa et Dej). Soyez prudent et évitez les vendeurs le long des routes.
La bière est également très consommée.

Le café est servi à la turque.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Séville

Séville, capitale de l’Andalousie vous émerveillera de part son architecture, ses petites places, sa gastronomie et ses traditions.
Tout d’abord, flânez dans le dédale de ruelles du vieux quartier de Santa Cruz, quartier du centre historique de Séville, et découvrez ses recoins cachés.

seville santa cruz espagne monplanvoyage

Puis allez voir Les Setas ou Metropol Parasol. Populairement connu comme les champignons de la place de l'incarnation, c est une structure en bois avec deux colonnes de béton qui hébergent les ascenseurs d'accès au mirador. D’en haut vous aurez un magnifique panorama de la ville.

seville las setas espagne monplanvoyage

Autre type d’architecture, la place d’Espagne. Elle constitue un ensemble architectural, entouré par le Parque de Marie Louise où vous pourrez vous détendre. Toutes les régions de l'Espagne sont représentées sur les murs, ainsi que des bustes d'illustres espagnols.

seville plaza espagne monplanvoyage

Un bâtiment historique à ne pas manquer est l’Hôtel Alfonso XIII. L'hôtel appartient à la ville de Séville. A défaut de ne pas pouvoir réserver une chambre, prendre une boisson dans le patio est une pure merveille.

seville hotel espagne monplanvoyage

Le flamenco ne se dissociant pas de la ville, allez au Musée del Baile Flamenco. Les expositions interactives présentent les origines et l'évolution du flamenco, couvrant les différents styles de musique et danse. La musique, les vidéos et les costumes exposés forment les meilleures collections que l’on puisse trouver en Espagne. Il y a également de nombreuses expositions et des ateliers autour de cette danse, tels que peintures, dessins et photographies.
Ne manquez pas non plus la maison de Pilate (Casa de Pilatos). Elle fut construite avec des mélanges de styles tels que le style Renaissance italien et le mudéjar espagnol, elle est considérée comme un prototype du palais andalou. La construction de ce palais orné de magnifiques mosaïques et de beaux jardins a commencé à la fin du XVe siècle.

seville casa espagne monplanvoyage

Enfin pour clôturer les visites de monuments, il faut faire ces 3 incontournables :
La cathédrale de Séville est connue sous le nom de Santa Maria de la Sede (sainte Marie du Siège). De par sa taille, elle est la plus grande cathédrale catholique dans le monde et la troisième église chrétienne après Saint Pierre à Rome et Saint-Paul à Londres.
La Giralda (girouette) est le clocher de la cathédrale, c'est l'un des plus grands joyaux du monde de l'art gothique, de la Renaissance et baroque. Vous aurez, une fois montée toutes les marches, une très belle vue sur Séville.

seville cathedrale espagne monplanvoyageseville giralda espagne monplanvoyage

L’Alcazar de Séville constitue l’un des monuments les plus emblématiques de la ville, du pays et de la culture méditerranéenne. Celui-ci témoigne, entre ses murs et ses jardins, de l’évolution historique de la ville pendant le dernier millénaire, en réunissant des styles allant de l’époque arabe jusqu’au XIXe siècle. Baladez-vous ensuite dans ses jardins magnifiques.

seville alcazar espagne monplanvoyageseville alcazar jardins espagne monplanvoyage

Séville ne serait rien sans ses tapas. Le rituel de tapear est l'une des traditions les plus importantes du sud de l'Espagne. Les gens apprécient de manger dans des lieux différents, et donc, vous ne pouvez pas rater cette occasion.
Vous ferez une dégustation de tapas dans le quartier de Triana, l'un des berceaux du flamenco.

seville tapas espagne monplanvoyage

Enfin pour terminer votre citybreak par une pause détente allez au hammam de Séville. C’est un lieu unique dans un ancien bain arabe restauré au XVIe siècle. Vous serez dans un environnement hors du temps où vous pourrez également profiter d’un salon de thé dans cette maison-palais.

seville hammam espagne monplanvoyage

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Slovénie

slovenie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Carte d'identité ou passeport valide pendant la durée du séjour.

 

CLIMAT
Trois types de climats se mélangent et alternent : alpin (au Nord), continental (à l’Est) et méditerranéen (à l’Ouest et au Sud).
Les hivers sont assez froids, mais sans excès (de - 4 à 5 °C). De novembre à mars, la neige tombe sur une grande partie du pays, mais peut aussi tomber sur les sommets alpins en mai ou même en juillet.
L'été, c'est sur le littoral adriatique que sont enregistrées les températures les plus élevées.
Les précipitations culminent en octobre, et un minimum en mars.
C'est de juin à fin septembre que vous bénéficierez ds meilleures conditions météorologiques.

 

DECALAGE HORAIRE
Pas de décalage horaire.

 

DEVISE
L’euro (€).

La plupart des magasins, restaurants, hôtels, agences de location de voitures et stations essence acceptent les cartes Eurocard-MasterCard et American Express. Il peut s'avérer plus difficile d'utiliser une carte Visa.

 

LANGUE
SLOVÈNE et ITALIEN. Un grand nombre de Slovènes parlent couramment ou comprennent très bien le serbo-croate. L’ANGLAIS est aussi très pratiqué.

  

RELIGION
A majorité catholique.

  

SANTE
Aucun vaccin n’est nécessaire mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Pensez à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie. Vous la recevrez sous quinze jours après en avoir fait la demande auprès de votre centre de sécurité sociale. Cette carte est personnelle, valable un an et fonctionne avec tous les pays membre de l'Union Européenne.


Le vaccin contre l'encéphalite à tiques est conseillé pour des séjours au printemps et/ou en forêt, et contre l'encéphalo-méningite.

 

TRANSPORT
La voiture est le moyen le plus pratique pour visiter la Slovénie. Le réseau routier est de bonne qualité. Les autoroutes relient Ljubljana à l’Autriche, à la Croatie et à la côte adriatique. Elles sont payantes mais bon marché.
Le permis de conduire national suffit.
Attention, il est difficile de stationner dans Ljubljana.
De nuit comme de jour, vous devez rouler avec les feux de croisement (codes) allumés. Par ailleurs, le passage au feu orange est passible d'une amende.
Toutes les voitures circulant sur les autoroutes et voies rapides slovènes (y compris sur le périphérique de Ljubljana) doivent coller une vignette automobile sur leur pare-brise.


