Articles in Category: Europe

Europe description

Italie

La Toscane est une région phare de l’Italie avec ses collines d’oliviers et ses vignobles qui donnent de l’huile et des vins parmi les plus prisés d’Italie.

Vous découvrirez des paysages à couper le souffle et une cuisine de tradition à la fois populaire et raffinée à base de viandes, poissons, truffes et notes sucrées.

toscane region italie colline cypres campagne nature monplanvoyagetoscane region italie food tradition monplanvoyage

Vous arriverez à Florence et commencerez par une balade dans le centre historique tant prisé avec ses illustres Italiens, de Michelangelo à Galileo.

florence artiste art culture place italie monplanvoyage

Faites une halte chez un marchand de glace dont le plus vieux de Florence offre plus de 33 parfums différents !
Goûter aux produits locaux au Marché Central de San Lorenzo. Un véritable concentré de saveurs. Étant une région de viandes, n’hésitez pas à goûter la viande à la broche (allo spiedo), de fiorentina (grosse côte de bœuf) et d’extraordinaires soupes de légumes.

florence glace dessert italie monplanvoyageflorence viande fiorentina food italie monplanvoyage

Puis direction la campagne Toscane dans les collines du Chianti et découvrez les herbes aromatiques récoltées et séchées en suivant les techniques anciennes. Visitez la merveilleuse ville de Greve in Chianti, son petit centre historique et le Podere Fornaci. Sur place, participez à l’une des dégustations de fromages biologiques, préparés à partir du lait des chèvres locales.
N’hésitez pas à déguster à Castellina in Chianti, les charcuteries savoureuses tel que le salami de sanglier et le jambon, finocchiona (salami au fenouil) et d’aller à Radda pour ses petites épiceries de produits locaux.

toscane chianti fromage food italie monplanvoyagecastellina in chianti food charcuterie italie monplanvoyage

Dans les restaurants de la région, manger les Pici, ces pâtes typiques, qui sont de gros spaghetti qu’on assaisonne avec un ragoût de sanglier, mais aussi avec de merveilleux légumes. Mention spéciale pour les artichauts – sublimes en friture !

toscane food pate pici italie monplanvoyage

Pour une dégustation de Chianti, allez au vignoble de Castello Di Brolio, datant du XIe siècle et propriété de la famille Ricasoli.
Je vous conseille de séjourner plusieurs jours dans cette région.

toscane chianti vin degustation castello di brolio italie monplanvoyage

Puis, direction Sienne et ses plus belles œuvres architecturales de la ville, dont le fameux musée Delle Contrade. Cette ville médiévale pleine de charme est étendue sur 3 collines.
Allez manger une pizza à base de saucisse de la région sur la belle place Piazza del Campo.

toscane sienne piazza del campo italie monplanvoyage

Prenez le temps de goûter le dessert typique de la ville, le Panforte.

toscane sienne panforte dessert italie monplanvoyage

Faite un tour du côté de Montepulciano, perchée à une hauteur de 605 m au-dessus de la mer, et qui offre des vues étonnantes sur les collines environnantes. Visitez une cave à vin et dégustez quelques-unes des meilleures recettes de la Toscane tel que les ragouts ou les fleurs de courgettes à la Ricotta.
Puis, départ pour Pienza, ville de la Renaissance, célèbre pour son fromage Pecorino.

montepulciano village toscane italie monplanvoyagepienza fromage pecorino food toscane italie monplanvoyage

Faites route ensuite vers San Gimignano. En chemin, une nouvelle pause culinaire s’impose. L’oignon de Certaldo, le safran de San Gimignano et l’huile d’olive vierge biologique locale sont à essayer. Patrimoine de l’UNESCO, elle est entourée d’enceintes remontant au XIIIème siècle, qui embrassent un paysage médiéval qui a su conserver intacte son ancienne splendeur.
Elle est aussi célèbre pour la production de la Vernaccia, l’un des meilleurs vins blancs italiens.

san gimignano village rempart toscane italie monplanvoyagesan gimignano piazza place village pierre toscane italie monplanvoyage

Vous serez donc émerveillés par cette région aux saveurs et aux couleurs magiques !

 

La Norvège, l’hiver en majesté

S’il est un pays qui est synonyme de l’hiver, qui pourrait être utilisé comme illustration vivante de la plus belle des saisons, ce serait, sans aucun doute la Norvège. En ce royaume scandinave, l’hiver est partie intégrante de la vie, de la culture, de l’Histoire, du patrimoine : à un tel point qu’il en est indissociable, que ce soit dans l’imaginaire ou dans la vie quotidienne. Alors oui, vraiment, la Norvège, c’est l’Hiver en majesté !

Quand les aurores dansent dans la nuit boréale

Vivre la vision d’une aurore boréale dans le ciel de Norvège, c’est une expérience à la puissance indicible, dont le souvenir marque pour la vie entière. Souvent désirée, souvent chassée, pas toujours au rendez-vous, un peu capricieuse, parfois volatile, l’aurore boréale en vient presque à se mériter : il arrive qu’elle débarque sans prévenir et offre le plus fou, le plus grand, le plus inattendu des spectacles. Il arrive aussi qu’elle ne daigne même pas poindre le bout de son nez, alors que tous les voyants sont au vert et qu’elle est sensée se présenter toutes affaires cessantes : las, c’est là une règle du grand jeu de la Nature !

Que ce soit dans le ciel de Tromso, vers Narvik, dans les Lofoten ou encore tout là-haut au Cap Nord, ce que vous verrez de Dame Aurore ne sera jamais identique. D’une simple traînée (presque) immobile dans le ciel norvégien aux mouvements les plus extravagants, personne ne peut savoir d’avance ce qu’il va se passer : il est alors de bon ton d’être patient, humble et de profiter du moment présent, de ce qui est offert plutôt que de placer tous ses espoirs dans ce qui peut éventuellement arriver. Car elle est comme ça, Aurore : imprévisible, magnifique, capricieuse. Mais quand elle décide à se revêtir de ses plus beaux atours, les mots ne suffisent plus à décrire les mouvements célestes des voiles éthérés, les drapés surréalistes qui se succèdent les uns aux autres et qui laissent béat devant tant de beautés.

Si Dame Aurore accepte théoriquement les visites toute l’année, c’est bien sur en hiver qu’elle se montre le plus disponible, des premiers frimas automnaux jusqu’à la toute fin de l’hiver, principalement dans des latitudes nordiques. Il ne faut pas hésiter à monter un peu sur l’échelle des latitudes, durant la nuit arctique et, surtout, ne pas poser tous ses jetons sur la même soirée, au risque d’une triste déconvenue : tout vient à point à qui sait attendre, même les Aurores, fussent-elles Boréales !

Le terrain de tous les jeux

“Et si on faisait une sortie en raquettes ?”, “Ah non, moi je veux aller pêcher sur la glace puis faire du ski de fond”, “Non, je le dis, en vérité, c’est Sauna pour tous cet après-midi” : ce genre de conversation est un classique lors d’un voyage hivernal en Norvège. En même temps, avec autant de possibilités d’activités, il est normal de ne pas réussir à choisir.

Pour les plus sportifs, ce n’est pas exagéré de dire que la Norvège est le paradis de tous les possibles avec, en point d’orgue, le bonheur incommensurable d’une longue randonnée en pleine nature. De la toundra de la Laponie aux lacs gelés en passant par la forêt boréale, la liste est une litanie infinie, une ode à l’évasion, un plaisir qui se susurre à demi-mots. Quand tout est silencieux autour de soi, que ne s’entendent que les crissements des skis sur la neige et que se dessinent deux traces parallèles qui semblent se fondre avec le paysage, il n’y a alors plus qu’à inspirer profondément une grande bouffée d’air, ouvrir les yeux au maximum et s’immerger pleinement dans la profondeur, la beauté d’une expérience qui n’a que peu de pareilles sur cette terre.

Pour autant, cette sensation peut également se vivre sous bien d’autres formes : en traineau, avec des chiens qui ne demandent qu’à partir, sauter, courir. En patins, aussi, sur toute surface suffisamment gelée pour se transformer en patinoire éphémère. A pied, chaussés de raquettes, pour aller observer la Vie sauvage, la vie animale, cette faune et cette flore que l’on pense endormie mais qui est en réalité exubérante en toute saison.

Si la Norvège hivernale était un livre, le sommaire serait à lui seul la plus belle évocation de cette terre de contrastes, de ce pays que l’on croit connaître mais qui ne cesse d’offrir surprises sur surprises, imprévus sur imprévus, merveilles sur merveilles. Y voyager, c’est se donner la chance de vivre quelque chose de différent. Y voyager en hiver, c’est s’offrir l’exceptionnel (presque) à côté de chez soi : c’est entrer de plein pied, éveillé, dans un rêve où la nuit, la neige et le froid seront les meilleurs compagnons d’aventure.

Bref, la Norvège en hiver, quand on y a goûté, c’est dur de s’en priver !

Vous êtes intéressés par la Norvège ? Ne partez pas avant de découvrir nos coups de coeur

Nous avons envie de vous donner plus de raison de visiter la Norvège. Vous préférez une balade dans les fjords ou simplement admirer la nature du paysage norvégien ? C'est vous qui décidez dans quel ordre les visiter. Mais avant de repartir, n'oubliez pas d'aller découvrir les traditions à travers l'histoire.

Laponie

Partez pour un séjour en pleine nature en multi-activités dans le Grand Nord.
La région Wild Taïga est située au Nord-Est de la Finlande, à la frontière de la Laponie, non loin de Rovaniemi, dans un cadre de forêts et de monts boisés.
Au programme de votre semaine : safari motoneige, safari traîneau à chiens, balade en raquettes, découverte des techniques des trappeurs et de survie. Mais aussi une journée libre pour choisir parmi les nombreuses activités possibles. Un séjour varié qui devrait vous ravir. En plus de cela, vous vous plongerez un peu plus dans la culture lapone au cours d’une visite de ferme aux rennes, ou d’une initiation à la pêche blanche.
Vous découvrirez le Grand Nord en hiver, avec une semaine d’activités nordiques sans difficulté technique tout en profitant de l’authenticité du parc national.
Vous serez hébergés en auberge ou chalet.

laponie finlande monplanvoyagelaponie chalet finlande monplanvoyage


Vous aurez une conduite d’attelage de chiens de traineaux avec initiation et première randonnée d'environ 25 km.
Lors de votre randonnée motoneige, vous partirez à deux par motoneige avec votre guide qui vous emmènera loin de toute civilisation. Vous aurez un déjeuner au coin du feu avec au menu grillade et soupe lapone revigorante.

laponie chien finlande monplanvoyagelaponie feu finlande monplanvoyage


Une journée raquettes en cani-rando sera prévu. Comme les esquimaux autrefois, un chien de traîneau vous tracte à la ceinture. Une expérience unique de confiance et de partage entre l'homme et le chien! La randonnée dans la taïga surplombant les lacs, vous offrira le cadre idéal pour profiter au mieux de cette journée riche en émotions.
Enfin vous partirez à la découverte du mode de vie des trappeurs et vous vous initierez aux techniques de survie.
Cette semaine d’émotions est en pension complète avec transfert inclus.

laponie raquettes finlande monplanvoyage

Bien sûr d’autres programmes peuvent vous être proposés comme ceux incluant les aurores boréales.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Lettonie

lettonie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Carte d'identité (pour un séjour de moins de 3 mois).

  

CLIMAT
Aux abords de la côte, l'influence de la mer Baltique adoucit les extrêmes continentaux : il ne fait ainsi pas trop froid l'hiver (une moyenne de - 4 °C en janvier), ni trop chaud l'été. Riga est quand même sous la neige de mi-décembre à mi-mars.