Les trains régionaux sont très modernes et desservent régulièrement les grandes villes comme les petits villages. En revanche, du fait du relief accidenté, ils roulent souvent lentement.


À Ljubljana, la gare routière est juste à côté de la gare ferroviaire, ce qui permet de comparer rapidement les différentes possibilités de trajets. Les bus slovènes connectent très régulièrement tous les coins du pays à des prix très intéressants.


La Slovénie compte 4 ports de plaisance : Koper, Izola, Portoroz et Piran. Des lignes régulières mènent quotidiennement (en été du moins) en Croatie ou à Venise.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateurs.

Respecter la propreté dans les lieux publics.
Dans les lieux reculés, dire bonjour (dober dan) aux personnes que l'on croise.
Dans les lieux de culte, s'habiller décemment.
Ne traverser que sur les passages piétons et quand c'est vert pour vous.

 

TELEPHONE
De la France vers la Slovénie : 00 + 386 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Slovénie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Depuis 2017, un voyageur européen titulaire d’un forfait dans son pays d’origine peut utiliser son téléphone mobile au tarif national dans les 28 pays de l’Union européenne, sans craindre de voir flamber sa facture.

 

CUISINE
Quand les Slovènes sortent dans les restaurants, ils mangent principalement des pizzas (cuites au feu de bois et généralement très bonnes) ou des escalopes à la mode autrichienne.


Tout au long de l'année, y compris en plein été, les Slovènes commencent souvent leur repas par une soupe ou un potage, proposé dans la plupart des menus du jour au restaurant. Il s'agit en général de soupe au bœuf, mais on peut également vous servir un consommé de poule, une soupe aux légumes (proche du minestrone italien) ou une soupe aux champignons (parfois servie à l'intérieur d'un pain creusé).

Il y a aussi les plats principaux suivants :
Jota : soupe épaisse à base de chou, de haricots et d'orge, d'un goût proche du cassoulet.
Štruklji : pâtes farcies bouillies à l'eau et qui peuvent être au fromage blanc, aux épinards, à l'estragon...
Žganci : plat à base de gruau. Le plus connu est l'ajdovi žganci au sarrasin, servi avec des morceaux de graisse de porc !
Ocvrti sir : fromage frit.
Polenta : semoule à base de farine de maïs.
Kruhovi cmoki : boulettes à base de pain.
Žličniki : boules à base de pommes de terre et fourrées à différents fruits, bouillies, nappées de beurre fondu, de sucre ou de chapelure, et servies dans la soupe ou en accompagnement.
Mešana solata : salade mixte (salade verte, haricots rouges, chou blanc, betteraves et tomates), servie en accompagnement. On alterne entre le plat principal et la salade, et en famille, bien souvent, chacun se sert à coups de fourchette dans le saladier au centre de la table.
Žlikrofi : raviolis qui sont la spécialité d'Idrija, au nord de Ljubljana.
Gibier : chevreuil, cerfs, ours en saison ! Souvent préparés en sauce et accompagnés d’airelles.
Poissons d'eau douce.


Plats d’inspiration italienne : gnocchis, calamars au jambon et fromage ou à la sauce de Trieste (ailloli), pršut (équivalent du prosciutto italien).


Influence hongroise : bograč (goulasch), tunka (morceaux de porc salé, séchés, fumés, puis grillés et nappés de saindoux).


Influence autrichienne : dunajski zrezek (escalope viennoise).


Influence balkanique : burek (fourré géant au fromage ou à la viande), čevapčiči (rouleaux de viande de bœuf et de porc mélangés), pleskavica (même mélange de viande de bœuf et de porc, mais sous forme de steak haché, parfois fourré au fromage). Ces plats, que l'on trouve à travers toute l'ex-Yougoslavie, sont préparés pour les pique-niques et barbecues l'été.


Concernant les pâtisseries, il y a :
Potica : gâteau roulé aux noix, aux noisettes ou à l'estragon (pehtranova potica), considéré comme slovène par excellence.
Zavitek (sorte de chausson) aux pommes (jabolčni zavitek), au fromage (sirov zavitek) ou aux griottes (višnjev zavitek).
Gibanica : entre deux épaisseurs de pâte feuilletée, on a glissé des pommes, des noix, des graines de pavot, des raisins secs et de la skuta(caillebotte). Nappé de crème, ce gâteau de Prekmurje (à la frontière hongroise) est servi chaud
Palačinke : crêpes (servies par deux) nappées de chocolat, de confiture ou aux noix et accompagnées de crème fouettée.

La Slovénie est un pays viticole, et le vin vaut la peine d'être goûté.
Primorska (Ouest) : rouges et blancs. Le plus typique est le Teran. À base de raisin poussant sur des plateaux calcaires.
Podravje (Est) : surtout des blancs et quelques rouges. On trouve en particulier des vins doux et sucrés
Posavje et Dolenjska (Est et Sud-Est) : rouges et blancs. Le plus typique est le Cviček, un vin rouge presque rosé, très peu alcoolisé, et agréable à boire en été.


La bière est également très appréciée.


Vous pourrez goûter différentes eaux-de-vie (Žganje) : la šlivovica (à base de prune), la brinjevec (genièvre), la medica (miel).


Tradition du café (kava) à l'italienne, et excellent cappuccino avec une mousse légère.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Russie

russie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Passeport valide 6 mois après la date de sortie de Russie, et comportant au moins 2 pages libres ;
Besoin d’un visa pour les ressortissants français.

Pour le visa :
Photocopie des pages du passeport où figurent votre photo et votre signature.

Formulaire en ligne rempli, signé et daté au stylo noir en cliquant sur le lien suivant
https://visa.kdmid.ru/PetitionChoice.aspx?AspxAutoDetectCookieSupport=1

Attestation nominative d’assurance maladie et rapatriement à demander auprès de votre compagnie d'assurance (qui doit être agréée par les autorités russes) couvrant la totalité du séjour, avec le numéro de contrat, le nom de l’assuré, les dates du séjour et le cachet de l’assureur (document original).

Voucher touristique venant d’un prestataire de services, comportant une invitation (visa support en anglais) et la confirmation de paiement soit une confirmation de réservation d’hôtel avec le numéro d’agrément auprès du MAE
Photo d’identité récente, en couleur, non scannée.

Argent pour payer les frais de dossier.