À l’intérieur des terres, le climat est plus continental donc très froid en hiver et très chaud en été.

Quelle que soit la saison, l'humidité est au rendez-vous : il peut pleuvoir une semaine d'affilée en été... Le plus souvent, heureusement, on profite des très longues journées (18h de lumière à la fin juin).
L'hiver débarque avec sa neige dès novembre. En décembre, le jour se lève à 9h et se couche dès 15h. Entre fin mars et début avril, c'est la fonte des neiges, qui rend les rues boueuses.

 

DECALAGE HORAIRE
Plus 1h à Riga.

 

DEVISE
L’euro (€)

On trouve des distributeurs dans toute la ville, accessibles 24h/24, ainsi que dans certains hôtels et sites touristiques.
Les cartes de paiement sont acceptées dans les hôtels (sauf parfois les moins chers et les AJ) et quasiment dans tous les restaurants et magasins. Prévoir du liquide pour les cantines locales et les petits musées.

 

LANGUE
LETTON

 

RELIGION
À majorité luthérien.

 

SANTE
Aucun vaccin n’est nécessaire mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Pensez à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie. Vous la recevrez sous quinze jours après en avoir fait la demande auprès de votre centre de sécurité sociale. Cette carte est personnelle, valable un an et fonctionne avec tous les pays membre de l'Union Européenne.

Boire de l’eau en bouteille car pas toujours potable.

 

TRANSPORT
Le bus, très économique, est de loin le moyen de transport le plus efficace pour voyager en Lettonie. Chaque destination est desservie au moins une fois par jour depuis Riga ; liaisons fréquentes avec les plus grandes villes.
Les express (E) sont rapides et confortables ; les omnibus s’arrêtent dans tous les villages et prennent un temps fou, mais sont moins chers.

Le train est aussi un moyen de transport peu cher à l’intérieur du pays, mais il est lent, plutôt inconfortable (banquettes en bois) et dessert assez peu de lignes grande distance.

Si vous prévoyez un voyage itinérant, réservez une voiture soit auprès d’une grande compagnie avant le départ (plus sûr mais plus cher), soit auprès d’une compagnie locale sur place (à l’inverse...).
Les routes sont en bon état et il n’y a aucune difficulté particulière pour conduire.
Les abords de Riga peuvent être pas mal embouteillés aux heures de pointe, prévoyez large si vous avez un avion à prendre.
Il est obligatoire de rouler tous feux allumés, même en pleine journée.
Un permis français est suffisant.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateurs.

 

TELEPHONE
De la France vers la Lettonie : 00 + 371 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De la Lettonie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

On peut utiliser son propre téléphone portable en Lettonie avec les options « Europe » et « Monde ». Renseignez-vous auprès de votre opérateur sur les conditions d’utilisation de votre portable à l’étranger ainsi que sur les tarifs.

 

CUISINE
Les habitudes culinaires locales sont fortement influencées par les traditions germaniques, avec aussi quelques touches russes et polonaises.
Les restorāns dénotent un service chic, mais beaucoup de Lettons leur préfèrent les krogs (tavernes) et autres krodziņš,), moins chers et plus conviviaux.

Les hors-d'œuvre empruntés aux voisins russes, les pīrāgi (chaussons fourrés au bacon ou aux légumes) et les pelmeņi (sortes de raviolis) peuvent être excellents, tout comme les blinis (pankūkas), accompagnés de jambon, de fromage
Les poissons marinés ou fumés sont tendres à souhait. Le hareng (siļķe) est souvent servi avec des oignons émincés, des pommes de terre et une touche de crème aigre. Le saumon salé (laša) n'est pas mal, l'anguille (zutis) non plus.
Les soupes (zupas) apparaissent souvent sur les menus, à l'instar de la hapukapa à la choucroute ou les soupes de mouton aux légumes.
Sans oublier l’indétrônable soupe de betterave froide, parsemée d’aneth (saltibarsciai).

Le Letton est un mangeur de viande, et surtout de porc, souvent cuisiné à l'allemande en escalope panée (karbonāde) ou à la caucasienne en šašlik, des brochettes au feu de bois. Le poulet (putnu gaļas) peut être fumé, le bœuf (liellopu gaļas) est généralement préparé en steak, aux oignons.

Côté poissons, toutes les espèces de l'est et du nord de l'Europe sont au rendez-vous : saumon (lasis), truite (forele), esturgeon (store), très gras, carpe (karpas), anguille.

Impossible pour un Letton de concevoir un repas sans dessert.
Les baies accompagnent le ķīselis, un porridge d'avoine, ou sont préparées en tartes.
Optez également pour les crêpes (bliny). À essayer à l'occasion : le biguzis, un gâteau de pain noir au miel et aux baies.

Les cafés ferment tôt (vers 18h), mais les pubs à l’occidentale et les krogs(tavernes) restent souvent ouverts jusque tard.
La bière est très consommée chez les lettons.
Une boisson locale plus forte le balsam noir, une liqueur similaire à la Vana Tallinn estonienne, est distillée à partir de plantes, d’épices, de fleurs et de racines.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Italie

italie carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Pour les ressortissants français, une carte d'identité ou passeport en cours de validité.

 

CLIMAT
Le climat est globalement de type méditerranéen, avec une influence plus continentale dans le nord du pays, où les températures présentent des valeurs plus marquées tant pour la chaleur en été que pour le froid en hiver.

Les hivers peuvent être particulièrement rigoureux et enneigés dans les Alpes italiennes.
Sur les côtes et dans le sud, les températures sont assez douces, mais la canicule peut régner pendant certaines semaines d’été quand souffle le sirocco.

Les meilleures périodes pour découvrir l’Italie se situent au printemps ou à l’automne, mais le sud se prête aussi à une visite hivernale grâce à la douceur des températures.