 

CLIMAT
Les températures se refroidissent du sud au nord, mais également d'ouest en est à mesure que l'influence continentale grandit.
En hiver, chapka et gants obligatoires ! Attention aussi aux batteries (notamment de portables) qui se déchargent plus vite à cause des grands froids.
À Moscou, les moyennes de janvier tournent autour de - 10 °C ; celles de juillet autour de 16 à 18 °C. Il tombe plus de neige que de pluie à Moscou

Les températures à Saint-Pétersbourg tournent autour de - 7 °C en moyenne ; celles de juillet autour de 16 à 18 °C. En hiver, chapka et gants obligatoires ! Le soleil n’est guère présent en hiver, mais les nuits blanches (qui ne le sont pas tout à fait), en juin, sont un phénomène unique dans les régions du Nord et à Saint-Pétersbourg.
Au printemps, la fonte des neiges entraîne une gadoue quasi-permanente et généralisée à tout le pays.

 

DECALAGE HORAIRE
De plus 1h à Kaliningrad à plus 11h de Anadyr.

 

DEVISE
Le rouble (R).

On peut facilement changer les euros à un taux pas moins avantageux que les dollars, inutile donc de s’encombrer de ces derniers. En général, pas besoin du passeport.

On trouve facilement banques et bureaux de change un peu partout.
Pratique : à Saint-Pétersbourg, les bureaux de change sont ouverts tous les jours, quelquefois même 24h/24.

Attention aux billets vieux ou abîmés : ils peuvent être refusés. À l’aéroport, les taux sont corrects mais parfois inférieurs aux taux pratiqués en ville et variables selon la somme changée, alors changer seulement un peu de liquide pour gagner le centre.

 

LANGUE
RUSSE

 

RELIGION
A majorité des chrétiens orthodoxes mais étant un état laïque, il y a une liberté de culte.

  

SANTE
N'oubliez pas qu'une assurance voyage d'une compagnie reconnue par le consulat russe est indispensable pour obtenir un visa.

Aucun vaccin n’est nécessaire mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Il est déconseillé de boire l'eau du robinet n'est pas potable en Russie. En revanche, les crudités proposées dans les restos sont sans danger car, en principe, lavées à l'eau purifiée.

 

TRANSPORT
Le train est une formule tout à fait séduisante pour voyager entre Moscou et Saint-Pétersbourg, d’autant qu’il y a désormais un TGV russe pour s’y rendre, le Sapsan. Tradition et folklore (service du thé, location des draps...) sont au rendez-vous. L’occasion, aussi, de partager un en-cas dans le couloir avec ses voisins de compartiment.

L’avion n’est pas tellement plus cher et va plus vite. Les flottes utilisées par les différentes compagnies exploitant les lignes intérieures s’améliorent.

Nous vous déconseillons fortement la location de voiture. Trafic dingue, embouteillages monstrueux, système quasi dictatorial et peu compréhensible des sens uniques et... panneaux de direction seulement en cyrillique feront vite de cette expérience un enfer. Sans compter toutes les formalités à remplir pour conduire soi-même.

 

VIE PRATIQUE
Dans la majorité des hôtels, les prises sont les mêmes qu’en France donc pas besoin d’adaptateurs.
Toutefois, il n’est pas rare, chez les particuliers ou dans les vieilles bâtisses non retapées, de trouver encore les vieilles prises non sécurisées, à deux trous. Donc là, vous aurez besoin d’un adapateur.

La coutume du bania (cabanes chauffées à 60-80°C) est très populaire même dans les villes d’aujourd’hui. De nombreux Russes ont un bania dans leur datcha. Tout y a son importance : les herbes dans l’eau que l’on jette sur les pierres chauffées et qui sert à produire la vapeur ; les branches dont on se flagelle le corps ; ce que l’on y boit (kvas, thé, bière). Le bania est aussi un lieu de contact social privilégié

Le traditionnel bain dans l’eau glacée est assez largement pratiqué. Il s’agit de la méthode la plus répandue d’« auto-endurcissement » (zakalka), notion centrale d’entretien de la forme physique pour tout Russe en bonne santé.

Concernant les photos :
Ne pas prendre de photos de policiers ou de soldats ;
Il est encore plus déconseillé de mitrailler de près véhicules de la police ainsi que camions de l’armée et bâtiments utilisés par les « garants » de l’ordre public.
Ne pas prendre de photos dans les marchés où l’on vend de la contrefaçon.
En règle générale, sauf exception moyennant paiement, les photos ne sont pas autorisées dans les églises.

 

TELEPHONE
De la France vers la Russie : 00 + 7 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Russie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Le plus simple, acheter une carte téléphonique pour l’international (karta dlya mejdounarodnykh zvonkov) dans les kiosques à journaux ou boutiques de téléphonie, et appeler de n’importe quel téléphone fixe ou portable. Vérifiez que la carte permet les appels en Europe. Sinon, demandez une carte Zebra ou Apollo, ce sont parmi les plus répandues et elles possèdent, en principe, des instructions en anglais.
Pour le portable, avoir un téléphone débloqué.

 

CUISINE
Pour les Zakouski (Entrées ou hors-d’œuvre), on trouve aussi bien le roi caviar, le vrai, le « noir », mais aussi le « rouge » (œufs de saumon) et les autres « caviars », d’aubergine ou de courgette.

Poissons fumés (crus ou cuits) ou salés, esturgeon, saumon, flétan, sprat, hareng, maquereau, et l’on en passe. Les Russes adorent les champignons. La collecte (la « chasse silencieuse ») est un rite, et les salaisons un délice. Les pirojki (chaussons à la viande, au chou, aux champignons, etc.) sont excellents.

Nous vous recommandons les salades particulièrement la chouba ou seliodka pod chouboy : un mélange de betteraves et de carottes râpées, de dés de pommes de terre et de mayonnaise, le tout recouvert de jaune d’œuf émietté. La « vinaigrette » (viniegriet) à la russe est en fait une salade dans laquelle on mélange betterave et pomme de terre. Les zakouski accompagneront tout le repas.

Les Piervoye (Soupe) sont très prisées en Russie. Elle est la composante quasi obligatoire d’un repas complet. On ne l’appelle pas d’ailleurs soupe, mais piervoye (le premier).
Goûtez le Chtchi : soupe au chou généralement servie avec de la crème fraîche.
Le borchtch est une soupe à base de betteraves. Généralement à la viande, il comprend un mélange de légumes et d’épices qui en fait un plat qui vaut vraiment le détour. Plus familiales sont l'oukha (soupes de poisson), la solyanka et le rassolnik.