 

DECALAGE HORAIRE
Aucun décalage.

 

DEVISE
L’euro (€)

Les banques sont généralement ouvertes du lundi au vendredi de 8h30 à 13h30 et de 14h30 à 16h.

 

LANGUE
ITALIEN et parle ANGLAIS dans les grandes villes.

 

RELIGION
De confession catholique très ancrée chez les Italiens mais il existe une certaine souplesse dans la liberté de culte.

  

SANTE
Aucun vaccin n’est nécessaire mais il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).

Pensez à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie. Vous la recevrez sous quinze jours après en avoir fait la demande auprès de votre centre de sécurité sociale. Cette carte est personnelle, valable un an et fonctionne avec tous les pays membre de l'Union Européenne.

 

TRANSPORT
Le réseau ferroviaire est très développé et il est géré par Trenitalia.
Pour les régionaux, les Intercity relient les grandes villes et sont normalement plus rapides que les Regionale car ils sont plus directs (et aussi plus confortables). Les réservations sur ces trains sont optionnelles.
Les trains à grande vitesse : ce sont les Frecce qui relient très régulièrement les grandes villes ; la réservation y est obligatoire.
Quel que soit le type de train, n’oublier pas de composter votre billet.

Pour circuler dans une région, entre deux villes de moyenne importance, les bus sont parfois plus pratiques, car plus directs ; ils sont souvent le seul moyen de rejoindre certains villages.
Les gares routières se situent souvent en centre-ville et presque toujours à côté des gares ferroviaires. Attention, ils sont moins nombreux à rouler le week-end et les jours fériés. Les tickets de bus des réseaux urbains sont en vente dans les kiosques à journaux, les bureaux de tabacs, certains distributeurs automatiques.

Le réseau routier est développé et il faut être en possession du permis de conduire français et rouler les feux allumés jour et nuit hors des villes. Dans le Nord, le réseau est souvent engorgé et traverse de nombreuses agglomérations où la circulation est très dense.
Les autoroutes sont payantes et sont moins chères qu'en France.
Les centres historiques sont fermés aux voitures mais certains hôtels et B&B délivrent des autorisations de circulation. Donc renseignez vous.
Les places de stationnement sont représentées par des lignes bleus et payantes du Lundi au Samedi (ticket disponible à l'horodateur). Les lignes jaunes sont réservées aux résidents et les blanches sont gratuites pour tous.
Au niveau signalisation, il y a un manque de rigueur donc soyez vigilant et les GPS ne tiennent pas compte toujours des fameuses Zona Traffico Limitato.

 

VIE PRATIQUE
Les prises rondes (celles des ordinateurs portables ou de certains sèche-cheveux, par exemple) sont différentes, surtout en Italie du Sud, donc n'hésitez pas à demander un adaptateur à l'hôtel.

Les horaires officiels d'ouverture et de fermeture de magasin ne sont pas toujours respectés. En général, tout est fermé entre 13h et 16h.

Les restaurants sont généralement ouvert de 12h-12h30 à 15h et de 19h à 22h30-23h. Quant au dîner, en Italie du Sud, c'est rarement avant 21h. Attention aux petites bourgades et villages de campagne, où la cuisine peut fermer tôt et il vaut mieux réserver au préalable car souvent complet surtout dans les zones touristiques.

Les musées, en principe, sont fermés le lundi et ils sont ouverts de 9h à 19h (parfois plus tard en été et plus tôt en hiver). Cependant, dans certaines villes, les musées et les sites ferment vers 14h.

Les magasins sont ouverts de 9h à 12h30 dans le Nord, à 13h ou 13h30 dans le Sud, et de 15h30 à 19h30 dans le Nord, de 16h30 à 20h ou 21h dans le Sud.

 


TELEPHONE
De la France vers l’Italie : 00 + 39 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
De l’Italie vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

Depuis juin 2017, un voyageur européen titulaire d’un forfait dans son pays d’origine peut utiliser son téléphone mobile au tarif national dans les 27 pays de l’Union européenne, sans craindre de voir flamber sa facture.

 

CUISINE
La cuisine est très marquée régionalement, plus encore qu’en France. Chaque région a ses recettes, ses spécialités transmises de génération en génération.

Antipasti (Hors-d'œuvre).
À l’heure de l’aperitivo, on déguste les tramezzini et autres cichetti.
Beaucoup sont à base de poissons et de fruits de mer, comme les poulpes marinés, les mazzancolle (gambas), les fritures, notamment les calamars alla romana, les scampi fritti, les fiori di zucca fritti (fleur de courgette fourrée d'une tranche de mozzarella et d'une pointe d'anchois avant de l'enrober d'une pâte à beignet)...

Il y a aussi un large éventail de légumes marinés, de salades, ou encore des boulettes et croquettes.

Toutes sortes de tartines (bruschette, crostini...), d'omelettes, de fromages et de charcuteries de la région viennent s’ajouter au comptoir.

Primi piatti (Premiers plats)
La place d'honneur revient à la pasta avec une profusion des types de pâtes et des sauces les accompagnant.
Le risotto, ou riz braisé, est plus répandu dans le Nord et le Centre.
Les minestre (soupes) sont excellentes. La plus connue est le minestrone, à base de légumes.
La pasta al forno (pâtes au four) comprend les cannelloni (pâte roulée farcie de viande hachée, tomates et béchamel), les incontournables lasagnes, les crespelles (crêpes farcies de ricotta et d'épinards). La polenta est aussi très présente dans le Nord, pour accompagner les saucisses ou les viandes (grillées ou en sauce).
Les vrais gnocchis sont une préparation à base de fromage (di ricotta) et de pommes de terre (di patate).
Secondi piatti (Seconds plats)
Le veau (vitello) apparaît sur bien des cartes et dans des préparations très variées : en paupiette (involtini), en escalope (scaloppina), en tartare (crudo) ou bouilli. Dans la plupart des régions du sud de l'Italie, la viande bovine cède la place à l'agneau, le porc ou le cheval (dans les Pouilles).
Le foie (fegato), les tripes (trippa), les côtes de porc (cotoletta ou braciola), le lapin (coniglio), le lièvre (lepre) sont aussi souvent présents sur les cartes.
Le poisson (pesce) et les crustacés sont généralement consommés dans le sud. Il est généralement vendu au poids.