La solyanka, à la viande ou au poisson, comprend des petits morceaux de cornichons salés et est relevée d’olives. Le rassolnik est une sorte de solyanka aux abats de volaille ou de veau et au riz ou à l’orge perlé de blé.
En été, il faut absolument goûter l’okrochka, soupe froide à base de boisson fermentée appelée le kvas, composée de différents légumes cuits et crus et de petits morceaux de viande ou de saucisson bouilli.

Le plat de résistance, appelé vtaroye (le deuxième), n’offre pas moins de choix. Les goloubtsi sont des choux farcis, mais on farcit également les courgettes. Les pielmeni et les varienniki ukrainiens sont différentes sortes de bouchées composées de viande et d’oignons hachés dans des enveloppes de pâte fraîche, que l’on fait soit griller soit bouillir

Parmi les plats préparés au four, goûter l’esturgeon ou la carpe. Impossible de ne pas mentionner le bœuf Stroganov (de fines lamelles de viande bien cuite baignant dans une sauce à la crème et aux oignons), incontournable dans les menus des restos traditionnels.

Citons aussi les kotliéti pa kievski (des blancs de poulet au beurre). La grietchnievaya kacha, ou kacha tout court (sarrasin bouilli) est un accompagnement très traditionnel. Enfin, le plat de cuisine familiale par excellence est la solyanka (version « plat de résistance »), dont il existe plusieurs variantes, la base étant du chou grillé.

Le Tchaï (Thé) peut être servi avec des pirojki fourrés au coulis d’abricot ou de fruits rouges, ou avec des blintchiki, petites crêpes.

Goûter également aux cuisines caucasiennes et d’Asie centrale, très populaires chez les Russes. Le plov, plat de riz et de viande, est typiquement ouzbek.

Les Chachlick (Brochettes) sont préparées au barbecue à la russe et c’est la coutume gastronomique la plus conviviale du pays. Traditionnellement, on fait les chachlik en pleine nature. Pour les brochettes, les Russes ont une préférence pour le porc.

La bière et la vodka sont les boissons alcoolisées les plus consommées en Russie.
Les principales régions fournissant traditionnellement la Russie en vin se trouvent en Moldavie, en Crimée, en Géorgie, et en Russie même, entre la mer Noire et la Caspienne.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Sardaigne

sardaigne carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Pas de contrôles aux frontières italiennes, puisque l'Italie fait partie de l'espace Schengen donc carte d’identité suffisante.

 

CLIMAT
Le climat est doux, très sec même dans le sud de l'île et la pluie rare (contrairement à la Corse). Dans le centre montagneux, l'hiver peut être rigoureux et la neige présente sur les sommets. Certains mois sont venteux, avril en particulier.

2 périodes sont particulièrement favorables à la découverte de l'île : la fin du printemps (début juin) et le début de l'automne (vers la fin septembre). Les pluies sont encore rares, et les températures extérieures allant de 23 à 24°C, ce qui permet d'entreprendre des randonnées sans souffrir de la chaleur.

En juillet et août, les pluies sont quasiment inexistantes, mais le sirocco, un vent sec et brûlant d'origine africaine, souffle sur l'île de façon continuelle

 

DECALAGE HORAIRE
Pas de décalage horaire.

 

DEVISE
L’euro (€).

Les banques sont généralement ouvertes du lundi au vendredi de 8h30 à 13h30 et de 15h à 16h. Elles sont fermées les week-ends et jours fériés.
L’immense majorité des restaurants, hôtels et stations-service accepte les cartes de paiement.

En zone euro, pas de frais bancaires sur les paiements par carte.

 

LANGUE
SARDE et ITALIEN

  

RELIGION
A majorité catholique.

  

SANTE
Aucun vaccin n’est nécessaire mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Pensez à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie. Vous la recevrez sous quinze jours après en avoir fait la demande auprès de votre centre de sécurité sociale. Cette carte est personnelle, valable un an et fonctionne avec tous les pays membre de l'Union Européenne.

 

TRANSPORT
Découvrir la Sardaigne en bus est un bon moyen de voyager à petits prix et à vitesse lente en se plongeant dans la vie locale des Sardes.
Les bus sont sûrs et de bonne qualité, et ils respectent assez bien les horaires.

Le train est un mode de transport plus lent, mais économique et sympathique, qui permet d'admirer les paysages de l'île d'une autre manière. Le réseau de la compagnie FDS (Ferrovie della Sardegna) est suffisamment développé et permet de relier les principales villes de la côte, plus facilement que celles de l'intérieur en raison du relief accidenté et des montagnes.

Louer une voiture est relativement onéreux, mais celle-ci vous donne une plus grande liberté de mouvement.
Mieux vaut réserver depuis la France.
Attention, de plus en plus de loueurs refusent les cartes marquées « débit », même si elles font également office de carte de crédit. Le risque est de se voir refuser sa réservation.
Les routes de Sardaigne sont plutôt en bon état, que ce soit les voies express (quatre-voies) ou les routes nationales, toutes asphaltées. Dès que l'on sort du réseau routier de base, on circule sur des routes plus étroites, elles aussi dans un état correct.

En été, la circulation est très dense sur le littoral, avec des embouteillages fréquents pour accéder ou sortir des stations balnéaires et des plages les plus fréquentées.
L'inconvénient principal du réseau routier sarde est sa signalisation approximative et incomplète. Elle existe mais elle n'est pas assez précise, surtout aux intersections et aux carrefours.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateurs.

L'été surtout, la ville s'endort après le déjeuner. Les boutiques ferment, la circulation ralentit, et les travailleurs de la sixième heure (« sieste » vient de sexta hora) sont l'exception.

En Sardaigne, la passeggiata est une véritable institution ! Entre 18h et 20h, les rues enflent, se gonflent d'une foule extraordinaire qui monte et descend le long du pavé en un rite immuable.

 

TELEPHONE
De la France vers la Sardaigne : 00 + 39 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Sardaigne vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

 Depuis juin 2017, un voyageur européen titulaire d’un forfait dans son pays d’origine peut utiliser son téléphone mobile au tarif national dans les 28 pays de l’Union européenne, sans craindre de voir flamber sa facture.