Pizza
Née à Naples, elle constituait la nourriture de base des dockers. On en trouve près de 200 variétés de préparations et choisissez celle avec l'indication forno a legna, c'est-à-dire cuite au feu de bois.

Pasta (Pâtes)
Pâtes sèches, pâtes fraîches : la frontière entre le sud et le nord de l'Italie se trouve là. Le Nord est réputé dans la fabrication de pâtes fraîches aux œufs faites à partir de farine de blé tendre, et le Sud dans la fabrication de pâtes sèches réalisées à partir de semoule de blé dur.

Côté dessert (Dolci), un peu partout, on trouve la torta della nonna, le gâteau maison ou encore le typique tiramisù, gâteau à base de mascarpone (crème épaisse) et de biscuits imbibés de café et de marsala, le tout saupoudré de cacao.
Comment parler des dolci sans évoquer les glaces (gelati), ou encore le frullato, purée de fruits allongée de lait ou de glace pilée.

L'Italie dispose aussi de nombreuses régions viticoles: dans le Nord, les vins de Val d'Aoste, Piémont, Lombardie, Vénétie, Ligurie et Émilie-Romagne sont réputés et dans le Sud, ce sont les vins de la Campanie, Pouilles, Basilicate et de Calabre.
La grappa est l'eau-de-vie très connue consommée en fin de repas.

Le café est une institution et on en consomme à tout heure qu'il soit ristretto, lungo ou macchiatto.

  

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

La Norvège, une histoire d’histoires

La Norvège, terre d’Histoire ? Définitivement ! Tout au long des siècles, le pays d’Europe le plus septentrional a connu bien des événements, bien des aléas, bien des conflits pour en arriver finalement à sa prospérité et son unité actuelle. Quel chemin parcouru depuis les premiers (et nombreux) royaumes du VIIIème siècle. C’est d’ailleurs une époque étrange, assez bien documentée et qui est parvenue jusqu’à nous grâce à un peuple emblématique et ses sagas : les Vikings !

Des vikings...

Nous avons tous dans la tête ces images quasi mythiques des Vikings descendant les fleuves d’Europe pour attaquer, piller et incendier, depuis leurs drakkars, ces fameux vaisseaux aux têtes de dragons (ou de serpents, c’est selon). De fiers guerriers massifs aux longues barbes, rugissant, trinquant dans les crânes des ennemis vaincus et se réjouissant de se retrouver plus tard au banquet d’Odin, après des funérailles (forcément) enflammées. Heureusement - et relativement loin de ces clichés d’Epinal - les Vikings n’étaient pas du tout que ça.

Peuple navigateur, explorateur - à qui l’on doit la première colonie en Amérique du Nord (l’Anse aux Meadows, à Terre-Neuve, fondée plus de cinq cents ans avant l’arrivée de Colomb), les Vikings sont très étroitement associés à l’histoire de la Norvège, notamment entre Harald aux Beaux Cheveux (le premier roi à avoir supposément régné sur une Norvège unifiée, vers 900) et la bataille de Stamford Bridge, où mourut en 1066 Harald Hardrada et avec lequel s’acheva l’ Âge des Vikings.

Et de nos jours, que reste-il donc de cette Histoire, de ces histoires ?

Des légendes, bien sûr, les fameuses sagas ! Des musées, nombreux et de qualités, répartis un peu partout dans le pays, tels que le Kulturhistoriskmuseet d’Oslo, le Vikingskipshuset (où se trouvent trois vaisseaux dans un état de conservation exceptionnel) ou encore le musée de Slottsfjell, à Tønsberg. Il faut aussi signaler les festivals estivaux incontournables, tel celui de Borg, dans les Lofoten, qui est un immanquable absolu ! Enfin, d’autres noms peuvent également résonner, être évoqués : Stavanger, Avaldsnes, sur l’île de Bukkøya, la bataille de Stiklestad, dans le comté du Trøndelag (avec un reconstitution annuelle)...

Bref, les Vikings et la Norvège, c’est une Histoire pleine d’histoires… qui restent à écrire !

Aux traditions norvégiennes…

Même si elles ne sont pas (in)directement liées aux Vikings, nombreuses sont les traditions norvégiennes toujours bien vivaces et solidement ancrées dans la culture populaire norvégienne.

Ainsi, bien d’origine finlandaise, le Sauna est emblématique de la Norvège (et même de la Scandinavie, de façon plus générale). On y entre nu, on y transpire abondamment et on n’hésite surtout pas à se fouetter (littéralement) avec des branches de bouleau pour activer la circulation sanguine. Idéalement, et pour profiter au maximum de l’expérience, il est de bon goût d’alterner les chaudes séances de sauna avec des plongeons dans de l’eau fraîche (sinon glacée). Que ce soit dans le cadre d’une soirée entre amis, pour socialiser ou simplement pour se détendre, le passage au Sauna est un incontournable des traditions norvégiennes.

D’ailleurs, lesdits saunas ne sont jamais solitaires : ils sont souvent accompagnés d’un petit chalet en bois, cachés dans les bois ou sur une île, utilisé dans le cadre d’une escapade dans la nature, hyttetur en VO ! En toute saison, les norvégiens partent profiter de ces résidences (quasi) secondaires pour retrouver la Nature et restaurer le lien intime et profond qui unit la Norvège, son peuple et son patrimoine. Ce lien, d’ailleurs, apparait d’une façon particulièrement forte avec le allemannsretten (littéralement “le droit de tous”) qui proclame que chacun peut avoir libre accès à la Nature à condition de la respecter. Il est incorporé à la loi régissant les loisirs de plein air depuis 1957. Dans les faits, cela veut tout simplement dire que vous pouvez - peu ou prou - vous déplacer et dormir n’importe où (même sur des terrains privés) à condition de conserver une distance d’au moins 150 mètres avec l’habitation la plus proche. Cette liberté est essentielle et fondamentale !