 

CUISINE
Ici, la cuisine se divise en deux grands chapitres : la cuisine di mare (poissons et fruits de mer), sur les côtes, et la cuisine di terra (viande, gibier, champignons, légumes, fruits), dans les terres.

Il y a différentes sortes de pains. Le pane carasau ou carta da musica, une fine feuille croquante, nommée pane guttiau quand on le sert légèrement salé et agrémenté d'huile d'olive. Le civraxiu, sorte de grosse miche paysanne cuite au feu de bois. Le spianada, plus mou et orné de motifs appliqués au tampon pour les jours de fêtes. Le sa pillonca, enrichi au saindoux ou aux raisins, une sorte de fougasse.

La zuppa gallurese est en général à base de pain rassis (pasta dura), de fromage ispiattadu, que l'on trempe dans du consommé de mouton ou de bœuf. La zuppa cuata, à base de bouillon, pain et pecorino, fromage typiquement sarde à ne pas confondre avec le pecorino romano ou le pecorino siciliano. La su farru, où à la farine de blé et aux légumes secs trempés dans du bouillon, on ajoute du pecorino et de la menthe. La sa favata est une soupe à base de fèves. La cavolata, qui magnifie le chou de base grâce à l'apport de viande de porc. Plus raffinée, la soupe de fenouil sauvage est agrémentée de tomates séchées et de fromage frais.

Une place toute particulière est réservée à l'artichaut. On le consomme cru ou cuit, mais le gâteau d'artichaut de Nuoro reste sans réel équivalent dans la cuisine italienne.

Les pâtes on en fait tout un repas. Les malloredus à base de pâte type coquillette servis avec force saucisse et sauce tomate, les culurgiones, gros raviolis de pomme de terre, pecorino et menthe, les maccarones à base de semoule de blé dur, la fregula semblable au couscous en plus fin. Les pillus ou tagliatelles sardes.

Concernant les viandes, il y a la zurette ou boudin de brebis, la cordula (intestins de mouton), le célèbre porceddu allo spiedo, cochon de lait rôti à la broche à la fois fondant et croustillant, les arrosti, viandes de veau, agneau, chevreau et porcelet cuites à la broche ou dans la cendre. Ne pas manquer de déguster du bue rosso, cette race de bœuf élevée du côté de Seneghe, à la viande tendre et goûteuse. Le cheval (cavallo) se retrouve sur de nombreux menus et demeure très populaire, mais, attention, sa chair est parfois très dure (surtout s'il est importé des pays de l'Est !). Idem pour le steak d’âne (asinello). Enfin, le sanglier, le cochon sauvage, la perdrix (généralement accommodée aux lentilles) flatteront nos papilles trop habituées au gibier d'élevage.

On trouve un grand nombre de poissons à la carte mais, attention, ils ne viennent pas tous de Sardaigne et sont souvent vendus au poids. Bien se faire préciser ceux qui sont frais ou congelés.
Dans le sud, notamment près de l’île de San Pietro, c’est le thon (tonno) qui est à l’honneur. La star des fruits de mer, ici comme ailleurs, est la langouste, préparée à la catalane dans la région d’Alghero, mais hors de prix. Notez que dans cette même région, le poisson (et la viande) se mange souvent à l’agliata, une délicieuse sauce froide à base de tomates fraîches et séchées, piment et ail.
La cassola e pesci peut se présenter à la fois comme une simple soupe de poisson, mais aussi sous forme de bouillabaisse ou de bourride. Les bucconis sont des coquillages à la chair tendre. L'anguida arrustia, ou anguille rôtie, la bottarga (œufs de mulet salés, séchés et compressés), le mosciane ou filet de thon séché.

Le fromage sarde est essentiellement de brebis.


Vous trouverez dans presque tous les menus les fameuses seadas : ce sont des beignets de pâte feuilletée farcis de fromage de brebis et recouverts de miel.

Les vins sardes sont en effet devenus des vins avec lesquels il faut compter. Le malvasia di Bosa, héritage de Byzance, enchantera les amateurs de vins moelleux et secs, le moscato reste doux ; celui de Tempio Pausania est particulièrement recherché.

Bien sûr, il y a de la grappa partout, mais l’eau-de-vie « nationale » se nomme le filu e' ferru.
En fin de repas, demandez un caffè corretto, c’est-à-dire « corrigé » d’une petite liqueur. Mieux vaut le boire debout au comptoir, à l’italienne.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Sicile

Palerme est l’une des capitales mondiales de la streetfood. Il existe de nombreuses petites échoppes proposant panini (sandwich), pizzette, fritures, glaces, jus... Un enchantement pour les papilles !!
Il est rare de trouver fast food américain dans le centre-ville, le cuisine reste une nourriture locale sicilienne.

palerme rue etals food sicile monplanvoyage

Vous vous laisserez emporté dans la cacophonie odorante des quatre grands marchés de la ville : le Capo, le Ballaro, le Borgo Vecchio et la Vucciria.
A Ballaro, vous aurez un long défilé d'étals protégés du soleil ou de la pluie par des tentures de toile qui évoquent d'anciens souks avec des poissons entiers, régulièrement aspergés d'eau fraîche. Vous verrez des pyramides de fromages, des quartiers de viande sous la lumière théâtrale de néons improvisés. Entre ses étals, profitez d’une pause gourmande avec les produits du marché fraîchement préparés.

palerme marche ballaro street food sicile monplanvoyagepalerme marche poisson food sicile monplanvoyage

À la Vucciria, entre chapelles à fresques, palais décadents et inévitable linge aux balcons vous aurez les odeurs marines depuis le port et les fumets épicés des chaudrons mijotant au coin des ruelles. On mange debout avec les doigts. Vous y croquerez des pani ca'meusa, sorte de sandwich à base de viande, des arancines, boulettes de riz fourrées d'un mélange de veau et de porc ou des sfinciuni, sorte de pizza aux oignons. Un vrai délice !

palerme vucciria marche food sicile monplanvoyage

Sinon au marché du Capo, explorer une des trattorie bordant le marché sur la muraille aragonaise. Les amateurs de poisson peuvent aller au Piccolo Napoli, au Borgo Vecchio pour déguster les spaghetti alle sarde (aux sardines avec du fenouil, pignons, oignons), les pâtes aux oursins, ou le poisson du jour. Les amateurs de recettes antiques devront faire un peu de marche au nord de Palerme, jusqu'à l'antre d’une trattoria pour manger des cannelloni comme autrefois.

palerme capo marche poisson sicile monplanvoyagepalerme cannelloni pate food plat sicile monplanvoyage

Pour le côté sucré, aller faire un tour chez le pâtissier Cappello pour goûter à la cassata à base de ricotta.

palerme cassata dessert patisserie gateau food sicile monplanvoyage

Vous l’aurez compris on ne vient pas à Palerme pour manger de la burrata et des pizzas.
Et bien sûr alterner ses pauses gourmandes avec une visite culturelle tel que le théâtre Massimo et sa place ou la magnifique cathédrale.

Allez aussi vous prélasser dans le parc Villa Bonnano sous ses beaux palmiers et dans le Jardin Garibaldi avec ses ficus géants.

palerme cathedrale culture sicile monplanvoyagepalerme villa bonnano jardin palmier sicile monplanvoyage

Saint-Petersbourg

Capitale de la Russie pendant plus de 200 ans (de 1712 à 1918), Saint Petersbourg est, comme Bruges, considérée comme la « Venise du Nord » puisqu’elle compte plus de 90 rivières et canaux.
Des palais, encore des palais, des places, des colonnades, des monuments, des statues, encore des statues. Toutes ces richesses sont là, et chacune raconte une page d’histoire.
Vous partirez à la rencontre de sa richesse culturelle mais aussi de sa musique.

Tout d’abord avec une guide francophone et un chauffeur, vous partirez découvrir le centre-ville. Il est vraiment très grand, beaucoup de beaux quartiers et monuments sont assez éloignés.
Pendant ce tour de ville, vous verrez tous les quartiers du centre-ville historique : la Place des Arts, l’avenue Nevsky, l’Eglise du Saint-Sauveur-sur-le-sang-versé, la Place du Palais/l’Ermitage, la Cathédrale Saint-Isaac, le Palais Yussoupov, l’Eglise du Saint-Nicolas-des-marins, les quais de la Néva, la pointe de l’île Vassilievsky, la Forteresse Pierre-et-Paul, le Croiseur Aurore...

saint petersbourg centre russie monplanvoyagesaint petersbourg rue russie monplanvoyage

Puis vous partirez, avec le guide francophone, visiter la palais Peterhof, le « Versailles russe », qui est la résidence d'été des empereurs fondée par Pierre Ier le Grand au bord du golfe de Finlande.
Les façades sont d’une architecture simple et dépouillée, dans le style du « baroque pétrovien » caractérisé par des surfaces planes et un décor sobre ; quant aux intérieurs, ils acquirent un aspect considérablement plus fastueux et imposant.
Une balade dans les jardins très agréables du palais est conseillée avec des fontaines, toutes les unes plus belles que les autres.

saint petersbourg peterhof palais russie monplanvoyagesaint petersbourg peterhof jardin russie monplanvoyage

Sur la route, du palais, vous verrez les 3 plus belles stations du métro.

saint petersbourg metro russie monplanvoyage

Vous partirez après en croisière sur les canaux pour avoir un autre panorama de cette ville majestueuse.

saint petersbourg canal russie monplanvoyage

Autre visite programmée, le musée Fabergé. Fabergé, le joailler de prestige et orfèvre de la cour impériale de Russie crée depuis 1842 des pièces uniques et prestigieuses. Le musée, ouvert en 2013, se situe dans le palais Chouvalov de Saint-Pétersbourg, restauré pour accueillir la précieuse collection.
On trouve parmi les nombreux objets exposés les fameux œufs de Pâques impériaux, ceux-là même que l’Empereur Alexandre III offrit à son épouse Maria Fedorovna en 1885 et qui marqua le début d’une tradition impériale.

saint petersbourg faberge russie monplanvoyage

Pour la soirée en fonction de l’agenda, un ballet au fameux théâtre Mikhailovsky peut être programmé. C’est l'un des théâtres les plus importants et les plus anciens de Saint-Pétersbourg parmi les théâtres Mariinsky et The Alexandrinsky.

saint petersbourg theatre russie monplanvoyage

Enfin pour clôturer votre séjour, une visite de l’Ermitage avec un guide francophone sera prévue. Il faut compter une demi-journée. C’est probablement le musée le plus célèbre et incontournable de Saint-Pétersbourg. Il peut se targuer d’être le plus grand musée du monde avec une collection de plus de 3 millions d’oeuvres exposées dans un décor et une architecture qui sont à eux seuls un véritable chef-d’oeuvre. Ses galeries relient quatre bâtiments d’époques différentes, le principal étant le palais d’Hiver accolé au petit, à l’ancien et au nouvel Ermitage. L’ensemble est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

saint petersbourg ermitage musee russie monplanvoyage

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Serbie

serbie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Pour les ressortissants français, la carte d'identité ou passeport en cours de validité. Pour un séjour de plus de 90 jours, un visa est demandé.

 

CLIMAT
C’est un climat continental modéré, avec des caractéristiques plus ou moins accusées en fonction de la localisation, du relief, de la présence ou non de rivières, de la végétation ou de l’urbanisation.
Le nord du pays possède un climat nettement continental, avec des hivers froids et des étés chauds et humides, tandis que le sud, plus près de la mer Adriatique, connaît des étés chauds et secs et des automnes et des hivers relativement froids, avec d’importantes chutes de neige.

 

DECALAGE HORAIRE
Pas de décalage horaire.

 

DEVISE
Le dinar serbe (RSD).

Les plus grandes banques du pays possèdent des distributeurs automatiques accessibles 24h/24.
Le change s’effectue principalement dans les bureaux de change (menjacnica), dont les taux varient peu. Ils comprennent la commission : celle-ci ne doit donc pas être ajoutée.
La carte bancaire est le meilleur moyen de paiement à l’étranger. Visa et MasterCard et sont acceptées par un grand nombre de magasins, d'hôtels et de restos.

 

LANGUE
SERBE

  

RELIGION
A majorité orthodoxe

  

SANTE
Aucun vaccin n’est nécessaire mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).


L'équipement hospitalier et les services d'urgence étant de qualité moyenne, il est fortement recommander de souscrire une assurance rapatriement.
Dans le sud de la Serbie, il reste des zones qui n'ont pas encore été totalement déminées notamment aux abords de Preševo, Bujanovac et Medveđa. Donc ne vous éloignez pas des grands axes.
Le Kosovo et les régions frontalières nécessitent également une certaine prudence du fait de la subsistance de tensions ethniques. La région entière est instable et les choses risquent de ne pas s’améliorer tant que le statut définitif de la province n’est pas défini.