Le reste des traditions norvégiennes est plus sociétal et moins historique : de la place majeure laissée à l’enfant à l’égalité des sexes en passant par les klems, les russ, les soirées très alcoolisées du week-end ou la fête nationale du 17 mai, ce sont des us, coutumes et habitudes qui sont à découvrir en voyage, entre Oslo, Bergen ou le Cap Nord, où vos pas vous porteront !

Vous êtes intéressés par la Norvège ? Ne partez pas avant de découvrir nos coups de coeur

Nous avons envie de vous donner plus de raison de visiter la Norvège. Venez goûter à la Norvège en hiver, et observez les aurores boréales. Vous préférez une balade dans les fjords ou simplement admirer la nature du paysage norvégien ? C'est vous qui décidez dans quel ordre les visiter.

Le rêve des Lofoten, en Norvège

Il est un archipel, quelque part à l’ouest de la Norvège, composé d’une constellation d’une centaine d’îles et d'îlots : les Lofoten. Le nom, à lui seul, fait rêver les amoureux d’anses enclavées, d’aurores boréales venues rencontrer le soleil de minuit, de randonnées qui riment avec pêche au grand large, de nuits dans des rorbus et de réveils printaniers au son des bateaux, de paysages à la fois grandioses et intimes. Un voyage dans les Lofoten, c’est la promesse rare d’un moment unique, authentique, en-dehors du temps. C’est une Norvège rêvée, protégée, rare et intense. Bref, c’est un paradis qu’il faut découvrir à tout prix, ne serait-ce qu’une fois, dans sa vie !

Là où le voyage compte autant que la destination

Bien sûr, il est possible d’aller dans les Lofoten en avion, de survoler les paysages hors du commun de l’archipel mais, en toute honnêteté, ce serait presque un sacrilège. Un gâchis diront certains. En effet, aller jusqu’à Svolvær se mérite et c’est là, dans ces moments, que le voyage prend presque le pas sur la destination. Virage après virage, col après col, le voile se lève lentement sur le décor, comme à regrets, tout doucement. L’entrée dans les Lofoten n’est pas brutale mais douce. La transition se fait au gré des kilomètres jusqu’à ne plus laisser de doutes, jusqu’à ce que les voyageurs soient marqués par le sceau de la certitude. Longueur rimant merveilleusement avec lenteur, il faut savourer ce trajet à sa juste valeur, laisser son regard errer, se balader. S’imprégner des sensations, des visions, de ce qui est offert. Savourer ses moments, les faire siens et les conserver précieusement.

L’arrivée à Svolvær ne brise pas le charme, bien au contraire : la confrontation avec cette petite ville d’environ 5000 habitants l’entretient plus qu’autre chose. Lorsque tombe la nuit et que se reflètent les étoiles dans les eaux calmes du port, lorsque dansent les aurores, là-bas derrière les montagnes, il faut laisser de nouveau son esprit vagabonder et penser aux lendemains qui chanteront, à ce qu’il va être possible de faire, ici et là, dans cet espace-temps si réduit.

Les Lofoten, où tout est possible

Avoir l’embarras de tous les possibles, c’est ce que vous allez vivre pendant votre voyage aux Lofoten, tellement vos rêves norvégiens seront proches d’être exaucés. Depuis Svolvær, il ne tient qu’à ceux qui le veulent de se lancer dans les aventures locales : pêche au large, safari maritime à la rencontre des aigles, croisière dans les fjords, randonnées guidées, sorties hivernales à la rencontre de Dame Aurore, longues marches dans la nuit polaire ou le soleil de minuit : il suffira d’avoir anticipé en amont pour profiter de chaque minute, de chaque instant.

Pour autant, les routes (physiques et immatérielles) ne s’arrêtent pas à Svolvær : il suffit de reprendre le volant pour arriver au bout du bout de ce monde, à Unstad, là où il est possible de surfer en toute saisons, à des latitudes inhabituelles pour ce genre d’activité. Ici, au fin fond des Lofoten, il fait tout simplement bon vivre, bon exister. Les gens se connaissent, les étrangers sont les bienvenus et le temps suspend réellement son vol, entre allers et venues. On aurait presque envie de ne plus partir, de ne pas faire demi-tour, de ne pas revenir sur ses propres traces. Mais puisque tout voyage a une fin et que tout au revoir est la promesse de retrouvailles, il y aura forcément un retour, une seconde, une troisième, une quatrième fois. Car une fois qu’on a goûté aux Lofoten, il est impossible de ne pas vouloir y retourner !

 

Vous êtes intéressés par la Norvège ? Ne partez pas avant de découvrir nos coups de coeur

Nous avons envie de vous donner plus de raison de visiter la Norvège. Venez goûter à la Norvège en hiver, et observez les aurores boréales. Vous préférez une balade dans les fjords ou simplement admirer la nature du paysage norvégien ? C'est vous qui décidez dans quel ordre les visiter. Mais avant de repartir, n'oubliez pas d'aller découvrir les traditions à travers l'histoire.

 

La Norvège, la terre contrastée

Loin des images d’Epinal, la Norvège n’est pas seulement la destination idéale pour les amateurs de nature, de grands espaces et de rencontres inoubliables. C’est aussi - et surtout diront avec raison certains, une terre de contrastes, d’oppositions, de contraires qui se rencontrent pour mieux se connaître. Le plus évident de ces contrastes : celui entre la Nature et les Villes avec, d’un côté, la légendaire Laponie, l’exceptionnel archipel des Lofoten ou encore la litanie fantastique des Fjords. De l’autre côté, des noms qui ne résonnent pas toujours dans l’imaginaire : Oslo, Tromso, Rosenborg ou encore Narvik. Alors, la Norvège, version ville ou version nature ?