L’eau du robinet est a priori potable, mais beaucoup de visiteurs préfèrent s’en tenir à l’eau en bouteilles, surtout hors des grandes villes.

 

TRANSPORT
Le réseau ferroviaire est vétuste et il y a souvent des retards. Donc si vous ne disposez pas de beaucoup de temps éviter le train. La principale ligne est celle du Balkan Express qui traverse le pays en provenance de Budapest (Hongrie), via Subotica et Novi Sad, et en route vers Sofia (Bulgarie), via Belgrade et Niš.

Le bus est le meilleur moyen de transport. Les liaisons entre les principales villes serbes et avec les capitales des pays voisins sont fréquentes.

Concernant la voiture, le permis de conduire international est fortement recommandé et vous aurez besoin de la carte verte internationale si vous venez avec votre propre voiture. Sinon la location de voiture n'est pas chère mais vous avez un long périple depuis l'Europe de l'ouest.
Une seule autoroute traverse le pays, entre Novi Sad au nord et Niš au sud, via Belgrade. Elle est en bon état, mais payante (avec supplément pour les véhicules étrangers) et vous pouvez régler en euros.
Le reste du réseau routier est en mauvais état et dans le sud les routes sont très sinueuses. Evitez de conduire de nuit pour éviter les charrettes et autres véhicules en tout genre non éclairés.
Concernant la signalisation, les panneaux sont très peu visibles et il vous faudra déchiffrer l'alphabet cyrillique et serbe.
En ville, mieux vaut utiliser les parkings gardés pour éviter les vols.
Dans les villes, les transports en commun sont bien développés, pas chers et ils circulent à tout heure.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateurs.

Les magasins sont pour la plupart ouverts de 8h ou 9h à 20h en semaine, et de 8h à 15h le samedi.
Les musées d’État sont pour la plupart ouverts de 10h à 17h (excepté le lundi) et les moins fréquentés seulement de avril à octobre. Le dimanche, les horaires sont généralement réduits (9h à 14h) ; à l’inverse le jeudi est souvent ouvert en nocturne jusqu'à 20h.
Ils sont très accueillants, chaleureux et toujours prêt à aider. Ils tiennent à leur tradition et leur histoire et sont fier de le partager.

 

TELEPHONE
De la France vers la Serbie : 00 + 381 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Serbie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

On trouve des cartes téléphoniques dans tous les kiosques et à la poste.

 

CUISINE
La cuisine serbe est un mélange de cuisine slave et continentale de tradition.

Le petit-déjeuner est en général copieux: café à la turque ou thé, pain, fromage, salami, saucisses, kaymak (crème de lait aigre), œufs. Les pâtisseries ou buregdjinitsi sont très fréquentés pour commander un ou deux burek, des sortes de chaussons (friands) fourrés de viande hachée aux oignons, parfois de champignons, de pommes ou de cerises aigres, de fromage (gibanitsa), d'épinards (zeljanitsa) ou de pommes de terre (krompirusa). Ils sont souvent consommés avec du yaourt, les burek.

Au restaurant, les menus sont pantagruéliques. Voici quelques spécialités:
Jambon, saucisses, poivrons (punjene paprike) et feuilles de vigne ou de chou farcis de viande hachée et de riz (sarma) sont servis en entrée.
En hiver, il y a les soupes aux légumes (corbe), dans lesquelles baignent agneau, poulet ou porc avec des haricots (pasulj), carotte, navets et lard. L’été, ce sont plutôt les salades vertes, de tomates, ou de chou. La sopska mêle tout cela à du fromage.

Barbecue et grillades sont à l'honneur. La viande de porc est la plus populaire, suivie de l’agneau et du chevreau. Dans les rues, saucisses, pljeskavitsa (burgers aux oignons), vechalitsa (viande fumée) et autres cevapchini (kebabs) sont consommés.

La musaka, le djuvetch (poivrons et tomates frits avec viande et oignons), le goulasch à la hongroise, les Wiener schnitzel à l’allemande, les aubergines farcies (punjene tikvitse), les épis de maïs grillés sont aussi populaires.
Les pommes de terre, la choucroute et la polenta (kacamak) viennent souvent en accompagnement.

Côté sucré, les pâtisseries tel que baklavas, halva, shtrudla (proches des strudels allemands), forêts noires, Île flottante (chnenokle), riz au lait, compotes et tufahije (pommes cuites aux noix) sont consommés.

L'alcool est beaucoup consommé en Serbie tel que la bière, le raki (eau-de-vie de fruits) et le vin, surtout du blanc venant de la vallée du Danube.
Ils boivent aussi du café à la turque en longueur de journée.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Sicile

sicile carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
pas de contrôles aux frontières italiennes, car l'Italie fait partie de l'espace Schengen. Néanmoins, par précaution, carte d’identité en cours de validité ou passeport.

 

CLIMAT
Méditerranéen par excellence, le climat est (un peu) tempéré par l’influence marine.

Au printemps, la Sicile est toute verte et pleine de fleurs. Celles des orangers embaument alors sublimement l’air. En été, c’est le climat africain : pelé, végétation rase et desséchée. Il fait alors très chaud.

Les automnes sont doux, les hivers assez ensoleillés.

 

DECALAGE HORAIRE
Pas de décalage horaire.

 

DEVISE
L’euro (€).

La plupart des banques disposent d’un distributeur de billets en façade.

 

LANGUE
SICILIEN

 

RELIGION
A majorité catholique.

 

SANTE
Aucun vaccin n’est nécessaire mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Pensez à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie. Vous la recevrez sous quinze jours après en avoir fait la demande auprès de votre centre de sécurité sociale. Cette carte est personnelle, valable un an et fonctionne avec tous les pays membre de l'Union Européenne.

 

TRANSPORT
Le bus est généralement plus rapide et moins cher que le train. Il existe une compagnie officielle, l'AST (Azienda Siciliana Transporti), mais elle ne dessert pas toute l'île et ne fonctionne pas le dimanche sur certaines destinations.
Dans la plupart des villes petites et moyennes, ce sont souvent des bars ou autres commerces qui font office de billetterie, à moins qu'on achète les billets dans le bus, car il n'y a guère de gares routières (autostazione).

L’essentiel des trains en Italie est géré par cette compagnie Trenitalia, qui propose des remises intéressantes – quel que soit votre âge – pour voyager.