La Norvège côté Nature

Parler de la nature en Norvège c’est - inévitablement - tomber dans la poésie, dans la description laudative d’un patrimoine hors du commun. Tout, absolument tout, semble être là pour plaire, pour attirer, pour faire rêver. Il ne semble pas y avoir un seul bout du pays qui ne soit pas concerné par ces mots.

On pourrait prendre l’exemple de la Laponie, tout là-haut, coupée par le cercle arctique (ou polaire, c’est selon), avec la toundra, les aurores boréales, les immenses forêts ou encore l’incroyable solitude du Cap Nord, au bout des bouts du monde. On pourrait parler aussi des Lofoten, à l’ouest, où les routes sinuent dans des décors qui font s’écarquiller les yeux et cliquer les appareils photos, d’arrêts imprévus en scenic road, pour s’arrêter au final dans des anses où il fait bon surfer - comme à Unstad. Passer outre les Alpes de Lyngen serait, de même, une hérésie : cette région du Finnmark est un pur paradis pour les randonnées (en toute saison), un joyau naturel sur lequel on ne peut pas faire l’impasse.

La Norvège naturelle est également associée, très étroitement, aux fjords, qui sont un immanquable absolu de tout voyage là-bas : que ce soit pour une croisière, un safari marin, une épopée côtière, il est hors de question de passer outre la sensation fantastique d’entrer dans un espace clos hors du commun, où il est parfois possible de caresser les parois brutes du bout des doigts, au gré des vagues et de l'habileté du capitaine.

Bref, la Norvège côté nature coche toutes les cases possibles et inimaginables possibles sur cette thématique : c’est un sans-faute !

La Norvège côté Villes

Oslo, Trondheim, Narvik, Lillehammer, Stavanger, Bergen, Tromsø ou encore Molde, Bodø et Kirkenes : toutes ces villes ont en commun le fait d’être norvégiennes. Bien souvent, la Norvège citadine est délibérément laissée de côté, un peu oubliée, comme posée en-dehors de la lumière des projecteurs. Pourtant, que de belles choses à découvrir en ces villes où il ne fait parfois jamais nuit (comme en été, lorsque le soleil de minuit occupe le ciel durant 24 heures).

Parlons, par exemple, de Tromso (qui se prononce Treumcho et s’écrit en réalité Tromsø) : située très haut dans le pays, la ville est plus connue pour son activité boréale que pour son architecture et pourtant, quelle erreur : c’est un bonheur véritable que de se promener dans les ruelles encadrées par les maisons de bois, d’aller visiter les églises typiques (tout autant de bois) entre deux découvertes muséographiques. Ce rapport au bois, d’ailleurs, est omniprésent dans bien des villes ou villages norvégiens : vous vous en rendrez compte en voyant les rorbus typiques des Lofoten, ces cabanes de pêcheurs sur pilotis à la couleur rouge si typique.

D’ailleurs l’UNESCO ne s’y est pas trompé : dans la liste des huits sites norvégiens officiellement inscrits au Patrimoine Mondial, on trouve le quartier de Bryggen, dans la ville de Bergen (au sud-ouest du pays) : un vieux quai portuaire et commercial où se trouvent encore 62 immeubles d’origine, épargnés par les incendies. Cette succession de façades colorées, à l’uniformité architecturale intacte, est peut-être la plus belle image possible de cet aspect méconnu de la Norvège : des villes qui valent bien plus qu’un détour !

Ce détour peut vous faire partir d’Oslo, la capitale et vous amener jusqu’aux champs de bataille de Narvik, là-haut dans le Nord. Entre les deux, peut-être que vos pas vous amèneront admirer d’autres façades portuaires (comme à Stavanger), d’autres ports ou d’autres quartiers préservés (tel Bergen, justement). Que ce soit en hiver ou en été, les villes norvégiennes sauront surprendre, interroger, faire réagir : elles ne laissent pas indifférentes et, surtout, provoquent l’envie, les envies : celles d’aller plus loin !

Alors, ville ou nature ?

Une question à laquelle, hélas, il n’est presque pas possible de répondre autrement que par une pirouette : les deux ! Il semble impossible de passer outre un passage citadin, ne serait-ce que pour entrer dans le pays. Pour autant, ce passage offre de vraies possibilités touristiques et culturelles ainsi qu’une occasion idéale pour une première appréhension de la vie norvégienne. Tout ça pour dire qu’aller en Norvège pour la nature ne doit pas oblitérer totalement tout ce qui est urbain, citadin : ce serait une erreur !

Vous êtes intéressés par la Norvège ? Ne partez pas avant de découvrir nos coups de coeur

Nous avons envie de vous donner plus de raison de visiter la Norvège. Venez goûter à la Norvège en hiver, et observez les aurores boréales. Vous préférez une balade dans les fjords ? C'est vous qui décidez dans quel ordre les visiter. Mais avant de repartir, n'oubliez pas d'aller découvrir les traditions à travers l'histoire.

Les Açores

acores carte monplanvoyage

 

FORMALITES ADMINISTRATIVES
Carte nationale d’identité ou passeport en cours de validité.

 

CLIMAT
Le climat est océanique tempéré et doux tout au long de l’année, grâce à l’action du Gulf Stream.

L’archipel connaît d’importantes précipitations, particulièrement de l’automne au printemps (novembre-mars). Les mois d’été (mai à septembre) sont nettement plus secs et ensoleillés.