Toutes les îles siciliennes sont desservies par bateau, toute l’année, depuis les ports les plus proches. Beaucoup de liaisons sont assurées par les aliscafi (hydroglisseurs), peu adaptés au gros temps, ce qui implique de fréquents retards ou annulations à la mauvaise saison.

La voiture est incontestablement la meilleure façon de parcourir la Sicile. En effet, hormis les grands axes, les liaisons des transports en commun restent peu fréquentes et assez aléatoires.
Il est plus avantageux de réserver votre voiture depuis la France
Certains loueurs obligent à prendre une assurance supplémentaire si vous avez moins de 25 ans.
La compagnie exige toujours une empreinte de carte de paiement pour servir de caution
Attention, de plus en plus de loueurs refusent les cartes marquées « débit », même si elles font également office de carte de crédit.

Le réseau routier est en bon état en ce qui concerne les nationales (SS) et excellent pour les autoroutes.

Il est obligatoire de rouler feux de croisement allumés sur les autoroutes et le réseau national (hors des villes), jour et nuit, sous peine d'amende.
Ne jamais rien laisser en évidence dans une voiture.
Les signalisations servent plus de décoration et le klaxon est roi.
Réglementé presque partout, même dans les petites villes, le stationnement est le plus souvent payant (horodateurs, ou règlement auprès d’un préposé – OFFICIEL – au stationnement municipal) comme l’indiquent les lignes bleues. Il peut aussi être limité, et alors requérir l’usage d’un disque horodateur (disco orario), généralement fourni avec les voitures de location (sinon, achat possible dans les bureaux de tabac). Les lignes blanches indiquent, quant à elles, que le stationnement est gratuit.
À éviter autant que possible lors de votre séjour en Sicile, car ici plus encore que dans le reste du pays, les chauffeurs ne respectent aucun règlement.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateurs.

Ne vous étonnez pas de voir votre addition majorée du traditionnel pane e coperto (pain et couvert ; appliqué dans la majorité des restos).

La sieste (il pisolino) fait partie des traditions italiennes depuis l’Antiquité (particulièrement dans le sud du pays). L’été surtout, tout s’endort après le déjeuner. Les boutiques ferment, la circulation ralentit.

La passeggiata (la promenade). L’une des images les plus évocatrices est sans nul doute cette coutume venue du Sud. La passeggiata est le petit tour que font bras dessus, bras dessous les Italiens en fin de journée, juste avant le coucher du soleil. On entame sa petite promenade à pas lent.

 

TELEPHONE
De la France vers la Sicile : 00 + 39 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Sicile vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Depuis 2017, un voyageur européen titulaire d’un forfait dans son pays d’origine peut utiliser son téléphone mobile au tarif national dans les 28 pays de l’Union européenne, sans craindre de voir flamber sa facture.

 

CUISINE
Réputée pour son raffinement, la cuisine sicilienne s'est développée en additionnant et mêlant les traditions culinaires des différents peuples qui se sont succédé en Sicile.

Les pâtes, comme la pasta con le sarde (aux sardines), ai ricci (aux oursins), ai masculini (tout petits anchois), con pesto di pistacchio e gamberi (pesto de pistache et crevettes), y occupent évidemment une place de choix.

En guise d'antipasti, on trouve aussi artichauts frits, capelli (sortes de crêpes), parmigiana (un gratin d'aubergine au parmesan), caponata (sorte de ratatouille aux câpres) et l'éternelle insalata di mare, qui fait souvent la part belle au poulpe et au céleri.

Les Siciliens mangent également du riz : les risotti aux crustacés et au poisson sont fameux, sans oublier les arancini, boulettes de riz farcies avec des légumes, de la viande ou du fromage.

Concernant les poissons, les Siciliens ne pouvaient ignorer le poisson et les fruits de mer. Cela va des sardines au thon et à l'incontournable espadon, très souvent préparé en involtini (rouleaux), sans oublier la langouste. Ils sont cuisinés panés, en papillote, farcis d'amandes, de pistaches, de pignons et de raisins secs, ou en soupe. Le couscous de poisson est souvent présent dans les menus de la côte ouest (Sicile africaine), mais également à Catane.

Les viandes sont souvent relevées de sauces piquantes. Goûtez à l'opulent farsumagru de veau farci et aux polpettoni (pains de viande) variés ; on mange aussi pas mal d'agneau (castrato) et de lapin.

Les fromages sont les mêmes que dans le reste de l'Italie du Sud : le provolone (un fromage de vache à pâti filée, que l'on reconaît à sa forme ovale), le caciocavallo (le « fromage à cheval », vendu par paires disposées à cheval sur un bâton de bois), la ricotta (fromage de brebis à pâte molle), le bocconcini (« petites bouchées » de mozzarella) et le pecorino (qui joue en Sicile le rôle du parmesan).

Pour les desserts, la pâte d’amandes (pasta di mandorla - frutta martorana en forme de fruits) y occupe une place de choix, de même que les agrumes confits.

Pâtisserie incontournable, la cassata traditionnelle se fait avec du pan di Spagna (sorte de génoise) découpé en disques, que l’on garnit de ricotta, de fruits confits, de chocolat, et que l’on recouvre ou non de glaçage.
Autre classique, les cannoli se présentent sous la forme de petits cylindres de pâte frite fourrés à la ricotta, au chocolat ou à la crème pâtissière.
Moins connus, les amaretti (macarons aux amandes), les sfinci à l’anis (sortes de beignets moelleux), le biancomangiare (une gelée au lait d’amandes), les agnelli pasquali et la ternello di Sicilia (nougat aux pistaches artisanal vendu sur les marchés).
Et puis il y a les gelati (glaces), un incontournable.

Pour les vins, les terres autour de l’Etna produisent des blancs secs au goût particulier, et des rouges minéraux aux relents de pinot noir tirés du cépage nerello mascalese.
Du côté de Palerme, Casteldaccia produit le corvo, qui accompagne parfaitement la viande
Dans le centre et le sud-est de la Sicile, vous trouverez les blancs de Donnafugata et les rouges cerasuolo et nero d’Avola, très puissants.

La bière locale, la Messina est aussi très appréciée.

Enfin le café à toute heure de la journée.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

NOUS CONTACTER
149, rue Saint-Honoré
75001 Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Du Lundi au Vendredi 
de 09:00 à 19:00

HISCOX

APST

Atout France