Les îles du Sud-Est (São Miguel, Santa Maria) sont nettement moins arrosées que celles du Nord-Ouest (Flores, Corvo). Et, dans chaque île, on trouve des microclimats, des différences de températures entre la côte et les montagnes, et un climat plus chaud dans les fajãs, permettant la culture de plantes et de fruits tropicaux.

 

DECALAGE HORAIRE
Décalage de moins 2h quelque soit la saison.

 

DEVISE
L’ euro (€).

Les cartes de paiement sont acceptées dans la plupart des établissements (Visa et MasterCardv essentiellement). Aucun frais de paiement pour les ressortissants de la zone euro.
On trouve des distributeurs de billets (Multibanco) dans la plupart des villes et villages d’une certaine importance.

 

LANGUE
PORTUGAIS

 

RELIGION
Majorité catholique.


SANTE
Il est conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite A et B).
Aucun vaccin n’est nécessaire.
Il est évidemment recommandé d’avoir une assistance rapatriement.
Pensez à vous procurer la carte européenne d’assurance maladie. Il vous suffit d’appeler votre centre de Sécurité sociale (ou de vous connecter au site internet de votre centre) qui vous l’enverra sous une quinzaine de jours. Cette carte fonctionne avec tous les pays membres de l’Union européenne

Numéro d'urgence européen (UE) : 112.

 

TRANSPORT
La compagnie aérienne des Açores SATA International détient le monopole de la desserte des 9 îles de l’archipel.

Il existe des liaisons en bateau et en ferry entres les îles de l’archipel. La durée des trajets est beaucoup plus importante qu’en avion, mais un voyage en mer offre parfois l’occasion de voir des dauphins.

La location de voiture est conseillée sur les îles pour se déplacer à sa guise. Penser à réserver bien à l’avance en été.
Le réseau routier est généralement de bonne qualité, particulièrement sur les grands axes. Certaines routes ne sont pas asphaltées en montagne et dans les endroits reculés.
Attention à la conduite parfois sportive des Açoriens, même s’il n’y a pas vraiment foule sur les routes.

 

VIE PRATIQUE
Pas besoin d’adaptateur.

Longtemps isolés du reste du monde, les Açoriens ont eux aussi développé ce sentiment si portugais de saudade. Une sorte de mélancolie mêlant nostalgie et espoir, renforcée par l’émigration de masse qui a touché la plupart des familles de l’archipel.

 

TELEPHONE
De la France vers les Açores : 00 + 351 + indicatif de la ville + numéro local du correspondant.
Des Açores vers la France : 00 + 33 + numéro du correspondant sans le 0 initial.

 

CUISINE
La cuisine laisse autant de place – sinon plus – à la viande et aux produits de la terre qu’aux poissons et fruits de mer.

En outre, chaque île a ses propres spécialités. Pour découvrir les produits locaux, on vous conseille de faire un tour le matin au marché de Ponta Delgada ou au marché aux poissons d’Angra do Heroismo.
Enfin, vous retrouverez les grands classiques de la cuisine portugaise.

Le porc et le bœuf sont les viandes les plus consommées sur les tables açoriennes : côté porcin, signalons les linguiças (saucisses) plus ou moins épicées, le jambon, la saucisse sèche, le chorizo, mais aussi la morcela (boudin noir) ; côté bovin, goûtez à l’excellent bife – la viande de bœuf des Açores possède une indication géographique protégée –, particulièrement à São Miguel, où il est servi avec une sauce légèrement pimentée, et parfois accompagné d’un œuf au plat.
Il existe 3 spécialités :
Le cozido das Furnas : plat traditionnel du centre de São Miguel, qui contient viandes (ou poissons), chou, carottes et pommes de terre. Elle est cuite pendant 5 à 7 h dans des marmites enterrées à même le sol, à proximité de geysers, en utilisant la chaleur naturelle de la terre volcanique !
L’alcatra : une recette de Terceira à base de viande (bœuf, veau ou poulet) ou de poulpe mijotée longuement dans un chaudron d’argile, dans une sauce composée de lard, d’oignons, d’ail, de laurier, de piments et de vin. Roboratif et savoureux.
La sopa de Espirito Santo à base de viande et de légumes, un plat très populaire servi lors des fêtes du Saint-Esprit.
Le thon, les chinchards, les maquereaux, la mostelle, le pagre, le congre et l’espadon sont les poissons les plus courants. On les mange grillés, frits, bouillis ou rôtis, en matelote ou en soupes de poisson (caldeiradas). Le poulpe, cuisiné au vin sur Pico et Faial, ainsi que le crabe et la langouste, sont aussi particulièrement appréciés.

Enfin, goûter aux savoureuses palourdes (ameijoas) et aux berniques (lapas) grillées de l’île de São Jorge.

Les fruits tropicaux (ananas, banane, fruit de la passion, goyave…) et les agrumes (orange, citron…) sont des produits typiques des Açores.
L’igname et la patate douce accompagnent très souvent les plats de viandes, au même titre que le riz, les carottes, la pomme de terre ou le chou.
Le fromage de vache est l’une des spécialités majeures de l’archipel.

Le pain accompagne tous les repas. On en trouve à base de farine de blé, de maïs. Une spécialité à ne pas manquer : le bolo lêvedo, une sorte de muffin de type anglais légèrement sucré, délicieux tartiné de beurre, de fromage ou de confiture.
Comme au Portugal pas mal de pâtisseries sont confectionnées à base de jaune d’œuf.

Côté vin, vous avez le paysage viticole de Pico qui est d’ailleurs classé au patrimoine mondial de l’Unesco.
La bière locale est également très consommée.
Vous avez aussi des plantations de thé sur la côte nord de São Miguel, préparant du thé vert et de l’orange pekoe.
Sur São Jorge, c’est plutôt la culture du café.

 

Inspirez-vous avec notre compte Instagram !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

NOUS CONTACTER
149, rue Saint-Honoré
75001 Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Du Lundi au Vendredi 
de 09:00 à 19:00

HISCOX

APST

Atout France